Des matchs comme il les aime

jeudi, 30.01.2014 / 22 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Des matchs comme il les aime
BOSTON \u2013 Bien qu\u2019il n\u2019ait pas fait beaucoup d\u2019apparitions sur la glace face aux Bruins, Daniel Bri\u00E8re aura pleinement profit\u00E9 de son temps de jeu jeudi soir.

BOSTON – Bien qu’il n’ait pas fait beaucoup d’apparitions sur la glace face aux Bruins, Daniel Brière aura pleinement profité de son temps de jeu jeudi soir.

La saison 2013-2014 n’a pas été des plus faciles pour Brière jusqu’à présent. L’une des choses qu’on avait beaucoup vantées lors de son arrivée à Montréal l’été dernier, c’était sa capacité de se lever lors des matchs importants. C’est vrai que nous ne sommes qu’à la fin janvier, mais la rencontre de jeudi n’était pas à prendre à la légère pour les Canadiens. Surtout avec les insuccès qu’ils avaient connus dernièrement.

Comme il l’a fait à maintes et maintes reprises depuis le début de sa carrière dans la LNH, Brière a inscrit le but qui a permis à son équipe de souffler un peu plus. Et dans le cas de la rencontre de jeudi, il a permis à Montréal de quitter Boston avec une victoire de 4 à 1 en poche.

« Ce sont deux gros points pour nous. Avec ce qui s’est passé dernièrement, on avait échappé quelques gros matchs la semaine dernière », mentionne l’attaquant de 36 ans, qui a obtenu ses 15e et 16e points de la campagne jeudi. « C’était quelque chose de renouer avec la victoire contre la Caroline l’autre jour, mais de venir ici à Boston, dans leur amphithéâtre, ça ressemblait plus à un match des séries. De voir les joueurs se lever comme ça, c’est bon signe. »

Nous avons pu revoir le Brière des beaux jours face aux Bruins, étant une menace constante en zone offensive en plus de créer plusieurs chances de marquer. Il a d’ailleurs démontré qu’il peut être toujours aussi explosif sur ses patins en battant de vitesse les défenseurs adverses en milieu de deuxième période, lorsqu’il a profité d’une belle passe de Brendan Gallagher pour se retrouver fin seul devant le gardien Chad Johnson. Venant de faire son entrée dans le match quelques minutes plus tôt après être venu en relève à Tuukka Rask, le gardien auxiliaire des Bruins n’a rien pu faire sur le tir précis de Brière dans la lucarne.

« Quand j’ai reçu la rondelle, j’ai regardé autour vite, vite et je ne voyais pas personne. Quand j’ai vu le trou, je me suis dit qu’il faut que j’essaye d’en profiter », explique Brière, qui mettait fin à une disette de dix rencontres sans marquer en inscrivant son huitième de la campagne. « Sur mon lancer, je n’étais même pas sûr que la rondelle allait rentrer. C’est un bon feeling d'avoir marqué. »

Si l’attaquant gatinois a réussi à se démarquer, il faut noter qu’il l’a fait en étant utilisé durant la majorité de la partie au sein du quatrième trio, avec un temps de glace limité. Pour un vétéran de 15 saisons dans la LNH qui a accompli de grandes choses depuis tant d’années, il est le premier à admettre que la situation n’est pas des plus faciles. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, Brière entend plutôt utiliser chaque opportunité qu’on lui présente pour démontrer qu’il peut remplir encore plus de responsabilités.

« C’est sûr que ce n’est pas facile. Je ne peux rien changer par rapport à mon temps de glace », partage-t-il au sujet de son temps d’utilisation de 7:39 face aux Bruins. « Ce n’est pas moi qui décide. Ce qui est sûr que je peux faire, c’est de contrôler le mieux que je peux le temps de glace que je vais avoir sur la patinoire. »

Plus le calendrier progressera, plus les matchs importants seront fréquents et plus la présence de Brière pourrait s’avérer un atout pour le Tricolore.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants: Canadiens-Bruins
Sommaire
Le jeu des chiffres - 30 janvier 2014
Chez les Bulldogs – 29 jan.