Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Y croire

lundi, 26.05.2014 / 15 h 27 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Y croire
Don\u2019t stop believin\u2019 [n\u2019arr\u00EAte pas de croire] chantait le groupe Journey en 1981. Cette chanson roule maintenant en boucle dans le vestiaire des Canadiens.

BROSSARD – Don’t stop believin’ [n’arrête pas de croire] chantait le groupe Journey en 1981. Cette chanson roule maintenant en boucle dans le vestiaire des Canadiens.

Accusant un retard de 3 à 1 dans la série contre les Rangers de New York, les Canadiens se doivent maintenant de faire un parcours sans faute s’ils veulent atteindre la finale de la coupe Stanley et espérer mettre la main sur le Saint-Graal du hockey. Si combler un tel déficit peut paraître une tâche difficile, c’est loin d’être mission impossible. Surtout qu’en séries 2014, un tel exploit a déjà eu lieu, deux fois plutôt qu’une.

« Quelques équipes ont été capables de réussir ce genre d’exploit cette année. Il suffit de penser aux Kings et aux Rangers. Ce n’est pas impossible et avec le groupe de joueurs que nous avons ici, nous croyons que c’est possible et que nous devenons meilleurs à mesure que la série avance », a souligné le capitaine Brian Gionta qui croit que l’expérience acquise contre les Bruins de Boston en deuxième ronde sera fort utile. « Tu bâtis un certain momentum. Tu commences à faire les choses comme elles se doivent et tout tombe en place et il y a un momentum qui se crée. Nous sommes acculés au mur. Tu gagnes ou tu pars à la maison. On s’attend au même genre de performance que ce qu’on a donné contre Boston. »

D’ailleurs l’entraîneur-chef des Canadiens Michel Therrien a décidé de tabler beaucoup sur la série opposant les Canadiens aux Bruins, rappelant qu’ils ont dû faire face à deux matchs d’élimination pour finalement envoyer les hommes de Claude Julien en vacances.

En vrac: Tomas Plekanec

«On a déjà fait face à ce genre d’adversité là et ce genre de challenge là et on a toujours répondu avec la bonne attitude. Je m’attends, par l’expérience qu’on a acquise au cours de la dernière série, à ce qu’on aille la bonne attitude pour disputer le match de demain », a souligné Therrien qui rappelle quelle est la clé du succès dans ce genre de moment. « Comme entraîneur, ça fait 25 ans que je suis dans le métier et j’en ai vu de toutes les couleurs. Mais l’important, c’est d’y aller un match à la fois.»

Dans le vestiaire des Canadiens, nombreux sont ceux qui ont déjà vécu ce genre de situation et puisé dans leurs ressources pour revenir de l’arrière de la sorte. C’est notamment le cas de Tomas Plekanec, qui tout comme Gionta, était de la formation qui a éliminé les Capitals de Washington en sept rencontres, après avoir tiré de l’arrière 3 à 1.

« Ça fait un sacré bout de temps », a blagué Plekanec lorsque questionné au sujet des souvenirs qu’il avait de cette série. « Il va falloir y aller une seule période à la fois. La dernière étape pour eux est la plus difficile à franchir. On va leur rendre la vie difficile et la foule va nous donner tout un coup de main. Il faut en tirer profit. »

« On se concentre et on se prépare pour le prochain match. Je n’ai pas vu un seul gars baisser les bras après le match de dimanche », a poursuivi Plekanec qui dispute en moyenne un peu plus de 20 minutes de temps de jeu par match, ayant amassé huit points au passage.

Et si personne n’était prêt à baisser les bras dans le vestiaire dimanche soir, la nuit n’a rien fait pour altérer la bonne humeur et le sentiment de confiance qui anime les joueurs des Canadiens.

« Les gars restent positifs. On a bien joué dimanche. On a eu des occasions pour l’emporter et les rondelles n’ont pas pénétré dans le filet. Puis St-Louis a marqué avec un excellent tir », a mentionné Rene Bourque. « On sait qu’on peut jouer contre eux. Il faut maintenant gagner trois matchs de suite et ça commence demain. »

« C’est possible de le faire et nous croyons que nous pouvons le faire. Ça peut sembler insurmontable, mais si on y croit, tout est possible », a conclu le robuste attaquant de puissance.

En effet, tout est possible.

Le match débute le mardi 27 mai, à 20h, au Centre Bell.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.