Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le calepin des séries - 17 avril

jeudi, 17.04.2014 / 15 h 41 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le calepin des s\u00E9ries - 17 avril
TAMPA \u2013 Dans le calepin aujourd\u2019hui : Bournival revient sur son premier match en s\u00E9ries, Subban explique les insucc\u00E8s de l\u2019avantage num\u00E9rique et Bri\u00E8re ne veut pas regarder trop loin.

TAMPA – Dans le calepin aujourd’hui : Bournival revient sur son premier match en séries, Subban explique les insuccès de l’avantage numérique et Brière ne veut pas regarder trop loin.

PREMIER TEST RÉUSSI : Si 12 joueurs du côté du Lightning en étaient à une première expérience en carrière en séries dans la LNH, seuls deux l’étaient chez le Tricolore. Parmi eux, Michaël Bournival, qui a laissé une excellente première impression, se permettant même d’être sur la patinoire lors du but vainqueur inscrit en prolongation par Dale Weise. Même s’il en était à une première dans la LNH, l’attaquant de 21 ans a souvent fait sa marque au printemps partout où il est passé. La rencontre de mercredi n’a donc pas nécessité de grosse période d’adaptation dans son cas.

« Dans les séries ce sont toujours des matchs excitants, remplis d’émotions. Ça a été le fun que ça s’est fini de cette manière hier, on avait bien joué », explique Bournival, qui a été utilisé durant 12:28 mercredi soir, aux côtés de Dale Weise et Daniel Brière. « Dans toutes les ligues, quand t’arrives dans les séries, le jeu monte d’un cran. Je m’en attendais un peu. J’ai vu des matchs des séries à Montréal l’année passée. Je regardais comment ça se passait et je pense que j’étais prêt à ce moment. Chaque match va être similaire. En séries, il y a un gros enjeu à chaque partie. Ça peut aller vite, ça peut finir du jour au lendemain. Chaque match, chaque période et chaque présence seront importants. »

REPRENDRE L’AVANTAGE : Maintenant au milieu d’une séquence de 0 en 25 en supériorité lors des neuf dernières rencontres, incluant un 0 en 2 jusqu’à présent en séries, les Canadiens ont de nouveau divisé l’équipe en deux groupes jeudi après-midi afin de se concentrer sur les unités spéciales. Bien qu’ils aient été parfaits en infériorité numérique lors du premier match, neutralisant le Lightning lors de leurs deux occasions à court d’un homme, en plus de marquer en désavantage numérique, le Tricolore n’appuie pas encore sur le bouton panique. Les joueurs ont toutefois hâte de voir la lumière rouge scintiller un peu plus souvent avec l’avantage.

« Je crois que nous faisons de bonnes choses et que nous créons des occasions de qualité. Nous ne marquons pas, ce n’est pas parce que nous n’essayons pas. Dès que nous marquerons, tout ça va changer », souligne P.K. Subban, qui a terminé au deuxième rang derrière Alex Ovechkin en passant 4:38 sur la glace par match en supériorité numérique cette saison. « Je crois que la chose la plus importante pour notre équipe maintenant est que nous devons travailler en unité de cinq. Pas seulement les attaquants, les défenseurs aussi puisque nous devons diriger la rondelle au bon endroit pour que nos attaquants la reprenne. Nous devons seulement prendre notre ère d’aller et la diriger vers notre jeu à cinq contre cinq. Nous voudrions marquer à chaque avantage numérique, naturellement, mais les autres équipes sont bonnes et ils veulent nous neutraliser. »

UN HOMME D’EXPÉRIENCE : À l’aube du 110e match éliminatoire de sa carrière dans la LNH, le vétéran et redoutable joueur des séries Daniel Brière a déjà mis de côté l’importante victoire des siens lors du premier match. Comptant plus d’expérience en séries dans la LNH que huit attaquants du Tricolore dans la formation mercredi combinés, l’attaquant de 36 ans reconnait l’importance de demeurer la tête froide lorsque s’amorce le tournoi printanier.

« Si vous regardez les équipes qui connaissent du succès en séries, ce sont celles qui peuvent contrôler leurs émotions. Il y a des hauts et des bas, que ce soit un but contre nous, une erreur ou une pénalité, mais les bonnes équipes sont celles qui peuvent rebondir et mettre ça de côté », explique Brière, qui a récolté un 110e point en carrière en séries, mercredi. « Il ne faut pas juste passer d’un match à l’autre, parfois il faut y aller une période à la fois et une présence à la fois. Nous l’avons vu mercredi lorsqu’ils ont inscrit leur premier but et ça aurait été facile pour nous de nous décourager. Mais nous avons répliqué immédiatement avec un but 19 secondes plus tard. Vous passez par toute la gamme des émotions en séries et vous ne devez pas vous laisser distraire. Oui nous avons disputé une bonne partie mercredi, mais ça ne veut plus rien dire. Nous devons repartir à zéro et connaître un autre bon match. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.