Incident de parcours

jeudi, 10.04.2014 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Incident de parcours
Plusieurs bonnes performances peuvent parfois mener \u00E0 une soir\u00E9e plus difficile. Mais celle-ci n\u2019est g\u00E9n\u00E9ralement qu\u2019un incident de parcours.

MONTRÉAL – Plusieurs bonnes performances peuvent parfois mener à une soirée plus difficile. Mais celui-ci n’est généralement qu’un incident de parcours.

C’est privé des services d’Alex Galchenyuk, qui est blessé au bas du corps, de Douglas Murray, expulsé de la rencontre en première période et de Lars Eller, toujours malade, que le Tricolore a dû composer contre une rapide équipe des Islanders, composée principalement de jeunes. De plus, la troupe de Michel Therrien disputait un deuxième match en autant de soirs, après être rentrée tardivement d’une rencontre avec les Blackhawks, à Chicago.

«Nous avons joué hier [mercredi], mais ce n’est pas une excuse », a lancé Thomas Vanek, qui a disputé 47 matchs avec les insulaires en 2013-2014. «C’est une jeune équipe. Je connais beaucoup ce ces gars-là. Je sais qu’ils jouent avec passion et qu’ils veulent impressionner leurs entraîneurs. Nous l’avons vu ce soir et au final, ils ont seulement été meilleurs que nous du début à la fin. »

En vrac: Thomas Vanek

Malgré la défaite, le vétéran de 30 ans, qui a vu six de ses tirs aboutir sur les jambières des joueurs adverses sans se rendre jusqu’au gardien Evgeni Nabokov, sait très bien que comme le dit l’expression, une fois n’est pas coutume.

«Tous les soirs ne peuvent pas être parfaits. Mais je ne m’en fais pas trop. Ce n’est pas plaisant de perdre, mais en même temps parfois tu n’es seulement pas assez bon. Ce soir il faut leur donner du crédit», a renchérit Vanek au sujet de la troupe de Jack Capuano, qui a dirigé un impressionnant total de 71 tirs en direction de Carey Price, dont 30 qui ont atteint le cerbère du Tricolore qui termine la soirée avec 28 arrêts.

Même s’il est aujourd’hui un vétéran aguerri, le défenseur Mike Weaver sait très bien dans quel état d’esprit les Islanders, éliminés depuis longtemps de la course aux séries, se sont amenés à Montréal.

«Ils sont jeunes et inexpérimentés, mais dans leur cas, c’est presque une bonne chose », a lancé Weaver faisant notamment référence à la moyenne d’âge de 25,7 ans des Islanders, par rapport aux 28,9 ans des Canadiens. «J’ai joué en Floride et à Atlanta pour des équipes qui n’étaient pas très bonnes, mais peu importe où tu joues, tu le fais avec fierté. À la fin de l’année, beaucoup de joueurs tentent de faire une bonne impression pour leur contrat ou encore pour prouver quelque chose et ils sortent avec beaucoup de voracité. Ils ont travaillé. C’était ça leur plan de match. Nous nous sommes tirés dans le pied en faisant des revirements en zone neutre et en n’envoyant pas la rondelle en fond de territoire. »

Avec la victoire du Lightning de Tampa Bay, les Canadiens, avec le résultat de jeudi soir, perdent une certaine partie du contrôle de leur destinée par rapport à l’avantage de la glace. En effet, le Tricolore détient toujours une priorité d’un point par rapport aux Floridiens, qui ont toutefois un match en main.

«C’est le côté plate de la chose. Maintenant, la seule chose qu’on peut faire, c’est de se concentrer pour notre match contre les Rangers. On pourrait accumuler 100 points, ce qui est tout un exploit. On va espérer avoir de l’aide d’une équipe qui peut battre Tampa», a lancé Daniel Brière qui est loin d’avoir honte lorsqu’il regarde le parcours récent de son équipe.

«Quand on regarde les 10 derniers matchs, on s’est quand même bien positionnés. On était derrière le Lightning à un moment. On s’est donné des chances d’avoir l’avantage », a ajouté Brière au sujet de la fiche de 7-2-1 des Canadiens. «On va espérer qu’ils en échappent une et qu’on termine l’année en force la saison régulière.»

Il ne reste plus qu’un match avant le début de la grande danse du printemps. La rencontre de samedi pourrait permettre aux Canadiens de bien saisir la cadence et de partir du bon pied.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Le jeu des chiffres - 10 avril 2014
Faits saillants
Sommaire