Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google
Magazine Canadiens

Le dernier mot : Hugh Jackman

mardi, 18.02.2014 / 14 h 30 / Canadiens de Montréal - Magazine CANADIENS
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le dernier mot : Hugh Jackman
Il a peut-\u00EAtre atteint le summum de la c\u00E9l\u00E9brit\u00E9 en donnant vie au mutant Wolverine, dans la s\u00E9rie X-Men, mais Hugh Jackman est beaucoup plus qu\u2019un super-h\u00E9ros muscl\u00E9 avec un squelette fait d\u2019adamantium et de griffes. Entrepreneur, philanthrope, com\u00E9dien de style classique et d\u00E9tenteur du titre d\u2019Homme le plus sexy dans le monde selon le magazine People, l\u2019acteur de 45 ans refuse d\u2019\u00EAtre catalogu\u00E9, m\u00EAme lorsqu\u2019il est question de ses all\u00E9geances sportives. Bien qu\u2019il soit fid\u00E8le \u00E0 l\u2019Australie comme tout bon gar\u00E7on originaire de Sydney le serait, Jackman a \u00E9galement un faible pour le hockey, comme nous l\u2019avons d\u00E9couvert durant son r\u00E9cent passage au Centre Bell.

Il a peut-être atteint le summum de la célébrité en donnant vie au mutant Wolverine, dans la série X-Men, mais Hugh Jackman est beaucoup plus qu’un super-héros musclé avec un squelette fait d’adamantium et de griffes. Entrepreneur, philanthrope, comédien de style classique et détenteur du titre d’Homme le plus sexy dans le monde selon le magazine People, l’acteur de 45 ans refuse d’être catalogué, même lorsqu’il est question de ses allégeances sportives. Bien qu’il soit fidèle à l’Australie comme tout bon garçon originaire de Sydney le serait, Jackman a également un faible pour le hockey, comme nous l’avons découvert durant son récent passage au Centre Bell.

Tu ne le savais peut-être pas, mais Wolverine a des liens avec le Québec. Sa toute première apparition dans le monde des bandes dessinées était dans une bataille face à Hulk, en 1974, ici même au Québec. Sachant que tu as des racines québécoises, as-tu soudainement envie de manger un smoked-meat et / ou une poutine?

HUGH JACKMAN : (rires) C’est drôle que vous en parliez parce que j’ai essayé la poutine d’Au Pied de Cochon. C’est un de mes restaurants préférés. D’ailleurs, je considère le repas que j’ai eu là-bas une fois comme l’un des meilleurs que j’ai mangé. Nous sommes arrivés là-bas vers 19 h et en sommes repartis à 4 heures du matin. C’était peut-être plus qu’un souper.

Tu as fait plusieurs allers-retours vers Montréal pour le tournage de X-Men : Days of Future Past. Qu’aimes-tu le plus de la ville?

HJ : C’est très beau ici. C’est toute une ville avec d’excellents restaurants et c’est plutôt facile de se déplacer. Vous ne perdez pas des heures à vous retrouver. Les acteurs aiment leur nourriture, et elle est excellente ici. C’est une ville culinaire. J’habite à Melbourne en Australie et c’est similaire à Montréal. C’est centré sur la nourriture, le sport, la musique et la culture.

Jackman a effectué un arrêt au Centre Bell durant le tournage du dernier X-Men.

Tu es un gars plutôt athlétique, mais l’Australie n’est pas reconnue comme un marché de hockey. As-tu déjà chaussé des patins à glace?

HJ : Oui, j’ai déjà patiné. C’est une activité que vous verriez lors d’anniversaires. Ça ne s’est pas si bien passé parce que mon frère est tombé sur la glace et quelqu’un a patiné sur ses doigts. Il a reçu plusieurs points de suture sur les mains, ses doigts n’ont pas été complètement coupés. Le sang ne me dérangeait pas trop parce que j’en ai souvent vu, mais lorsque les doigts de mon frère virevoltaient, c’était le contraire. Mais de ce que j’ai vu, si j’étais venu au Canada plus tôt, j’aurais pu apprendre le sport, retourner chez moi et jouer sur le premier trio. J’aurais pu me rendre aux Olympiques comme ça! (rires)

Assistais-tu à ton premier match de la LNH lors de ton passage au Centre Bell? Peut-on maintenant te compter parmi notre club de loyaux partisans célèbres?

