Cinq choses à savoir: match #4

mercredi, 07.05.2014 / 16 h 23 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Cinq choses \u00E0 savoir: match #4
Cinq choses \u00E0 savoir: match #4

On s’assagit avec le temps : On suppose que les deux équipes ont compris qu’elles possèdent chacune des unités dévastatrices en avantage numérique. Le mot ordre de Michel Therrien et Claude Julien est  facilement devinable : discipline, discipline et … discipline. Avec seulement quatre maigres minutes de punition lors du match numéro 3, il faut croire que le message des entraîneurs-chefs a été entendu clairement. Mais, avec les quelques mornifles qui se sont échangées après la sirène mardi soir, il ne serait pas surprenant que les deux vieux rivaux reviennent à leurs bonnes vieilles habitudes jeudi lors du match 4. Discipline, messieurs!

Une douzaine, c’est une douzaine : À Montréal, la douzaine du boulanger n’est pas notre expression favorite. On n’en veut pas une 13e! Après avoir mis fin à la séquence de 12 victoires des Bruins en saison régulière plus tôt cette saison, les Canadiens ont mis fin à une autre séquence de 12 gains consécutifs des Bruins, cette fois lors des matchs 3 en séries. Nous cherchons toujours une autre séquence de 12 à arrêter. Faites-nous savoir si vous en connaissez une.

Toujours trois… ou plus : Si les Canadiens ont terminé au 21e rang en saison régulière avec une moyenne de 2,55 buts par match, ils ont trouvé la recette magique pour faire scintiller la lumière rouge en séries. Après les sept premiers matchs des séries 2014, la troupe de Michel Therrien présente une moyenne de 3,86, la meilleure du circuit jusqu’ici ce printemps – vous vous en doutiez – et elle est la seule qui a inscrit au moins trois buts à tous ses matchs.

Déjà la dizaine : Avec une récolte d’un but – une pièce d’anthologie – et une passe, P.K. Subban a déjà atteint le cap des dix points après seulement sept matchs, grâce à une récolte de trois buts et huit mentions d’aide. Il s’agit ainsi de la 26e fois dans l’histoire de l’équipe qu’un défenseur obtient au moins 10 points au printemps. Des 25 fois précédentes, un précieux trophée a été porté à bout de bras en 16 occasions à la fin du parcours. On jase là!

La grande dame : Certains ont des pattes de lapin. D’autres ont des fers à cheval ou encore des trèfles à quatre feuilles. Les Canadiens ont maintenant leur propre porte-bonheur en la personne de Ginette Reno. Celle qui a déjà chanté pour Maurice Richard interprète l’hymne national canadien au Centre Bell depuis le début des séries 2014. Coïncidence ou non, les Canadiens n’ont pas subi la défaite au cours des trois rencontres où elle a fait vibrer le Centre Bell avant les rencontres. De plus, elle a touché Rene Bourque et Daniel Brière lors des deux premières rencontres et les deux joueurs ont trouvé le fond du filet. Il ne faut pas vendre la peau de l’ours, mais une chose est certaine, si ça peut avoir un impact, pourquoi pas. Vas-y Ginette !

- canadiens.com