À la prochaine, Sid

samedi, 23.11.2013 / 22 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


\u00C0 la prochaine, Sid
MONTR\u00C9AL \u2013 Affrontant l\u2019un des meilleurs joueurs de la plan\u00E8te samedi soir, Tomas Plekanec a prouv\u00E9 \u00EAtre \u00E0 son meilleur dans pareille situation dans la victoire de samedi soir.

MONTRÉAL – Affrontant l’un des meilleurs joueurs de la planète samedi soir, Tomas Plekanec a prouvé être à son meilleur dans pareille situation dans la victoire de samedi soir.

Disputant un deuxième match en autant de soirs, affrontant cette fois Sidney Crosby et les puissants Penguins de Pittsburgh, le Tricolore savait qu’il aurait besoin d’une solide performance de ses vétérans s’il souhaite l’emporter. Peut-être un peu plus discret comparativement aux dernières saisons, Plekanec a démontré qu’il doit toujours être pris au sérieux sur une patinoire en jouant un rôle de premier plan dans la victoire de 3 à 2 des Canadiens sur les Penguins.

Après-match: Tomas Plekanec

« Nous avons joué une solide rencontre en tant qu’équipe. Lorsque vous jouez contre l’un des meilleurs joueurs au monde, vous voulez le neutraliser et vous assurer qu’il ne se retrouve pas sur la feuille de pointage et c’est ce que nous avons fait », explique Plekanec, qui a inscrit son septième but de la campagne, qui s’est avéré être le but de la victoire, en début de troisième période. « C’était une grosse semaine pour nous avec de gros matchs contre Minnesota, Washington et Pittsburgh. Nous voulons simplement continuer de jouer de la même façon. »

Bien qu’il ait réussi à faire bouger les cordages pour une première fois depuis le 28 octobre, une disette de 11 rencontres sans marquer, c’est le travail acharné de Plekanec face à Crosby qui a retenu l’attention au Centre Bell. Confronté au capitaine des Penguins durant la très grande majorité de la rencontre, le vétéran joueur de centre a réussi à blanchir l’actuel meilleur pointeur de la LNH, en plus d’avoir le dessus sur lui lors de la majorité de leurs duels dans le cercle des mises en jeu. Sachant que le meilleur moyen de ralentir Crosby est de l’empêcher d’avoir la rondelle, Plekanec sait qu’il faut profiter des soirées où tout ne roule pas rond pour son célèbre adversaire.

« Lorsque vous jouez contre le meilleur joueur sur la planète, il obtient le respect en raison du type de joueur qu’il est. Ce n’était pas mon premier match contre lui dans ma carrière, je sais un peu comment il se débrouille », admet Plekanec, qui a remporté 76 % de ses duels ce soir, alors que Crosby a seulement eu le dessus dans 22 % de ses chances. « Lorsqu’il ne connaît pas un bon match ou lorsque ça ne se déroule pas comme il le souhaiterait, il se frustre et nous avons pu le voir ce soir. »

Les spectateurs présents au Centre Bell ont justement été témoins d’une scène en particulier où Crosby était frustré par le déroulement de la rencontre pour son équipe. Impliqués dans une intense bataille le long de la bande en troisième période, Crosby et Plekanec ont été à l’avant-plan d’une échauffourée où on a pu apercevoir le capitaine des visiteurs attaquer verbalement le Tchèque. Fidèle à sa réputation, l’attaquant de 31 ans est demeuré calme et s’est contenté de simplement écouter ce que son adversaire avait à dire.

« On dirait que j’ai réussi à lui faire perdre la tête. Je ne lui ai rien dit. Il parlait tout le temps. Je ne faisais que l’écouter », a-t-il lancé à la blague. « Je suis quelqu’un qui sait très bien écouter. »

Si Plekanec a bien écouté Crosby, son entraîneur lui a bien observé le solide travail qu’a effectué son vétéran joueur de centre samedi. Sachant que cette troisième victoire consécutive ne se serait pas concrétisée si ce n’avait pas été du travail soutenu de toute sa troupe, Michel Therrien a tenu à rendre hommage à Plekanec pour l’ensemble de sa performance.

« Tomas a été très bon ce soir. Il a réussi à marquer un gros but pour nous. Tous les aspects de son jeu étaient excellents », mentionne l’entraîneur-chef du Tricolore, qui a utilisé Plekanec durant 18:08, bon pour le deuxième rang chez les attaquants montréalais. « Pour lui, c’est toujours un défi d’affronter le meilleur joueur de la LNH. Il a relevé le défi avec ses partenaires de trio, que ce soit Brian Gionta, Daniel Brière et à la fin qu’on a vu Travis Moen avec lui. »

Ne disputant pas de rencontre avant mercredi à Buffalo, Plekanec et ses coéquipiers pourront profiter d’un court congé et se dire mission accomplie, l’instant de quelques jours.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI:
Le jeu des chiffres - 23 novembre 2013
Faits saillants: Canadiens vs. Penguins
Face à face : Penguins @ Canadiens
Séance de questions-réponses exclusive de la Première Ligne
Soir de première