Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Une force silencieuse

mercredi, 20.11.2013 / 13 h 06 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Une force silencieuse
Micha\u00EBl Bournival gravit les \u00E9chelons un \u00E0 un. Et m\u00EAme lorsqu\u2019il semble r\u00E9gresser, il continue de monter.

BROSSARD – Michaël Bournival gravit les échelons un à un. Et même lorsqu’il semble régresser, il continue de monter.

Ayant toujours eu un flair pour le fond du filet, Michaël Bournival démontre, soir après soir, que le travail et la détermination payeront toujours, que ce soit dans les rangs juniors ou dans la LNH. En marquant son sixième but de la campagne mardi soir, le jeune homme de 21 ans a grimpé à égalité au troisième rang des buteurs recrues de la LNH, tout juste derrière Sean Monahan des Flames et du surprenant Tomas Hertl des Sharks.

Après avoir disputé quelques rencontres sur un trio plus offensif en compagnie de Brian Gionta et Tomas Plekanec, Bournival s’est retrouvé au sein d’une quatrième ligne, en compagnie de Ryan White et de Travis Moen. Malgré un temps de jeu plus limité, le jeune homme originaire de Shawinigan a tout de même trouvé le moyen de s’inscrire sur la feuille de pointage,

«C’est certain qu’en étant sur le quatrième trio, tu as plus d’énergie quand tu embarques sur la glace. Tu joues moins fréquemment. Quand tu es sur la glace, tu donnes tout ce que tu peux, que ce soit sur le deuxième ou le quatrième trio», a souligné Bournival qui a vu son temps de jeu descendre sous la barre des neuf minutes lors des deux dernières rencontres. «Il ne faut pas nécessairement tout le temps produire. Il faut créer du momentum en amenant de l’énergie, que ce soit par une bonne mise en échec, en créant un revirement ou en bloquant un tir. »

D’ailleurs c’est ce qui est arrivé lors de la rencontre avec le Wild du Minnesota, alors que ce trio a forcé l’équipe adverse à se commettre, provoquant une punition du côté de l’adversaire.

«Nous avons marqué un but et causé une pénalité de leur part, alors c’était bien d’avoir la confiance de l’entraîneur et d’avoir pu jouer un peu en avantage numérique », a lancé Ryan White, qui a disputé une présence avec l’avantage d’un homme, ce qui n’est pas monnaie courante.

Pour Ryan White, la présence de Michaël Bournival dans l’alignement du Tricolore lui fait penser à un autre joueur, qui lui aussi a fait son entrée dans la grande ligue il n’y a pas très longtemps de cela.

«Ça donne un choc quand tu vois un gars aussi jeune s’amener avec l’équipe et travailler aussi fort », a expliqué le joueur de centre qui dispute une cinquième saison dans l’uniforme tricolore. «Quand j’ai vu Gallagher, je pensais que c’était le gars qui travaillait le plus au monde et je me sentais un peu embarrassé certains soirs, de voir à quel point il pouvait se donner. Et Bournival est dans le même genre. Il n’arrête jamais. Il a le lapin Energizer en lui. Il est toujours près de la rondelle et la rondelle est toujours près de lui.»

Et peu importe où il se retrouve, Bournival, fort de sa récolte de 10 points en 19 matchs à sa première campagne dans la LNH, assure qu’il n’a qu’un seul but en tête.

«Je veux aider l’équipe à gagner des matchs. L’objectif est de mettre la meilleure équipe sur la glace. Je suis un membre à part entière de cette équipe-là et j’essaie de contribuer à son succès», a-t-il conclu.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :

En rafale - 20 novembre 2013
Les retrouvailles
Le jeu des chiffres - 19 novembre 2013