Regard sur les JO : Max Pacioretty

mercredi, 05.02.2014 / 17 h 00 / Nouvelles olympiques 2014
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Regard sur les JO : Max Pacioretty
MONTR\u00C9AL \u2013 Habitu\u00E9 d\u2019entra\u00EEner certains des meilleurs joueurs de la LNH soir apr\u00E8s soir, Dan Bylsma sait reconna\u00EEtre le talent lorsqu\u2019il le voit.

MONTRÉAL – Habitué d’entraîner certains des meilleurs joueurs de la LNH soir après soir, Dan Bylsma sait reconnaître le talent lorsqu’il le voit.

Depuis qu’il a vu Max Pacioretty inscrire deux buts contre les Penguins lors d’un affrontement au Centre Bell en novembre dernier, le patron des Américains est convaincu que le vétéran de six saisons dans la LNH saura faire la différence pour son équipe lorsque le tournoi olympique débutera en février.

«J’ai pu voir à quel point il pouvait être talentueux, à Montréal, lorsque nous les avions affrontés. Il a intercepté une passe, foncé au filet et a touché la cible. Puis, il a contourné un défenseur, fait une feinte et en a marqué un autre. Je n’étais pas vraiment content », a laissé tomber Bylsma, qui a admis que la façon dont Pacioretty est revenu d’une blessure au muscle ischiojambier en explosant offensivement a attiré l’attention des bonzes du hockey américain, en vue de l’annonce officielle de l’alignement, lors du Jour de l’an.

«Quand on jette un coup d’œil aux habiletés de patineur de Max, à son gabarit et à ses capacités offensives, c’est là qu’on est attiré vers lui. Sa fiche offensive a beaucoup aidé à le mettre sur le radar », a poursuivi le récipiendaire du trophée Jack Adams en 2011, faisant référence au joueur originaire de New Canaan, au Connecticut, qui mène le Tricolore pour le nombre de buts, de buts en avantage numérique, de buts gagnants et de tirs au but.

Bylsma a également vu Pacioretty devenir le joueur idéal pour faire partie de l’équipe qui défendra la médaille d’argent, en Russie, une équipe qui comptera également les attaquants Patrick Kane, Joe Pavelski, Paul Stastny et James Van Riemsdyk.

«Quand on fait la formation, on prend en considération le fait que nous serons sur une grande patinoire alors on veut avoir de bons patineurs. On croit qu’on peut être une équipe intelligente et rapide. Nous voulions aussi former une équipe contre laquelle il serait difficile de jouer », a mentionné Bylsma, qui en est à sa sixième saison derrière le banc des Penguins et qui est récemment devenu l’entraîneur ayant connu le plus de succès à Pittsburgh.

«Il y a deux choses à prendre en considération lorsqu’on parle de glace olympique », a ajouté Bylsma qui a vu son équipe être rangée dans le groupe A, en compagnie de la Russie, la Slovaquie et la Slovénie. «La première, c’est le coup de patin et la capacité à jouer avec de la vitesse, ce que Max a. Tu ne peux pas être seulement une équipe qui patine dans tous les sens sur une grande patinoire. Il faudra jouer intelligemment et c’est aussi quelque chose que Max Pacioretty peut apporter à notre équipe. »

Tout ça s’ajoute au fait que Max Pacioretty, qui portera les couleurs des États-Unis pour une troisième fois sur la scène internationale, est un joueur qui permet à Bylsma et à ses assistants Peter Laviolette, Todd Richards et Tony Granato, d’avoir une certaine flexibilité à l’avant.

«Pour Max, la versatilité est un atout. On pourrait le voir sur la glace en avantage numérique, avec son tir exceptionnel au milieu de la glace. Je le vois aussi comme un joueur qui peut autant évoluer au sein du premier que du quatrième trio », a noté Bylsma, qui a mené les Penguins vers la conquête de la coupe Stanley en 2009. «En ce moment, on ne le confine pas à un seul endroit, mais son coup de patin, sa taille, sa vitesse et sa capacité à marquer nous permettent de le voir dans plusieurs rôles différents. »

Peu importe le rôle qu’occupera Pacioretty, l’homme responsable de mener ses 25 joueurs vers la médaille d’or croit que le fin marqueur des Canadiens peut aussi s’avérer être tout un leader dans le vestiaire, malgré le fait qu’il soit nouveau sur la scène olympique.

«Nous avons un groupe intéressant. Nos joueurs ne sont pas vieux, mais nous avons de nombreux capitaines et des leaders, des gars qui ont été capitaines ou qui le sont toujours dans leurs équipes. Nous sentons que c’est le genre de joueur que nous avons et c’est le type de joueur que Max est », a souligné Bylsma. «Nous avons tenté de mettre ensemble une équipe qui a ces caractéristiques et Max fait certainement partie de ce genre de joueur. »

Pacioretty amorcera le tournoi olympique en ronde préliminaire en affrontant Peter Budaj et la Slovaquie le 13 février 2014.

Matt Cudzinowski écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

VOIR AUSSI
L'efficacité en profondeur 
Chimie instantanée