Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Prêt à rugir

jeudi, 07.08.2014 / 8 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Pr\u00EAt \u00E0 rugir
Apr\u00E8s avoir constitu\u00E9 une des pierres angulaires de la plus longue performance en s\u00E9ries des Canadiens depuis 1993, Lars Eller profite au maximum de son \u00E9t\u00E9, rechargeant les batteries et pr\u00E9parant son corps pour les rigueurs de sa cinqui\u00E8me campagne compl\u00E8te dans la LNH.

MONTRÉAL – Après avoir constitué une des pierres angulaires de la plus longue performance en séries des Canadiens depuis 1993, Lars Eller profite au maximum de son été, rechargeant les batteries et préparant son corps pour les rigueurs de sa cinquième campagne complète dans la LNH.

L’attaquant de 25 ans a partagé son temps entre Montréal et le Danemark au cours des deux derniers mois, mettant l’emphase sur le temps de qualité passé avec famille et amis, tout en ne délaissant pas le gymnase pour autant.

«Cet été a relativement été semblable aux précédents. J’ai été chanceux et je n’ai pas eu à soigner des blessures, ni à faire de la réhabilitation. J’ai pu m’entraîner cinq jours par semaine, à raison de quelques heures chaque matin. Le reste du temps, je l’ai passé avec ma famille au maximum, tentant de rattraper le temps passé à l’extérieur au cours de la saison », a offert Eller, qui a passé environ six semaines à sa maison de Copenhague avant de revenir récemment à Montréal pour reprendre l’entraînement quotidien au Complexe sportif Bell de Brossard. «J’ai passé du temps avec ma femme Julie, ma petite fille d’un an, mes parents, mes frères, mes cousins, toute la famille quoi. C’est vraiment ma priorité quand je suis à la maison. Je ne reste pas en place bien longtemps. On est toujours en mouvement. »

Eller s’est habitué à ce rythme de vie familiale effréné, lui qui est père depuis maintenant 22 mois. Et il apprécie chaque minute de cette nouvelle vie.

«Ma femme et moi voyons le fait d’être parents comme le plus beau cadeau qu’on peut recevoir. C’est une grande joie d’être parent. On apprend beaucoup au fur et à mesure. C’est difficile de comparer ce sentiment à n’importe quel autre que j’avais vécu auparavant », a confié le numéro 81, qui a obtenu 12 buts et 26 points en 77 matchs en 2013-2014, avant de terminer au deuxième rang des pointeurs en séries avec cinq buts et 13 points en 17 matchs. «On aime vraiment passer du temps et faire des activités avec la petite. On va au chalet. On va au zoo et à d’autres endroits du genre à Copenhague. On aime beaucoup marcher au centre-ville, faire du vélo et aller à la plage. On est au centre-ville de Copenhague, alors toutes les activités sont à moins de 30 minutes. »

Hormis ces activités, Eller s’est assuré que le seul objectif de sa routine soit de pousser son corps, déjà bien développé, à un autre niveau. Le talentueux joueur de centre espère bien arriver au camp d’entraînement dans la meilleure forme possible, tout comme il le fait chaque année, ce qui lui vaut le respect de ses coéquipiers dans le vestiaire.

«J’y mets autant de temps qu’au cours des deux derniers étés. Je travaille sur des bases plus solides par contre. Ma routine a un peu varié, mais pas trop », a mentionné Eller qui devrait chausser les patins pour une première fois cet été à la mi-août. «Je travaille un peu moins les répétitions et les lourdes charges. Ce sont plus de petits ajustements ici et là. Jusqu’à ce que je recommence à patiner, je me concentre à bâtir mon corps. C’est ce que je fais.»

De garder cet objectif en tête est certainement devenu plus facile lorsque Eller et les Canadiens ont finalisé les détails d’un contrat de quatre saisons, le 24 juillet. Les deux parties ont ainsi évité le processus d’arbitration.

«D’avoir ce contrat pour les quatre prochaines années est tout un soulagement et une joie. Dans un monde d’incertitude – où tu te retrouves en tant que joueur de la LNH – où tu peux te retrouver dans un nouvel endroit demain matin, tu recherches une certaine sécurité », a expliqué Eller, qui portera le chandail des Canadiens au moins jusqu’en 2017-2018. «C’est important pour moi de sentir que j’ai le support de l’organisation. Je le ressens. Ils s’appuient sur moi et ils croient en moi. C’est très important pour moi.»

Et il compte bien tout faire en son pouvoir pour aider la troupe de Michel Therrien à faire un pas en avant en 2014-15.

«J’ai hâte aux mêmes choses qu’à chaque début de saison. Quand tu vas aussi loin dans les séries, tu en veux plus », a professé Eller, à qui il sera probablement demandé de jouer un rôle plus important dans les deux sens de la patinoire cette saison. «C’est excitant parce que le visage de l’équipe est un peu différent alors c’est comme une nouvelle identité en ce sens. De nouveaux leaders se lèveront. Ça va être plaisant de voir comment on peut grandir ensemble à long terme.»

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Les Canadiens s'entendent sur les termes d'un contrat de quatre saisons avec Lars Eller