Comme à la maison

mercredi, 16.04.2014 / 23 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Comme \u00E0 la maison
TAMPA \u2013 Les Canadiens ont souvent insist\u00E9 que l\u2019avantage de la glace ne veut rien dire. Ils l\u2019ont prouv\u00E9 en le volant des mains du Lightning mercredi soir.

TAMPA – Les Canadiens ont souvent insisté que l’avantage de la glace ne veut rien dire. Ils l’ont prouvé en le volant des mains du Lightning mercredi soir.

Michel Therrien a souvent réitéré que tous les joueurs devraient contribuer s’ils souhaitaient gagner en séries. Si les acteurs habituels ont mené le bal en testant à maintes reprises le gardien Anders Lindback, c’est le personnel de soutien qui a permis au Tricolore de l’emporter 5 à 4 en prolongation, leur permettant de réaliser leur objectif qui était de soutirer au moins une victoire au Lightning à Tampa Bay.

Si Daniel Brière a longtemps été reconnu pour savoir tirer son épingle du jeu lorsqu’arrivent les séries éliminatoires, ses compagnons de trio durant la rencontre, Dale Weise et Michaël Bournival, ont démontré qu’ils étaient prêts pour la danse malgré le fait qu’ils ne possèdent pas une feuille de route aussi impressionnante au printemps. Par le fait même, ils se sont même permis d’inscrire le but décisif en fin de la première période de prolongation, leur donnant une avance de 1 à 0 dans leur série.

« Une chose qui est impressionnante, et je ne crois pas qu’il ait obtenu de mention d’aide sur le jeu, c’est le travail de Michaël Bournival. Il avait deux joueurs sur le dos, il a continué à travailler avec le disque avant de me le refiler et c’est de là que ça a commencé », explique Brière, qui a obtenu un 110e point à son 109e match éliminatoire sur le but décisif de Weise. « J’ai ensuite réalisé, quand j’ai eu la rondelle derrière le but, que Dale était dans l’enclave. Il semblait être seul, j’avais de la misère à le croire, et j’ai tenté le jeu vers lui. »

« Notre trio a fait du bon travail. On était sur la rondelle et on a créé plusieurs chances de marquer. Notre but était d’amener un peu d’énergie à l’équipe. Dépendamment de l’allure de la rencontre, tu ne sais jamais si tu vas avoir l’occasion de jouer beaucoup », poursuit Brière, qui a passé 18:48 sur la glace durant la rencontre. « En prolongation, on se disait qu’on aurait peut-être l’occasion de jouer un peu plus. On était frais, on se sentait frais, on les gardait dans le fond de leur zone. Ça a fait travailler leurs défenseurs. Finalement ça a porté fruit. »

Si les matchs Canadiens-Lightning ont été à caractère défensif en saison régulière, ce n’était vraiment pas le cas lors de ce premier duel en séries. Lors de leurs quatre affrontements précédents au cours du calendrier régulier, 3,25 buts avaient été inscrits en moyenne par les deux formations. Alors qu’habituellement le jeu se resserre lorsque s’amorcent les séries éliminatoires, les joueurs des deux équipes ont fait la sourde oreille face à cette théorie, y allant de neuf buts.

« Je ne sais pas si nous nous attendions à un pointage de 5 à 4, mais ce sont les séries. Tout peut arriver », partage Weise, de qui le but mercredi était son tout premier point en carrière dans la LNH en séries. « Je ne me souviens pas la dernière fois que j’avais marqué un but en prolongation. Celui-ci est donc spécial. Nous avions eu deux ou trois chances similaires auparavant et sur notre séquence précédente mais j’avais reculé un peu pour ne pas me faire prendre. Bourny et Danny ont fait tout un jeu et je ne manque pas souvent de cet endroit. »

Alors que les nombreux partisans du Tricolore dans les gradins sont passés par toute la gamme des émotions durant le match suite aux nombreux changements d’avance et aux rebondissements fréquents, c’était tout le contraire du côté du banc. Tous étaient très calmes et concentrés plus la rencontre progressait.

C’est pour cette raison que malgré toutes les chances de marquer ratées, principalement en prolongation, le clan montréalais savait que ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne soit récompensé. La patience est une vertu, surtout lorsque vous êtes en prolongation dans un match des séries éliminatoires.

« Notre équipe était très bien préparée. Nous avons joué un match solide. Rien ne dérangeait les joueurs. Même si l’adversaire marquait un but, nous répliquions immédiatement », souligne l’entraîneur-chef du Tricolore, de qui l’équipe est revenu deux fois de l’arrière mercredi soir. « Nous avions la bonne attitude durant toute la rencontre. Même si nous avons eu quelques relâchements et qu’ils ont capitalisé dessus, notre attitude était bonne.

« Avant la série, on a souvent mentionné qu’on aurait besoin de la contribution de tout le monde », conclut Therrien. « C’est ça qu’on a eu ce soir. C’est une belle victoire d’équipe. »

Quitter Tampa avec une victoire et voler l’avantage de la glace, c’est bien. Mais possiblement quitter Tampa avec deux victoires en poche pour mettre encore plus de pression sur le Lightning, c’est encore mieux.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Sommaire
Le jeu des chiffres - Match #1 - 16 avril 2014
Centrale des séries 2014
Quand les chiffres parlent : Les armes secrètes