HJ : C’est en fait le deuxième match de la LNH auquel j’assiste. J’ai été à un match des Canucks lors d’un tournage à Vancouver il y a quelques années. Mais vous pouvez me compter parmi vos partisans. L’atmosphère à Montréal est incroyable.

Es-tu un amateur de sport?

HJ : J’adore les sports. Si je devais en choisir un, je choisirais le football américain. Je suis un partisan des Giants de New York. J’adore la NFL, et j’aime bien le basketball. En Australie, je suis le cricket et le football australien. Mais le hockey est tout un sport. J’adore assister à des événements sportifs et c’est pourquoi le hockey est un de mes sports préférés. L’atmosphère au Centre Bell peut se comparer aux plus grands amphithéâtres de la planète.

Côté robustesse, comment le hockey se compare-t-il au football australien?

HJ : C’est plus dur. Au moins, le football se joue sur le gazon. Ici tout est difficile, même la rondelle est dure! Le football australien est un sport plutôt rude, on y voit le même désir de sortir l’adversaire. Mais les hockeyeurs sont plus rapides.

Nos joueurs ont des programmes d’entraînement plutôt stricts durant la saison morte, mais cela ne doit pas être facile avoir un corps de super héros. À quel point est-ce difficile d’avoir un corps comme Wolverine?

HJ : C’est très difficile. J’ai 45 ans maintenant et ça empire à chaque film. Je m’entraîne environ trois heures par jour. Je fais environ deux heures le matin, une heure de cardio et une heure de musculation. Ensuite, je tente d’en faire une autre heure l’après-midi. Je peux prendre environ 6 000 calories par jour d’entraînement.

On parle de la catégorie de Michael Phelps ici!

HJ : Oui, mais j’ai entendu qu’il mangeait des crêpes. Une pile de crêpes équivaut à 1 000 calories. Tu dois manger beaucoup de poulet ou de brocoli cuit à la vapeur pour atteindre ce plateau.

Tu as animé les Oscars en 2009. Ayant vu les commentaires en direct sur Twitter et en ligne sur le travail des hôtes, peut-on affirmer que c’est un travail ingrat?

HJ : Je n’ai lu aucune critique. Heureusement. La première personne que j’ai vue le lendemain m’a dit : ‘Je me fous de ce que le LA Times dit. Tu as bien fait ça.’ Et je ne savais pas ce que le LA Times avait dit. J’ai décidé que je ne lirais plus rien après cela. (rires)

Jackman a admis sur Twitter que l'atmosphère du Centre Bell est comme nulle part ailleurs.

Quatorze années se sont écoulées depuis que tu as prêté tes traits à Wolverine au grand écran. Qu’est-ce qui a le plus changé dans ta vie depuis ce temps?

HJ : J’ai deux enfants maintenant. Côté carrière, ça a provoqué beaucoup de changement. Je crois que j’ai été très chanceux d’avoir rencontré ma femme avant tout que cela se produise. J’ai vu des amis qui étaient célibataires et dans notre domaine, c’est difficile de rencontrer quelqu’un. C’est pour cela que beaucoup d’acteurs fréquentent d’autres acteurs. J’aime que Deb et moi soyons passés à travers tout cela ensemble et elle a été dans beaucoup de films et d’être connue, surtout en Australie, donc elle comprend. Nous pouvons simplement profiter de la vie ensemble.

Tu as tourné quelques scènes de Wolverine au Japon. Quel a été l’endroit le plus exotique où tu as été en tournage?

HJ : Le Japon est en haut de liste. Tomonura est un magnifique village de pêcheurs où c’était incroyable de passer du temps. Le Sud de la France pour Les Misérables était également très bien.

