Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Quand les chiffres parlent – Le style Subban

vendredi, 31.01.2014 / 8 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Quand les chiffres parlent \u2013 Le style Subban
\u00C7a ne fait aucun doute que le gagnant du troph\u00E9e Norris P.K. Subban a son style bien \u00E0 lui lorsqu\u2019il est sur la glace.
MONTRÉAL – Ça ne fait aucun doute que le gagnant du trophée Norris P.K. Subban a son style bien à lui lorsqu’il est sur la glace.

Que ce soit en appuyant l’offensive, en montant la rondelle en zone adverse, en tirant de la pointe ou en pivotant «sur un dix cents » devant l’échec-avant adverse, chaque mouvement du défenseur est fait avec force et puissance. En regardant les chiffres de plus près, on se rend compte que le style du défenseur de 24 ans est non seulement spectaculaire, mais également très efficace des deux côtés de la patinoire.

Lancer le jeu

Même s’il n’a que 24 ans et en est seulement à sa cinquième saison chez les professionnels, P.K. Subban est déjà considéré comme un des meilleurs défenseurs de la planète et un élément-clé des succès du Tricolore. Jusqu’ici cette saison, il mène au chapitre des mentions d’aide, du temps de glace à égalité numérique et des points, même si son entraîneur se fait un point d’honneur de ne pas simplement l’employer dans des rôles à caractères offensifs. Michel Therrien n’hésite pas à utiliser le jeune homme pour fermer la porte aux meilleurs attaquants adverses, soir après soir.

Malgré le fait qu’il joue principalement contre les meilleurs éléments des équipes adverses comme John Tavares, Bobby Ryan, Phil Kessel et Steven Stamkos, P.K. Subban demeure une des menaces offensives les plus prolifiques pour son équipe. Pour chaque 60 minutes passées sur la glace en cinq contre cinq, Subban voit son équipe marquer 2,33 buts. Le seul joueur des Canadiens à avoir un meilleur ratio est Daniel Brière, lui qui joue beaucoup moins de minutes, en plus d’être souvent opposé au troisième trio de l’équipe adverse.

Un pilier

Faisant partie du contingent canadien qui se rendra à Sotchi en février, P.K. Subban est un morceau d’une importance capitale pour le Tricolore, beaucoup plus que bien des défenseurs élites qui participeront au tournoi quadriennal.

Au terme des 46 premiers matchs en 2013-2014, Subban avait été sur la glace pour six buts de chaque tranche de dix marqués par son équipe, soit 10 % mieux que n’importe quel autre défenseur de la LNH, malgré le fait qu’il joue moins de temps que les anciens récipiendaires du trophée Norris Erik Karlsson et Duncan Keith.

Subban (MTL): 73/117 = 62.4%
Karlsson (OTT): 66/131 = 50.4%
Keith (CHI): 85/175 = 48.6%
Suter (MIN): 57/118 = 48.3%
Weber (NSH): 51/109 = 46.8%
Pietrangelo (STL): 68/161 = 42.2


La meilleure défensive est…l’offensive

Alors qu’au moment du choix de la composition d’Équipe Canada, beaucoup se questionnaient quant à la nomination possible de P.K. Subban en raison de son style de jeu, le défenseur prouvait soir après soir que son apport offensif n’avait d’égal que ses prouesses défensives.

Au cours des deux plus récentes saisons de la LNH, non seulement Subban a-t-il mené les défenseurs des Canadiens au chapitre des points, mais il a également été le meilleur joueur pour prévenir les buts adverses à égalité numérique.

De 2011 à 2013, Subban s’est retrouvé au premier rang de l’équipe pour le plus petit nombre de buts contre par minute de temps de jeu, ayant le dessus dans la LNH sur des piliers défensifs comme Shea Weber, Dan Girardi ou Zdeno Chara.

2012-13   BC/60    Rang LNH

Subban      1.61           9
Chara          1.66        14
Girardi         1.90         33
S. Weber     2.11         58


En regardant de façon superficielle, il est difficile de comprendre pourquoi un défenseur aussi offensif peut avoir le dessus sur certains des meilleurs spécialistes défensifs de la Ligue. Mais en vérité, ce que P.K. Subban a compris, c’est que la meilleure façon d’empêcher ses adversaires de marquer, c’est d’être en contrôle de la rondelle, 150 pieds plus loin. C’est ce qui fait que cette étoile de la LNH brille de tous ses feux chaque soir.

Jack Han écrit pour canadiens.com. Traduit par Vincent Cauchy.

À VOIR AUSSI
Quand les chiffres parlent – Les contraires s’attirent
Quand les chiffres parlent : les comparables de Plekanec
Quand les chiffres parlent – La Fête des gardiens

Quand les chiffres parlent – Les jeunes vétérans