Soirée à oublier

mercredi, 22.01.2014 / 23 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Soir\u00E9e \u00E0 oublier
PITTSBURGH \u2013 Voici ce qui retenait l\u2019attention dans le vestiaire des Canadiens suite \u00E0 leur d\u00E9faite de 5 \u00E0 1 aux mains des Penguins, mercredi soir.

PITTSBURGH – Voici ce qui retenait l’attention dans le vestiaire des Canadiens suite à leur défaite de 5 à 1 aux mains des Penguins, mercredi soir.

Pas d’excuses : Après avoir vaincu ces mêmes Penguins 3 à 2 au mois de novembre dans un match que certains qualifient d’une de ses meilleures performances de la saison, le Tricolore a tout simplement été dominé par Pittsburgh mercredi soir. N’aidant pas leur cause en écopant de plusieurs punitions qui ont permis à leur adversaire d’inscrire deux buts, les joueurs montréalais savent qu’ils n’ont qu’eux à blâmer pour ce cuisant revers, sachant qu’ils auraient dû en donner davantage.

« C’est difficile de trouver quoi ce soit de positif. On s’est fait déclasser. C’est gênant », admet Daniel Brière, qui a obtenu une mention d’aide sur le seul but des Canadiens. « On va regarder les vidéos du match plus tard, mais je ne crois pas qu’on trouvera grand-chose de positif. »

Bien qu’ils se soient inclinés face à l’une des puissances de la LNH et contre la formation qui occupe le premier rang dans l’Association de l’Est, les visiteurs ne veulent absolument pas utiliser cette raison pour expliquer leur contre-performance. Ils ont prouvé à plusieurs reprises depuis le début du calendrier qu’ils sont en mesure de rivaliser avec les meilleurs. Avec encore beaucoup de hockey à disputer d’ici la fin de la saison, les Canadiens savent qu’ils devront en donner plus s’ils espèrent faire encore un bon bout de chemin au cours des prochains mois.

« Ce n’est pas moins gênant même si on affronte les Penguins. On leur a donné beaucoup trop d’espace au cours des deux premières périodes. Ils ont peut-être ralenti un peu en troisième et on en a peut-être juste fait assez pour ne pas être encore plus humiliés », poursuit Brière. « On ne peut pas jouer comme ça dans les prochaines semaines sinon il va y avoir trop de résultats comme ce soir. Carey Price et Peter Budaj ne pourront pas nous sortir de l’embarras chaque soir. »

Bourque fait mouche : L’une des nombreuses expériences tentées par Michel Therrien au cours de la rencontre, le trio de Brière, Rene Bourque et Brandon Prust a tout de même réussi à provoquer des choses sur la glace. Bourque a notamment réussi à trouver le fond du filet pour la première fois depuis le 2 décembre en redirigeant une belle passe de Brière derrière Marc-André Fleury. Malgré tout, l’imposant attaquant albertain ne se réjouit pas trop de la fin de sa disette puisqu’elle survient dans une dure défaite des siens.

« C’est un soulagement mineur, mais il y a encore beaucoup de travail à accomplir malgré tout », témoigne Bourque, qui obtenait du coup un premier point sur les patinoires adverses en 2013-2014.

Étant jumelé à de nombreux coéquipiers de trios différents depuis quelque temps, Bourque a bien aimé son expérience avec Brière et Prust face aux Penguins. La chimie s’est rapidement installée et le meilleur est peut-être à venir pour eux selon lui.

« Ils sont tous deux de bons joueurs et nous prenions de bonnes décisions avec la rondelle lorsque nous l’avions », mentionne Bourque. « Nous protégions bien le disque et nous n’étions pas pris en défaut dans notre zone. Comme équipe par contre, c’était une soirée difficile. »

Les gardiens s’en mêlent différemment : Comme c’est souvent le cas dans des matchs à sens unique, les esprits peuvent s’échauffer en fin de rencontre. C’est exactement ce qui s’est produit en fin de rencontre lorsqu’une mêlée a éclaté devant le filet de Marc-André Fleury. Étant à l’autre bout de la patinoire, Peter Budaj a reçu une invitation de son homologue de laisser tomber les gants et de se joindre à la danse. Bien qu’il ait accepté, les arbitres en ont voulu autrement et ont empêché les deux gardiens d’en venir aux coups.

« Ce n’était rien de personnel envers Fleury. Il était davantage survolté parce qu’il était devant ses partisans. J’ai entendu dire qu’il était un bon gars, il n’y avait rien de personnel », raconte Budaj, qui a seulement obtenu une punition de deux minutes pour avoir quitté son cercle. « Il y avait une mêlée sur la glace et un peu de tension dans l’air. Nous perdions 5 à 1 et nous démontrions du cœur. »

Venu en relève en fin de deuxième période après le cinquième but concédé par Carey Price, Budaj est aussi d’avis que le résultat aurait pu être différent si lui et ses coéquipiers ne s’étaient pas tirés dans le pied. Faisant de son mieux dans les circonstances, le vétéran slovaque ne passe pas par quatre chemins lorsqu’il résume la soirée du Tricolore.

« Nous avons perdu le match, c’est ça qui est à retenir. C’était décevant pour nous. Nous n’avons pas disputé une bonne partie », raconte Budaj, qui a stoppé les dix lancers dirigés vers lui mercredi.  Nous avons donné au meilleur avantage numérique de la ligue beaucoup d’opportunités et ils ont capitalisé. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 22 janvier 2014
Faits saillants - Canadiens vs. Penguins
Sommaire - Canadiens vs. Penguins
L’heure de vérité
Quand les chiffres parlent – Les contraires s’attirent