À quel point est-ce incroyable d’avoir la possibilité de jouer aux côtés de collègues de Broadway et légendes du théâtre comme Sir Ian McKellen et Sir Patrick Stewart?

HJ : Lorsque j’ai suivi mes cours de théâtre, on regardait des vidéos de séries de l’époque Shakespearienne nommés Barton, et c’est là que j’ai connu Ian McKellen. Judy Dench, lui et plein d’autres acteurs étaient sur ces cassettes. Ils étaient des membres du Royal Shakespeare Company et j’écoutais ces vidéos assidûment. Lorsque j’ai appris que je serais dans un film avec Patrick Stewart et Ian McKellen, je ne pouvais pas y croire. C’était comme [Al] Pacino et [Robert] De Niro dans Tension. C’est vraiment quelque chose.

Lorsque tu as accepté de te joindre à la distribution des Misérables, t’attendais-tu à une si bonne réponse du public? Est-ce que ce film a aidé à la popularité des comédies musicales aux États-Unis?

HJ : Les comédies musicales peuvent atteindre un public relativement limité. Peu importe à quel point vous faites bien, une grosse partie de la population n’y comprendra rien. Autant apprécié qu’il l’était, Le Fantôme de l’opéra est la plus grande pièce musicale de tous les temps, mais personne n’a vraiment vu le film. Jamais je n’aurais cru que Les Misérables deviendraient si gros et je suis très fier d’ay avoir participé. Nous avons travaillé tellement fort. C’est une des plus grandes surprises de ma carrière.

Préfères-tu les films ou Broadway?

HJ : Les deux. À l’heure actuelle, j’aime plus que jamais les films. Je dirais que ça m’a pris 10 ans avant d’être aussi confortable au cinéma que sur une scène. J’ai grandi sur les planches et j’ai étudié le théâtre classique, je suis comme immunisé lorsque je suis sur une scène. Le cinéma est un monde complètement différent. Vous ne filmez que quelques minutes à la fois, donc vous jouez que quelques minutes à la fois. Cela commence et arrête constamment et cela prend quelque temps pour s’y habituer.

Quel type de chorégraphie est plus difficile à assimiler : une scène de combat ou une danse?

HJ : Bonne question. Elles sont similaires. Les meilleurs cascadeurs sont probablement de bons danseurs parce que la force ne fait pas tout, la chorégraphie et la relaxation le sont tout autant. Il y a naturellement plus de blessures dans les batailles. Dans X-Men, j’ai fait la majorité de mes scènes de combat. Mais disons que mon personnage doit passer au travers d’un mur ou que sa tête se fait rabattre sur le sol, le cascadeur peut les faire! (rires)

Lorsque le magazine People vous choisit comme l’Homme le plus sexy dans le monde, cela vous donne 365 jours pour vous vanter. Comment as-tu profité de ce titre? Tu as fait faire des cartes de visite, modifier ton message vocal, etc.

HJ : C’était le bon temps. (rires) J’ai fait pas mal tout. J’amenais des magazines partout, j’en laissais des copies sur les tables de chevet des enfants. Vous savez ce que c’est.

Reçois-tu des appels haineux de Paul Hogan puisque tu l’as dépassé à titre d’acteur australien le plus sexy de tous les temps?

HJ : (rires) Je suis allé à un événement avec lui il n’y a pas si longtemps et il m’a fait toute une confidence. C’était la veille où j’avais gagné aux Golden Globes et il m’a dit : ‘Mate, si tu gagnes demain soir aux Golden Globes, tu es un grand acteur, mais mettons les choses en perspective. J’ai gagné un Golden Globe. Si je peux le faire, tout le monde peut le faire!’

Voyez Hugh dans X-Men: Days of Future Past, en salles le 23 mai 2014. Pour être au courant de ses faits et gestes en temps réel, suivez-le sur Twitter.

Cet article, écrit par Shauna Denis, est publié dans le numéro 28.3 du magazine CANADIENS.