Retour probable

lundi, 11.11.2013 / 13 h 46 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Sur la touche depuis le 19 octobre, Daniel Brière s’approche rapidement d’un retour au jeu.

S’entraînant avec ses coéquipiers depuis le 7 novembre, le vétéran de 36 ans doit encore passer une étape avant de chausser les patins pour une rencontre, lui qui a été victime d’une commotion cérébrale. Il doit obtenir le feu vert des médecins, ce qui pourrait arriver avant la rencontre de mardi soir contre le Lightning.

«Je n’avais aucun doute dans mon esprit que je reviendrais au jeu », a souligné Brière, qui n’a pas éprouvé de symptômes au cours des 10 derniers jours.

En vrac: Daniel Brière

«Je vous dirais qu’au cours des cinq derniers jours, on pousse assez fort, un peu plus à chaque jour », a mentionné Brière tout juste après la séance de patinage supplémentaire à laquelle il a eu droit après l’entraînement, histoire de s’assurer que la forme y est toujours. «Je me sens près d’un retour. Je dois rencontrer les docteurs, les soigneurs de l’équipe et les entraîneurs. Ça ne fait aucun doute que je me sens de mieux en mieux et que je suis prêt à revenir au jeu. Si ce n’est pas demain, ce sera au cours de la fin de semaine. »

De plus, Brière a renoué avec sa position naturelle, pilotant un trio au centre de Michaël Bournival et de Rene Bourque, lui qui avait été plutôt habitué à la position d’ailier depuis le début de la saison.

«J’ai joué au centre toute ma carrière à l’exception de l’an dernier, alors que j’étais arrivé au camp et que j’avais le poignet cassé, ce qui m’empêchait de prendre des mises en jeu », a mentionné Brière au sujet de la courte campagne 2012-2013. «C’est sûr que je suis un peu plus à l’aise au centre, mais en même temps, je comprends la situation ici à Montréal, où il y a beaucoup de centres de talent. »

L’entraîneur-chef du Tricolore a pour sa part avoué son désir de voir le numéro 48 évoluer dans sa position naturelle qu’est le centre.

« Il a de l’expérience au centre comme à l’aile et on n’hésitera pas à l’employer au centre demain s’il est en mesure de jouer. Et sinon, c’est certain qu’il sera au centre lorsqu’il pourra de nouveau chausser les patins», a affirmé Michel Therrien au sujet du rapide attaquan,t qui n’a disputé que huit rencontres cette saison.

Avec un adversaire comme le Lightning, qui compte quelques éléments offensifs de premier ordre comme Steven Stamkos et Martin St-Louis, l’entraîneur-chef montréalais pourra également compter sur un nouveau trio à caractère défensif plutôt offensif en Brian Gionta, Tomas Plekanec et Max Pacioretty. Confrontés au cours de la rencontre de dimanche au trio de John Tavares, les trois joueurs ont bien répondu à l’appel à cinq contre cinq, le Tricolore n’accordant aucun but en pareille situation.

«C’est certain qu’il y a une certaine pression de marquer, mais comme on a pu le voir dimanche soir, quand tu t’occupes défensivement du meilleur trio adverse, le reste de l’équipe monte son jeu d’un cran et marque », a confié Pacioretty, qui n’a pas trouvé le fond du filet depuis le 12 octobre, ratant toutefois sept matchs depuis en raison d’une blessure au bas du corps. «Depuis que je suis de retour, quelques-unes de mes meilleures chances de marquer ont été en désavantage numérique. C’est quelque chose que tu prépares et quand tu as l’occasion de foncer, tu y vas.»

D’ailleurs Pacioretty a dirigé cinq tirs au filet et a disputé plus de temps de glace que n’importe quel autre attaquant des Canadiens, ce qui en dit beaucoup sur le genre d’apport qu’il peut fournir à l’équipe.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
Les jeunes débarquent
Partir de la base