Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Série en préparation

lundi, 14.04.2014 / 14 h 36 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


S\u00E9rie en pr\u00E9paration
C\u2019est parti! Les premiers entra\u00EEnements en vue des s\u00E9ries de la coupe Stanley sont commenc\u00E9s et les forces en pr\u00E9sence se pr\u00E9parent aux affrontements.

BROSSARD – C’est parti! Les premiers entraînements en vue des séries de la coupe Stanley sont commencés et les forces en présence se préparent aux affrontements.

Pour les Canadiens, deux entraînements sont au programme avant de quitter pour Tampa en après-midi mardi. Les hommes de Michel Therrien auraient bien sûr aimé amorcer les séries éliminatoires au Centre Bell, le fait de disputer les deux premiers matchs en Floride a tout de même quelque chose de positif.

«Ça nous donne l’occasion de jouer un style de jeu simple des séries, sur la route. Nous n’avons pas à impressionner qui que ce soit ou à faire des jeux de finesse pour la foule », a souligné Josh Gorges, qui croit qu’il s’agira presque d’un avantage pour ses coéquipiers et lui puisqu’ils n’auront qu’une seule chose à se soucier. «Il faut juste aller sur la glace et gagner, peu importe ce qu’il faut faire pour y arriver. Une des bonnes choses à propos du fait de commencer sur la route et qu’on peut vraiment pousser la machine et tout faire pour remporter un match.»

En vrac: Daniel Brière

S’ils n’ont pas peur de la foule potentiellement hostile du Tampa Bay Times Forum, les Canadiens et leur entraîneur Michel Therrien voient un inconvénient principal au fait d’amorcer la série sur la route et c’est le dernier changement. Mais le pilote du Tricolore ne s’en fait pas outre mesure avec ce léger détail, sachant que ses joueurs seront prêts à toute éventualité.

«Nos joueurs connaissent leurs responsabilités lorsqu’ils sont sur la glace. Nous allons tenter d’y aller avec certains affrontements, mais je ne veux pas sacrifier le tempo de notre match pour que des affrontements arrivent », assure Therrien, qui croit que son vis-à-vis Jon Cooper a un peu la même mentalité à ce sujet. «Je crois que le Lightning aime aussi un match qui a beaucoup de tempo. C’est certain qu’on veut avoir le bon gars sur la glace au bon moment, mais quand tu n’as pas le dernier choix, c’est parfois hors de ton contrôle. »

Si Therrien réussit à mettre le bon gars au bon moment, les chances sont fortes pour que Tomas Plekanec soit confronté au meilleur élément du Lightning, Steven Stamkos. Depuis qu’il est revenu au jeu après avoir raté plus de la moitié de la saison en raison d’une jambe cassée, le double récipiendaire du trophée Maurice-Richard a récolté 17 points en 20 matchs.

«Il ne faut pas le laisser tirer. Il a un des meilleurs tirs de la Ligue, alors lorsque tu le laisses tirer sur réception du côté, il y a de bonnes chances que son tir se retrouve près du filet », a laissé tomber Plekanec qui a terminé la saison 2013-2014 avec un différentiel de plus-11, bon pour le premier rang chez les Canadiens. «Nous allons voir quels seront nos rôles. Peu importe qui se retrouve contre lui sur la glace, il ne faut surtout pas le laisser tirer. »

Et Plekanec sait de quoi il parle, lui qui présente un différentiel de plus-2 cette saison contre le Lightning, étant notamment sur la glace lors de la seule rencontre de Stamkos contre les Canadiens cette saison, alors que ce dernier avait présenté un différentiel de moins-1.

Toutefois, si jamais Stamkos réussit à percer la défensive des Canadiens, il devra déjouer Carey Price, ce qui n’a pas été une mince tâche cette saison, spécialement pour les attaquants du Lightning. En effet, le cerbère de 26 ans présente une moyenne de buts alloués de 1,42 cette saison contre Tampa, ce qui reflète bien les performances exceptionnelles du médaillé d’or de Sotchi en 2013-2014.

«Carey a été notre meilleur joueur tout au long de la saison, ça ne fait aucun doute. J’ai eu la chance de jouer avec plusieurs bons gardiens et je peux dire que c’est un des meilleurs avec qui j’ai eu la chance de jouer », a mentionné Daniel Brière, avouant que la présence de Price à Montréal l’a aidé dans sa décision de s’entendre avec les Canadiens au cours de l’été dernier. «Quand j’ai signé ici, c’est une des premières choses à quoi j’ai pensé. D’avoir la chance de jouer devant un gars comme lui c’est quelque chose de spécial et il l’a prouvé toute l’année. »

Si la présence de Price assure une bonne police d’assurance en défensive, celle de Brière pourrait être plus qu’intéressante en offensive. Avec ses 109 points en 108 matchs en séries éliminatoires, Brière est le seul joueur actif de la LNH à présenter une moyenne de plus d’un point par match, en ayant joué plus de 100 rencontres en séries.

«Quand j’ai signé à Montréal, je signais avec une équipe qui avait la chance de gagner. On s’est rendu en séries. Maintenant le focus c’est le premier tour, c’est Tampa Bay», a souligné Brière qui participera à la grande danse du printemps pour une dixième fois en carrière. «J’aime bien nos chances. Ce ne sera pas facile, mais je suis excité comme un peu tout le monde. Quand on arrive dans les séries, c’est une autre saison. Il n’y a pas de lendemain. Chaque match est gros. J’ai hâte que ça commence.»

Et il n’est pas seul à avoir hâte que ça commence. Mercredi 19 h, match numéro 1.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.