Le CH à cœur : Ginette Reno

mercredi, 07.05.2014 / 11 h 08 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le CH \u00E0 c\u0153ur : Ginette Reno
MONTR\u00C9AL \u2013 Depuis les ann\u00E9es 1960, Ginette Reno enflamme la sc\u00E8ne et le c\u0153ur des Qu\u00E9b\u00E9cois avec sa voix puissante. C\u2019est donc sans surprise que \u00E7a a \u00E9t\u00E9 un plaisir pour les partisans des Canadiens de la voir interpr\u00E9ter l\u2019hymne national canadien depuis le d\u00E9but des s\u00E9ries 2014. \u00C9tablie rapidement comme un porte-bonheur de l\u2019\u00E9quipe, Mme Reno pr\u00E9sente une fiche de 3-0 lorsqu\u2019elle fait sa prestation au Centre Bell. L\u2019\u00E9quipe de canadiens.com a rencontr\u00E9 la grande dame de la chanson\u2026 et du hockey, histoire de savoir d\u2019o\u00F9 venait son amour pour le Tricolore.

MONTRÉAL – Depuis les années 1960, Ginette Reno enflamme la scène et le cœur des Québécois avec sa voix puissante. C’est donc sans surprise que ça a été un plaisir pour les partisans des Canadiens de la voir interpréter l’hymne national canadien depuis le début des séries 2014. Établie rapidement comme un porte-bonheur de l’équipe, Mme Reno présente une fiche de 3-0 lorsqu’elle fait sa prestation au Centre Bell. L’équipe de canadiens.com a rencontré la grande dame de la chanson… et du hockey, histoire de savoir d’où venait son amour pour le Tricolore.

Depuis quand êtes-vous partisane des Canadiens?

GINETTE RENO : Depuis que mes deux fils sont nés. En grandissant, ils étaient toujours habillés avec des vêtements des Canadiens. J’allais à la patinoire avec eux souvent. Il y en avait un qui était gardien et l’autre était défenseur. J’allais à l’aréna et je les habillais au beau milieu de la nuit, à 4h30 du matin. Je me rappelle que souvent les gens dans l’aréna dormaient pendant qu’ils jouaient. Tout le monde était vraiment fatigué. Habiller des enfants, c’est quelque chose.

Surtout un gardien de but?

GR : Surtout un gardien de but. Je ne trouvais pas ça facile du tout. Après ça, mes enfants me demandaient de leur chanter l’hymne national. Je leur chantais donc l’hymne national. Je leur demandais où et ils répondaient là là. Il y avait seulement quatre ou cinq personnes qui assistaient aux pratiques. Dans le temps, quand je chantais l’Essentiel, je leur chantais «l’essentiel, c’est de rentrer dans le filet la petite rondelle. » Je leur chantais ça tout le temps.

Ça devait être spécial pour eux.

GR : C’est certain que c’était spécial. Mais tout ça, ça fait très, très longtemps.

Quel est votre souvenir des Canadiens le plus marquant?

GR : J’ai une photo de ce moment chez moi. Quand ils ont gagné la coupe Stanley en 1993 et que la parade est passée. J’étais avec un de mes amis, lunettes fumées sur le nez et je les applaudissais alors qu’ils passaient.

Qui était votre joueur préféré chez les Canadiens?

GR : J’ai beaucoup aimé Guy Lafleur. Dans l’ancien temps… parce que je suis une ancienne moi….dans l’ancien temps, je connaissais presque tous les joueurs par leurs noms. Aujourd’hui, c’est bien différent. Mais dans le temps, je les connaissais tous. De Boom Boom à Jean Béliveau. De Henri Richard à Maurice Richard. J’étais une fan inconditionnelle de Maurice. Je suis allé chanter à ses funérailles. Quand il a pris sa retraite, j’étais là pour le fêter, j’ai chanté pour lui.

Est-ce que ça vous arrive de venir voir un match de temps en temps au Centre Bell?

GR : Non. Je vais vous dire, je préfère beaucoup plus les regarder à la télé. Dans le temps, j’étais assise en arrière des joueurs et je ne voyais pas la rondelle tellement que ça allait vite. Je n’avais pas le temps de la voir. Je n’avais pas de fun. Tout rentrait tellement vite, surtout dans les séries.

Vous avez chanté au Forum, au Colisée de Québec et maintenant au Centre Bell. Lequel de ces trois endroits vous a le plus marqué?

GR : C’est ici, tout le temps. C’est ici que ça se pense. L’ambiance, c’est ici qu’on la retrouve.

Vous avez fait beaucoup de duos dans votre carrière, mais de faire un duo avec 21 273 personnes qui chantent, à quel point est-ce que c’est spécial?

GR : Tantôt j’écoutais les partisans. Je voulais qu’ils me suivent, mais disons que j’essayais de les suivre moi aussi.

Avec lequel des joueurs des Canadiens actuels est-ce que vous aimeriez chanter en duo?

GR : Le gardien de but, Carey Price.

À cause de sa voix?

GR : Parce qu’il est bon tout simplement. Il est vraiment bon.

En terminant, qu’est-ce que ça vous fait de chanter comme ça, en séries avant les matchs des Canadiens?

GR : Ça me rend très heureuse. Ça m’émerveille à chaque fois même si j’ai un trac fou et que je chante toujours comme si c’était la première fois. C’est du gros plaisir après. L’adrénaline après, ça fait tellement de bien.