Coup de théâtre

vendredi, 04.04.2014 / 23 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Coup de th\u00E9\u00E2tre
OTTAWA \u2013 D\u00E9cid\u00E9ment, il y a eu quelque chose de dramatique dans l\u2019air \u00E0 toutes les fois que les Canadiens ont affront\u00E9 les S\u00E9nateurs cette saison. Vendredi soir ne faisait pas exception.

OTTAWA – Décidément, il y a eu quelque chose de dramatique dans l’air à toutes les fois que les Canadiens ont affronté les Sénateurs cette saison. Vendredi soir ne faisait pas exception.

La troupe de Michel Therrien a dû prendre goût aux remontées exceptionnelles suite au dernier match l’opposant à l’équipe ottavienne. Cette fois, le déficit à combler de trois buts s’est fait avant la fin du premier tiers, puis les Canadiens en ont rajouté à quatre autres reprises, histoire de donner un grand spectacle à la foule – très divisée, d’ailleurs – qui s’était réunie au Centre Canadian Tire.

Le clou du spectacle? Un tour du chapeau naturel réalisé par Max Pacioretty, son troisième de la saison, en plus de deux mentions d’aide sur les buts de Mike Weaver et de David Desharnais. Mieux encore, Pacioretty est le premier joueur du Tricolore à se hisser parmi les dix meilleurs marqueurs au chapitre des buts depuis Stéphane Richer (51 buts) en 1989-1990 et le premier à se hisser dans le top cinq depuis Guy Lafleur (52 buts) en 1978-1979. Malgré tout, l’attaquant prolifique est resté modeste devant sa performance de cinq points vendredi soir.

« C’est un bon sentiment de marquer des buts et d’aider l’équipe à gagner. Ce qui doit arriver arrivera. C’est simplement gratifiant de pouvoir aider l’équipe à gagner. Je suis encore ici pour au moins cinq années, donc je ne m’en fais pas pour mes statistiques au moment où on se parle. Si je me tenais devant vous et que nous ne faisions pas les séries éliminatoires, je ne serais pas heureux de mon match. »

Malgré la modestie, l'attaquant américain laisse entendre qu'il y a peut-être un léger air de vengeance derrière les matchs contre les Sénateurs cette année.

« Peut-être que, cette année, nous sentions que nous devions leur faire payer pour l’année dernière dans les séries », admet ce dernier. « Il y a eu beaucoup d’action lors de nos matchs contre eux. Ce n’est pas juste sur le tableau de pointage que ça fait du bien de les battre. Voir les gars se lever et défendre leurs coéquipiers, c’est gratifiant pour tout le monde. »

Ce n’est un secret pour personne : depuis que Michel Therrien a tenté l’expérience de combiner la chimie de Max Pacioretty et David Desharnais au talent du nouveau-venu Thomas Vanek, l’offensive montréalaise a explosé. Ce soir, le premier trio du Tricolore s’est illustré en grand, combinant dix points.

« Encore une fois ce soir, ce trio-là a été très créatif offensivement », affirme l’entraîneur-chef des Canadiens qui dit avoir apprécié les jeux occasionnés par les trois joueurs ainsi que leur exécution. « Lors du dernier match à Tampa Bay, ça a été un peu plus difficile pour eux, mais ils ont rebondi en étant des leaders. »

L’entraîneur-chef a aussi apprécié la force de caractère démontrée par l’ensemble de ses joueurs ce soir. Combler un déficit de trois buts pour en marquer sept sans riposte de l’équipe adverse, ce n’est pas donné à tous.

« Ça a moins bien commencé », affirme David Desharnais d’entrée de jeu, expliquant qu’il n’est pas toujours facile pour les joueurs de produire avec des voyages aussi longs sur la route. « On n’est pas à la maison, mais presque. Ça a juste mal commencé et ils sont bien sortis, mais l’important c’est que nous avons été capables de revenir dans le match. Je ne sais pas trop ce que nous faisons de plus que ce que nous faisions avant, mais ça roule et nous avons des chances à presque toutes les fois que nous embarquons sur la glace. »

L’ingrédient miracle de la recette? La confiance.

« Nous étions toujours confiants », se remémore Pacioretty suite aux trois buts coup sur coup marqués par Ottawa dans les premières minutes de la rencontre. « Ils ont eu des bonds favorables en début de match et, si on regarde les tirs, nous avons également eu des bonds favorables. C’est comme ça que ça se passe, certaines soirées. Nos deux derniers matchs contre eux prouvent que nous ne sommes jamais vaincus et découragés. Cette fois, c’était très tôt dans le match, mais si on continue à bien travailler, de bonnes choses arriveront. »

Peut-être que Pacioretty, Desharnais et Therrien ont raison. Peut-être qu’il suffit d’être en confiance et de ne pas baisser les bras pour que le bon travail soit récompensé. Une chose est certaine: ce qui en ressort est un spectacle enlevant dont on ne peut jamais réellement prédire la fin.

Élise Robillard écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants
Sommaire
Le jeu des chiffres - 4 avril 2014
Fidèle au poste
Collecte de patins neufs ou d'occasion