Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Le Canada démontre un aperçu de l’alignement qu’il va déployer à Sotchi

mardi, 11.02.2014 / 14 h 00 / Nouvelles olympiques 2014
NHL.com
X
Partagez avec vos amis


Le Canada d\u00E9montre un aper\u00E7u de l\u2019alignement qu\u2019il va d\u00E9ployer \u00E0 Sotchi
Le Canada d\u00E9montre un aper\u00E7u de l\u2019alignement qu\u2019il va d\u00E9ployer \u00E0 Sotchi

SOTCHI – Après avoir évité de donner trop de détails sur comment il prévoyait jumeler ses trios d’attaquants et ses duos de défenseurs pour l’équipe canadienne masculine de hockey aux Jeux olympiques de Sotchi 2014, l’entraîneur Mike Babcock a finalement dû dévoiler ses cartes lundi.

Non, Babcock n’a pas annoncé qui allait être son gardien no 1 et n’a pas non plus déployer ses trios d’attaquants de façon constante, mais l’entraînement du Canada lundi a en effet démontré un aperçu de ce que Babcock et son personnel d’entraîneur ont en tête pour le tournoi.

Évidemment, Babcock n’a pas voulu l’admettre.

« Garder les joueurs réveillés », a répondu Babcock lorsqu’on lui a demandé ce qu’il espérait avoir accompli lors de la séance d’entraînement. « Vraiment. Ces gars ont eu une longue journée alors on s’est dit que si on pouvait faire faire de l’exercice aux gars à cette heure de la nuit, on aurait une meilleure chance de rester réveillés jusqu’à minuit. »

Avec tout le respect que je dois à Babcock, ce n’était pas la seule chose qui se passait à l’entraînement lundi.

Tout d’abord, les paires de défenseurs sont demeurées constantes tout au long de l’entraînement, et il semble que le défenseur des Sharks de San Jose Marc-Édouard Vlasic pourrait obtenir une opportunité de jouer un grand rôle pour le Canada dans ce tournoi. Vlasic s’est entraîné à gauche de Drew Doughty des Kings de Los Angeles sur ce qui pourrait être la deuxième paire, derrière celle formée par Duncan Keith des Blackhawks de Chicago et Shea Weber des Predators de Nashville. La troisième paire était composée des partenaires réguliers chez les Blues de St. Louis Jay Bouwmeester et Alex Pietrangelo, ce qui laisse Dan Hamhuis des Canucks de Vancouver et P.K. Subban du Canadien de Montréal sur la quatrième paire.

Subban et Hamhuis sont 12e et 20e, respectivement, au classement de la LNH pour le temps de glace moyen, et un des deux pourrait faire face à la possibilité d’être laissé de côté pour le premier match du Canada, jeudi, contre la Norvège.

« Pour nos joueurs en particulier, la plus grande différence pour eux, vous pouvez parler de la grandeur de la patinoire, mais je pense que le plus gros sera de s’ajuster à jouer un plus petit rôle », a déclaré le directeur exécutif d’Équipe Canada, Steve Yzerman. « Tu as des attaquants qui sont habitués de jouer 21 à 22 minutes par match qui vont en jouer 10 et 11, et des défenseurs qui sont habitués à 27 qui vont en jouer 18. C’est un énorme ajustement pour eux. »

Ce pourrait être un plus gros ajustement pour le Canada que pour toute autre équipe au tournoi olympique en raison du nombre de joueurs étoiles au sein de l’équipe. Il y a sept capitaines qui jouent pour le Canada. Il y a 11 champions de la Coupe Stanley. Il sera impossible pour Babcock de rendre tout le monde heureux, et ça pourrait être son plus grand défi.

Pour Subban, cependant, il ne voit pas comment il pourrait être insatisfait de tout ce qui s’est passé lundi, dans la mesure où il a eu la chance de s’entraîner avec cette équipe d’étoiles pour la première fois.

« Je suis juste content d’être sur la glace avec ces gars-là et de jouer, a dit Subban. La possibilité de gagner une médaille d’or signifie que tu peux peut-être être placé dans une situation à laquelle tu n’es pas habitué. Ce n’est pas une question de s’attarder à son statut au sein de l’équipe. C’est une question de tenter d’aller chercher la médaille d’or. »

La même situation s’applique à l’attaque, où Babcock n’a donné que des pistes sur ce qu’il pourrait faire pendant le tournoi.

