Recharger les canons

samedi, 09.11.2013 / 14 h 43 / Canadiens de Montréal - Nouvelles

BROSSARD – Les marqueurs naturels peuvent être souvent comparés à des artistes. Douglas Murray a prouvé ce matin lors de l’entraînement que cette qualité pouvait lui être aussi attribuée.

Le cœur y était à l’entraînement ce matin alors que les hommes de Michel Therrien ont pris part à plusieurs exercices étant destinés à renforcer leurs stratégies offensives.

Avec la présence à nouveau de Daniel Brière à l’entraînement portant sur le dos un gilet avec contact, les Canadiens pourront compter éventuellement sur le retour du petit attaquant pour remplir le filet. Toutefois, en attendant, la troupe de Therrien pourra peut-être compter sur un joueur sur qui les yeux se sont tournés ce matin et qui n’est pas reconnu pour déjouer les gardiens. Ce joueur est Douglas Murray, qui a épaté la galerie en déjouant Peter Budaj avec une feinte magistrale.

Murray surprend Budaj

« J’ai essayé cette feinte une fois dans les ligues mineures », raconte Murray, qui a fait un Marek Malik de lui-même. « J’ai déjà réussi une manœuvre semblable et c’était le but gagnant. Par contre, ce n’est jamais arrivé en tirs de barrage. »

L’entraîneur-chef Michel Therrien a été assez surpris lorsqu’il a vu son robuste défenseur déjouer Budaj de la sorte, mais il ne serait peut-être pas prêt à lui donner sa chance.

« Je compare ça un peu à lorsque je suis sous la douche, je chante très bien, mais ce n’est pas la même chose quand je me retrouve en public », admet Therrien en souriant. Les coéquipiers de Douglas Murray ont également été bouche bée par la manœuvre peu orthodoxe du défenseur suédois. « C’était assez surprenant, personne ne s’attendait à ça. Je ne sais d’où il sort ça », relate Rene Bourque, encore étonné de ce qu’il avait vu.

Les Canadiens se retrouvent peut-être en milieu de peloton au niveau de la moyenne des buts marqués avec 2,59 par match, reste que Michel Therrien est conscient qu’il y a encore du travail à faire afin que l’équipe touche la cible plus régulièrement. « Lors du dernier match à Ottawa, nous avons eu 18 chances de marquer. Quand les occasions sont nombreuses, tu sais que ça va rapporter un jour ou l’autre », explique l’entraîneur-chef. « J’ai aimé l’intensité de notre équipe, les gars ont créé plusieurs chances de marquer. J’encourage les joueurs à foncer vers le filet, décocher des tirs et bien compléter leurs jeux. Tant et aussi longtemps que nous aurons cette mentalité, nous aurons du succès. »

Du côté du capitaine Brian Gionta, il persiste à dire que les matchs se remportent en marquant des buts. Ça peut sonner cliché, mais il n’y a pas d’autres moyens de remporter des joutes.

« Tu dois compter des buts pour gagner des matchs et nous en avons pas fait assez récemment. Nous devons produire davantage à 5-contre-5 et nous servir des avantages numériques comme des bonus », mentionne l’auteur de neuf points cette saison. « Si tu n’es pas en mesure de traverser la zone neutre avec vitesse, tu seras incapable de produire des opportunités. Ce n’est pas possible de créer un échec-avant efficace quand tu n’es pas capable de percer la défensive de l’équipe adverse. »

Dans le vestiaire, le deuxième marqueur de l’équipe en termes de buts avec cinq, Rene Bourque, était du même avis que son capitaine. «Nous avons marqué un ou deux buts par match lors des cinq dernières rencontres. Tu peux remporter des matchs avec un ou deux buts si ton gardien réalise un vol, mais c’est difficile de remporter des rencontres avec un faible pourcentage de buts pour. »

Les Canadiens tenteront de retrouver le chemin de la victoire dimanche en affrontant les Islanders qui connaissent eux aussi une petite disette en ayant perdu leurs deux derniers matchs. C’est Carey Price qui sera devant le filet pour affronter l’équipe de John Tavares et du nouveau-venu, Thomas Vanek.

Philippe Frenette-Roy écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI:
De père en fils
Faits saillants: Canadiens vs Sénateurs