Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

L’heure de vérité

mardi, 21.01.2014 / 13 h 50 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
X
Partagez avec vos amis


L\u2019heure de v\u00E9rit\u00E9
BROSSARD \u2013 C\u2019est confirm\u00E9 : Louis Leblanc et Nathan Beaulieu auront la chance de faire leurs preuves contre les Penguins, mercredi soir \u00E0 Pittsburgh.

BROSSARD – C’est confirmé : Louis Leblanc et Nathan Beaulieu auront la chance de faire leurs preuves contre les Penguins, mercredi soir à Pittsburgh.

« Ils m’ont rappelé, donc je dois laisser ma marque », soutient Leblanc, qui voit ce rappel comme une occasion en or de prouver qu'il peut avoir sa place dans la LNH. « Je ne sais pas trop ce qui va arriver, mais je suis super content d’être ici et j’ai hâte à demain. »

Au moment où Louis Leblanc a prononcé ces paroles, il ne savait pas encore s’il allait jouer mercredi soir, mais se disait prêt à enfiler ses patins pour la rencontre si l'entraîneur-chef faisait appel à ses services.

Les deux jeunes joueurs auront une occasion idéale de prouver de quoi ils sont capables, puisque les Canadiens affronteront mercredi soir les très puissants Penguins de Pittsburgh qui, malgré une défaite de 5 à 1 contre les Panthers lundi soir, ont le meilleur avantage et désavantage numérique à travers la ligue.

« Nous avons relevé le défi lorsque nous les avons battus à Montréal, maintenant nous devrons faire la même chose sur la route », a soutenu Michel Therrien, visiblement confiant par rapport à l'issue de la rencontre. «Pittsburgh est une équipe qui obtient beaucoup de succès à domicile, donc nous devrons suivre notre plan de match afin de leur enlever du temps et de l’espace. »

Lors de l’entraînement de mardi, Leblanc a été placé sur un trio en compagnie de deux de ses anciens coéquipiers, soit avec les Bulldogs, soit avec les Canadiens, Michaël Bournival et Travis Moen, un élément qui le met en confiance pour le match de mercredi soir.

« J’ai sûrement déjà joué avec lui [Bournival] à un moment donné. J’ai aussi joué avec Moen à ma première année, dans le temps avec Lars [Eller], donc si c’est ça demain, ça va être bon», a laissé savoir le choix de première ronde des Canadiens en 2009.

Une chose est certaine : le jeune homme de Pointe-Claire veut laisser sa marque, lui qui a d'ailleurs affirmé avoir beaucoup travaillé sur son coup de patin depuis le début de la saison.

« On peut toujours causer des surprises », explique Leblanc. « Si je joue demain et en fin de semaine, je peux causer des surprises. Mon but est de rester ici le plus longtemps possible. C’est sûr que tu veux jouer en haut, tu veux revenir le plus souvent possible, mais quand tu es en bas pendant un bout, tu apprends beaucoup de choses, tu peux travailler sur ton jeu et tu n’es pas tout le temps en train de voyager. »

Retour à la base

Michel Therrien a décidé de réunir le duo Subban-Markov, qui avait créé des étincelles en début de saison, dans une tentative de relance de la défensive du Tricolore.

« Nous en avons discuté après le match contre Toronto », affirme l’entraîneur. « Cette union a aidé l’équipe à obtenir des victoires en début de saison, donc nous espérons créer le même effet aujourd’hui. »

« Nous avons beaucoup joué ensemble, autant sur l’avantage numérique qu’à cinq contre cinq, et nous allons essayer de retrouver ce qui nous aidait à gagner des matchs, » a laissé tomber P.K. Subban, visiblement très heureux de retrouver Markov à la ligne bleue, même s'il a une confiance aveugle en tous ses coéquipiers. «Je ne suis pas l’entraîneur, seulement un joueur. Ça ne dérange pas avec qui je joue, j’ai un travail à faire. C’est notre responsabilité en tant que défenseurs d’être solides devant notre gardien, et nous n’avons pas été à la hauteur durant nos derniers matchs. Nous devons être plus constants en contrôlant les rebonds et en dégageant la rondelle.»

Le défenseur étoile affirme cependant qu’il est difficile d’obtenir une combinaison parfaite à la ligne bleue.

« C’est difficile de gagner plusieurs matchs d’affilée dans cette ligue», a soutenu le défenseur de 24 ans. «Nous pouvons jongler autant que nous voulons, mais c’est notre travail en tant que défenseur de faire le meilleur travail que nous pouvons, et ce, peu importe avec qui nous sommes placés. Évidemment, Markov et moi avons connu beaucoup de succès ensemble, mais il n’en tient qu’à notre groupe de s’allier et de bien jouer pour notre gardien. »

Michel Therrien doit également combler un manque de défenseurs droitiers. C’est notamment le cas de Nathan Beaulieu, gaucher, qui devrait évoluer aux côté de Josh Gorges si on se fie à l’entraînement de mardi matin.

« Avec les joueurs que nous avons, c’est certain que des gauchers devront jouer à la droite. C’est un joueur [Beaulieu] très mobile et avec une bonne vision du jeu, donc nous voulons tenter l’expérience», a précisé Therrien.

Alexei Emelin, de son côté, devrait retourner à la gauche après une présence infructueuse à la droite aux dires de son entraîneur. « Dans le cas d’Emelin, c’est certain qu’il y a beaucoup de travail à faire. Ce n’est pas tant à propos du côté duquel il joue, mais plus à propos des décisions qu’il prend et de ses réactions face au jeu. C’est ce sur quoi nous travaillons avec lui. »

Élise Robillard écrit pour canadiens.com.

LIRE AUSSI
Quand les chiffres parlent – Les contraires s’attirent
L’approche olympique
Des soirs comme ça