Les duos naturels à l’attaque ont été maintenus, alors que le capitaine Sidney Crosby et Chris Kunitz des Penguins de Pittsburgh, Ryan Getzlaf et Corey Perry des Ducks d’Anaheim et Jonathan Toews et Patrick Sharp des Blackhawks de Chicago jouent tous ensemble, avec quelques joueurs qui s’alternent pour les places restantes sur ces trios. John Tavares des Islanders de New York était le centre du quatrième trio, alors que de nombreux joueurs se sont chacun leur tour entraînés avec lui, incluant le centre des Bruins de Boston Patrice Bergeron, le capitaine des Stars de Dallas Jamie Benn et l’attaquant des Rangers de New York Rick Nash.

Il y avait tellement de changements que même Tavares en était tout confu.

« Je crois qu’ils avaient affiché [les trios] dans le vestiaire, mais beaucoup d’entre nous l’ont raté. Ayant une plus grosse équipe qu’à la maison, tout le monde obtient des rotations et tout le monde tente de rester alerte et à s’acclimater aux différents joueurs, a mentionné Tavares. Pour être honnête, nous n’étions pas vraiment certains nous-mêmes. Je pense que [Babcoock] a appelé mon trio et je ne savais pas exactement qui ça allait être, mais je pense qu’il voulait dire que j’étais au centre. J’essaie juste d’être prêt à jouer n’importe où et avec n’importe qui. »

Un attaquant qui avait l’air de passer une audition pour un poste assez convoité était Jeff Carter des Kings, qui a patiné à l’aile droite sur un trio avec Crosby et Kunitz.

« Ils jouent ensemble depuis un bon moment alors évidemment qu’ils ont créé beaucoup de chimie, a dit Carter. Je pense que peu importe qui joue avec [Crosby], il faut juste garder les choses simples. Évidemment, Sid mène le jeu, il récupère la rondelle et fait les jeux. Quand tu obtiens le disque, il faut que tu lances parce qu’il va te placer dans les bonnes situations. »

Babcock a minimisé l’importance de l’entraînement de lundi, l’appelant plutôt une opportunité pour que les joueurs puissent faire quelques exercices et rester éveillés assez tard pour combattre les effets du décalage horaire à la suite d’un vol de neuf heures et d’un changement d’heures de neuf heures aussi. Mais il a tout de même réussi à critiquer la performance de Carter à cette position.

« Après l’avoir vu retourner la rondelle aujourd’hui (lundi), je n’en étais pas certain », a déclaré Babcock lorsqu’appelé à expliquer pourquoi il avait placé Carter avec Crosby. « Carter lance le disque dès qu’il l’a à L.A. et on s’attend à ce qu’il tire la rondelle quand il l’a ici. S’il la redonne à Sid, alors il ne peut pas jouer avec lui. »

Pour ce qui est des gardiens, Babcock a refusé de dire comment il allait gérer l’utilisation du gardien des Canucks Robert Luongo et de Carey Price du Canadien, même s’il a révélé la semaine dernière que chacun d’entre eux allait obtenir le départ lors d’un des deux premiers matchs du Canada.

Tout ça et beaucoup d’autres décisions seront prises par Babcock et son personnel d’entraîneurs au cours des prochains jours, une relation que l’entraîneur adjoint Ken Hitchcock a décrite en blaguant lundi comme une « dictature bienveillante ».

« Nous serons en constante évolution, tout comme toutes les autres équipes aux Jeux olympiques, a dit Babcock. On a beaucoup de joueurs de talent. On doit devenir une bonne équipe. »

- LNH.com.

VOIR AUSSI
L’unité défensive de la Russie tentera d’élever son jeu à Sotchi
Regard sur les JO: Price et Subban
Regard sur les JO: Andrei Markov et Alexei Emelin
Regard sur les JO : Max Pacioretty
Jeux olympiques d'hiver 2014
Top-10 - Olympiens