Une occasion en or

lundi, 21.10.2013 / 14 h 20 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Une occasion en or
La guigne s\u2019acharne sur le Tricolore alors que l\u2019annonce de la perte de Brandon Prust pour une dur\u00E9e de quatre semaines s\u2019est officialis\u00E9e.

BROSSARD – La guigne s’acharne sur le Tricolore alors que l’annonce de la perte de Brandon Prust pour une durée de quatre semaines s’est officialisée.

Ce dernier vient donc rejoindre une liste qui comptait déjà Daniel Brière, Max Pacioretty, George Parros, Davis Drewiske, Douglas Murray et Alexei Emelin.

Toutefois, qui dit blessures veut également dire opportunités. Opportunités pour des jeunes de l’organisation de se faire valoir aux yeux des entraîneurs et de la direction. Alors que pour Michaël Bournival, cette occasion se matérialise en une présence au sein du trio de Brian Gionta et Tomas Plekanec, pour Michael Blunden et Patrick Holland, on parle d’un rappel avec le grand club.

«Le rappel est basé sur le camp d’entraînement et leurs performances avec les Bulldogs. Marc est allé voir leur rencontre avec les Marlies dimanche soir. Sylvain Lefebvre et lui ont discuté des meilleurs choix et ce sont Holland et Blunden qui sont ressortis», a mentionné Michel Therrien, au sujet de la décision de rappeler ces deux joueurs en particulier.

Échos de vestiaire: Bournival

Bien que les joueurs rappelés viendront combler des trous offensivement, le pilote du Tricolore sait très bien qu’il devra apporter quelques ajustements.

«Ça ne fait aucun doute que nous allons devoir jouer solidement en défensive et que nous devrons tirer profit des occasions que nous aurons de marquer. Ça commence demain [mardi] », a lancé Therrien, qui a tenu à rappeler que les dés étaient loin d’être jetés encore. «Nous ne sommes pas en mode panique. Oui, on fait face à de l’adversité en tant que groupe en raison des blessures, mais nous sommes un groupe qui aime les défis.»

«Je sais qu’il y a de nombreux bons joueurs qui auraient pu être choisis, alors je suis très reconnaissant d’avoir été rappelé », a expliqué pour sa part Holland qui disputera fort probablement son tout premier match dans la LNH mardi soir contre les Oilers, au Centre Bell.

Même s’il est nouveau dans le vestiaire, le jeune homme de Lethbridge, en Alberta, a déjà un ailier, et un ami, de premier ordre en la personne de Brendan Gallagher, qu’il connaît depuis près de 11 ans.

«Ce matin dans le vestiaire, Gally est rentré, m’a vu et est parti à rire», a lancé celui qui a joint l’organisation montréalaise en même temps que Rene Bourque, au cours de la saison 2011-2012. «La première fois que nous avons joué contre Brendan, c’était dans un tournoi de hockey mineur quand nous avions 10 ans. J’ai une photo de nous deux, face à face au cercle des mises en jeu. Nous avons joué contre au niveau bantam, puis junior. J’ai toujours eu beaucoup de respect pour son style et j’aimerais ajouter certains de ces aspects à mon jeu. L’an dernier, nous vivions ensemble à Hamilton. C’est un gars avec qui je suis très confortable.»

À quelques casiers de là, un autre joueur des Canadiens trouvait que les choses allaient pas mal vite en ce début de saison, ce qui n’a toutefois absolument rien pour lui déplaire.

Avec les pertes de Brière, de Pacioretty et de Prust, Michaël Bournival a connu une progression fulgurante dans l’alignement du Tricolore. Ayant obtenu son premier but dans la LNH il y a moins d’une semaine, le joueur originaire de Shawinigan évoluera au sein d’un trio piloté par les vétérans Brian Gionta et Tomas Plekanec mardi soir.

«C’est sûr qu’il faut que je saisisse cette occasion-là. Je dois continuer à travailler fort. Il faut combler l’absence de certains gars en haussant notre jeu d’un cran aussi», a lancé Bournival, qui a également eu toute une nouvelle en matinée, apprenant de la bouche même de son entraîneur-chef qu’il pouvait commencer à se chercher un appartement à Montréal, puisqu’il y séjournerait probablement pour la totalité de la saison.

Par contre, Bournival devra entrecouper ses visites d’appartements de matchs de hockey et d’entraînements. Le jeune attaquant de 21 ans saura s’y faire.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
En rafale
Formation des Canadiens
Une guerre d’usure
Question d’unité