Regard sur les JO: Andrei Markov et Alexei Emelin

vendredi, 07.02.2014 / 9 h 25 / Nouvelles olympiques 2014
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Regard sur les JO: Andrei Markov et Alexei Emelin
MONTR\u00C9AL \u2013 M\u00EAme si l\u2019apport d\u2019Andrei Markov et d\u2019Alexei Emelin risque d\u2019\u00EAtre bien diff\u00E9rent \u00E0 Sotchi, l\u2019ancien joueur de la LNH Igor Kravchuk croit que les deux joueront un r\u00F4le important dans la qu\u00EAte de la Russie pour l\u2019emporter \u00E0 domicile.

MONTRÉAL – Même si l’apport d’Andrei Markov et d’Alexei Emelin risque d’être bien différent à Sotchi, l’ancien joueur de la LNH Igor Kravchuk croit que les deux joueront un rôle important dans la quête de la Russie pour l’emporter à domicile.

Conseiller de la Fédération russe de hockey sur glace dans l’évaluation des joueurs en Amérique du Nord en vue des Olympiques, Kravchuk, qui demeure aujourd’hui à Montréal, sait très bien ce que le duo des Canadiens peut apporter à sa formation, surtout en offensive.

«Andrei s’est établi comme un défenseur élite. Il a fait un travail incroyable depuis qu’il est revenu de sa blessure subie en 2011 », a offert l’ancien défenseur, qui a connu une carrière de 12 saisons dans la LNH, incluant des passages à Chicago, Edmonton, St-Louis, Ottawa, Calgary et en Floride. «Ce que j’aime, c’est sa capacité à trouver les lignes de passes et à envoyer la rondelle directement sur la palette. De nos jours, le sport est tellement rapide et la précision est un élément-clé pour être efficace. Si tu ne peux pas bouger rapidement la rondelle et avec précision, alors tu n’auras pas de succès. C’est mon opinion. »

Kravchuk parle par expérience. Âgé de 47 ans, il a quatre médailles olympiques à son actif, gagnant l’or en tant que membre de l’équipe soviétique à Calgary en 1988 et avec l’équipe unifiée lors des Jeux d’Albertville en 1992. Avec autant d’expérience sur la scène internationale, il sait ce qui fonctionne sur une patinoire olympique.

«La capacité de bouger rapidement la rondelle sur une plus grande patinoire va être très importante. En plus de son coup de patin, tu veux aussi qu’il soit capable de préparer des jeux. Comment peux-tu dire qu’un joueur a une bonne vision de jeu s’il ne peut pas faire une bonne première passe? C’est une des qualités principales d’Andrei », a souligné Kravchuk au sujet de la vision impeccable et de la versatilité du vétéran de 13 saisons dans la LNH. «Il est capable de faire une longue passe et de créer une échappée pour un joueur. Il peut faire aussi bien une courte passe rapide pour un tir sur réception en avantage numérique et des passes transversales pour attaquer le poteau opposé. Ce n’est pas quelque chose qu’on voit tous les jours. »

À 35 ans, Markov pourra apporter une bonne mesure d’expérience, mais aussi du leadership à l’équipe russe, étant le plus vieux défenseur de la brigade, en plus d’être le deuxième plus âgé derrière Pavel Datsyuk.

«Il a énormément d’expérience. Deux Jeux olympiques, des Championnats du monde, des matchs dans la LNH et en Russie. Il est très respecté dans la Ligue et également dans notre pays », a souligné Kravchuk, qui croit que Markov aura une influence calmante sur des joueurs moins expérimentés à Sotchi, patrouillant la ligne bleue avec notamment Fedor Tyutin et Ilya Nikulin. «Nous n’avons pas beaucoup de défenseurs qui ont ce genre d’expérience. »

Puis vient un joueur comme Alexei Emelin, qui fera ses débuts sur la scène olympique en 2014. Kravchuk ne tarit pas d’éloges lorsqu’il est question de l’aspect physique d’Emelin, même si le défenseur a raté une partie de la saison 2013-2014, se remettant d’une opération au genou.

«Alexei s’est joint à la LNH en raison de sa capacité à frapper, à faire une bonne mise en échec le long des bandes et au milieu de la glace. Il le fait très bien et il le fait sans blesser les autres joueurs », a insisté Kravchuk. «Il est mobile et c’est aussi un bon patineur. Mais sa robustesse est sa principale qualité. Il peut déplacer les joueurs autour du filet. Il peut faire de bonnes mises en échec à la ligne bleue. Il peut frapper dans les coins. Si vous combinez ça à sa capacité à bloquer des tirs, c’est quelque chose qui peut le rendre encore meilleur. »

Bien que parfois la quête de la grosse mise en échec peut avoir l’effet indésirable de placer le joueur hors position, Kravchuk insiste pour dire que dans le cas d’Emelin, le jeu en vaut la chandelle.

«Son style de jeu va bien fonctionner sur la grande patinoire. C’est un gars qui se concentre sur la défensive, plutôt que d’avoir seulement l’esprit offensif. C’est ce que nous cherchons et c’est de cette façon que n’importe quel entraîneur va monter son équipe lorsqu’il est question de la défensive », a confié Kravchuk. «La glace est peut-être plus grande, mais nous avons des tas d’attaquants qui peuvent marquer. On a besoin de joueurs qui peuvent s’occuper de notre propre zone. »

Faisant partie des défenseurs les plus fiables des Canadiens, il ne fait aucun doute que Markov et Emelin laisseront leur marque lorsque la Russie amorcera sa conquête olympique.

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
Montagne russe à l’américaine 
Regard sur les JO : Max Pacioretty 
Chimie instantanée