Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Bonne expérience malgré tout

mardi, 22.10.2013 / 22 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Bonne exp\u00E9rience malgr\u00E9 tout
MONTR\u00C9AL -
MONTRÉAL – Patrick Holland peut se dire mission accomplie à son premier match dans la LNH malgré la défaite des siens.
 
Les choses avaient pourtant si bien débuté pour les Canadiens mardi face aux Oilers. Faisant face à une formation qui, comme eux, comptait d’importants joueurs absents en raison de blessures, le Tricolore avait pris d’assaut le filet des visiteurs lors du premier vingt, effectuant constamment de la pression sur le gardien Devan Dubnyk. Les locaux ont même pris les devants par deux buts en fin d’engagement, par l’entremise de Tomas Plekanec, en avantage numérique, et de Brendan Gallagher suite à une superbe montée au filet.
 
Après-match: Patrick Holland
Mais comme ce fut souvent le cas depuis plusieurs mois, le vent a rapidement changé de côté à partir de la deuxième période alors que les Oilers ont réussi à déjouer Carey Price à deux reprises avant de récidiver deux autres fois lors du troisième vingt pour finalement l’emporter 4 à 3. Si le refrain est peut-être le même, les motifs sont tout aussi nébuleux.
 
« On suivait notre plan de match à la perfection en première période. C’est le genre d’équipe à qui il ne faut pas ouvrir la porte et leur donner le temps de faire des jeux. C’est ce qu’on a fait et on en paye le prix », confesse l’entraîneur-chef Michel Therrien, au sujet du revirement de situation en cours de rencontre. « C’est dur à expliquer. On veut définitivement imposer notre rythme quand on commence un match. On se concentre sur une période à la fois, on commence sur la première. Et pour des raisons difficiles à dire ou un manque de maturité, on n’est pas capable de garder le même tempo, la même concentration. »
 
Par contre, s’il y a un joueur qui a démontré une belle maturité malgré son jeune âge c’est Patrick Holland. Disputant le tout premier match de sa jeune carrière dans la LNH mardi face aux Oilers, l’attaquant originaire de Lethbridge, en Alberta, s’est vu confier des responsabilités importantes à ses débuts dans la grande ligue. Bien qu’il n’ait passé que 6:26 sur la patinoire ce soir, Holland a été utilisé à maintes reprises sur les unités spéciales, principalement en infériorité numérique. Quelque chose auquel il était habitué.
 
« J’ai souvent joué en désavantage numérique lors des matchs préparatoires et aussi à Hamilton. Je savais donc que si je voulais me tailler une place sur l’équipe, c’était un rôle que je devais accepter », explique Holland, qui a été le deuxième attaquant le plus utilisé par Michel Therrien à court d’un homme face aux Oilers. « J’étais un peu surpris au début mais très excité et je me suis rapidement mis sur la même longueur d’onde que Whitey [Ryan White]. C’est pas mal la même chose qu’à Hamilton. »
 
Faisant face à l’équipe qu’il observait souvent durant sa jeunesse, ayant grandi à quelques heures d’Edmonton, Holland s’est senti de plus en plus confortable au fur et à mesure que la rencontre progressait. Évoluant devant quelques membres de sa famille qui avait fait le voyage à Montréal à l’occasion, il aurait bien sûr voulu célébrer cet événement avec eux après une victoire.
 
« La défaite donne un petit goût amer à tout ça,  mais c’était plutôt cool d’être ici ce soir. Je ne crois pas que j’étais nerveux, mais lorsque j’ai sauté sur la patinoire, c’est là que j’ai vraiment ressenti les émotions », explique celui qui a principalement évolué aux côtés de Ryan White et Mike Blunden face aux Oilers. « Après ma première présence je me suis calmé. Tout m’avait prévenu que ça arriverait. Je suis arrivé ici avec un plan de match simple et je crois avoir réalisé ça. »
 
Incertain de ce qui l’attend au cours des prochaines heures et des prochains jours, Holland continuera d’avancer. Souvent méconnu comparativement à certains de ses coéquipiers, autant dans les rangs juniors avec Tri-City que dans la Ligue américaine à Hamilton, le choix de septième ronde des Flames au repêchage de 2010 aura au moins une meilleure idée du défi qui l’attendra si jamais on fera de nouveau appel à lui jeudi contre les Ducks d’Anaheim.
 
« Si jamais je suis en uniforme jeudi, je vais me présenter avec la même stratégie, mais je vais tenter d’avoir un plus de sang-froid. Il y a eu des occasions où j’allais en pleine vitesse en fond de territoire simplement pour éviter des erreurs. Maintenant que j’ai une partie derrière la cravate, je peux choisir les moments pour créer des choses », de conclure Holland.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI
Le jeu des chiffres - 22 octobre 2013
Résumé du match
Sommaire du match
Faits saillants de la rencontre