Il y a de ces soirées là…

jeudi, 20.03.2014 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Il y a de ces soir\u00E9es l\u00E0\u2026
MONTREAL -

MONTRÉAL – Durant une saison de 82 matchs, il peut y avoir des soirées plus difficiles que d’autres. C’était le cas pour le Tricolore jeudi.

Bien qu’ils aient marqué le premier but de la rencontre en première période, on dirait que les Canadiens n’ont jamais trouvé leur rythme de croisière face aux Blue Jackets. Ayant eu à se débrouiller en infériorité numérique à huit reprises, dont deux fois à court de deux hommes, il peut être difficile de s’imposer dans une rencontre où l’enjeu est important face à une équipe la même association.

Après-match : Jarred Tinordi

Au bout du compte, ce sont les visiteurs qui ont eu le dernier mot après avoir bourdonné devant Carey Price durant toute la soirée, se sauvant avec une victoire de 3 à 2 aux dépens du Tricolore.

« Ça n’a rien à voir avec les unités spéciales. On a joué un mauvais match et on ne méritait pas de le gagner même si on était en position de récolter un point », explique Michel Therrien, qui voit la séquence de trois victoires consécutives de son équipe prendre fin du même coup. « Quand on parle d’un mauvais match, c’est l’ensemble. Quand tu es premier sur la rondelle, tu mets l’autre équipe en difficulté. C’était notre cas ce soir, c’est pour ça que je suis déçu. »

Bien qu’ils aient tiré de l’arrière durant la majeure partie de la rencontre, Montréal a toutefois réussi à niveler la marque dans les dix dernières minutes de temps réglementaire par l’entremise de Thomas Vanek, qui inscrivait un quatrième but à ses deux derniers matchs. Mais alors que le match semblait se diriger vers la prolongation, Jarred Tinordi a causé un revirement en zone offensive face à un des meilleurs attaquants adverses, Ryan Johansen, qui a réalisé tout un jeu pour marquer l’éventuel but de la victoire.

Sachant qu’il était responsable d’une erreur très coûteuse, le jeune défenseur ne s’est pas caché après la rencontre, étant le premier à admettre qu’il aurait dû être plus vigilant.

« Je ne l’ai jamais vu dès le début. Je les voyais arriver vers moi, mais je pensais avoir suffisamment d’espace pour faire le jeu. Mais ce n’était pas le cas. C’est certain que je voudrais recommencer le tout », explique Tinordi, qui avait tout de même effectué 27 présences sur la patinoire jeudi, un sommet pour lui cette saison. « Il [Johansen] est un joueur très rapide. J’aurais dû anticiper qu’il serait là. »

Étant le premier à admettre que son jeune défenseur est loin d’être la raison principale derrière ce revers, l’entraîneur-chef du Tricolore ne voulait aucunement le crucifier sur la place publique, fort conscient qu’un seul joueur n’est pas à blâmer.

« Je ne parle jamais aux joueurs après le match, que ce soit bon ou mauvais, c’est ma philosophie. On lui parlera vendredi », atteste Therrien. « C’est un bon jeune qui va apprendre de ses erreurs. »

Bien que quelques éléments positifs soient ressortis de cette soirée, comme la prestation de Carey Price qui n’a cédé qu’à trois reprises sur les 40 lancers dirigés vers lui, les joueurs du Tricolore savent qu’ils ne méritaient pas d’être en position de repartir avec un point. Ils préfèrent plutôt faire face à la critique et ne pas se défiler.

« Nous avons créé assez de chances de marquer pour gagner c’est sûr. Mais au bout du compte, les petites choses on fait la différence. Nous n’avons pas capitalisé sur nos chances », souligne Lars Eller, qui a bénéficié d’un tir de punition en troisième période, mais n’a pu déjouer Sergei Bobrovsky. « Nous étions juste là, mais les petits détails ont fait la différence. »

Il y a de ces soirées là…

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 20 mars 2014
Faits saillants
Sommaire
Quand les chiffres parlent: Vanek le buteur
Dans les Europes