Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Question d’unité

vendredi, 18.10.2013 / 14 h 54 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Question d\u2019unit\u00E9
M\u00EAme s\u2019ils sont loin d\u2019\u00EAtre au m\u00EAme endroit dans leur carri\u00E8re, les joueurs des Canadiens ont une chose en commun : ils se supportent les uns les autres.

MONTRÉAL – Même s’ils sont loin d’être au même endroit dans leur carrière, les joueurs des Canadiens ont une chose en commun : ils se supportent les uns les autres.

Et c’est ce qui explique le succès qu’ils connaissent en ce moment, ayant remporté leurs quatre derniers duels. Au total, 17 joueurs différents ont inscrit leur nom sur la feuille de pointage depuis le 10 octobre.

« Nous jouons en unité de cinq. Nous allons tous à l’attaque puis nous nous replions tous. Nous jouons de mieux en mieux défensivement et je crois que c’est une grosse partie de notre jeu, d’être compacts, de jouer en unité et de rendre la tâche difficile à l’adversaire. On doit continuer comme ça », a lancé le défenseur Raphael Diaz, qui dispute une troisième saison dans la LNH. « Au cours des derniers matchs, tout le monde se supportait très bien défensivement et ça fait partie des clés de notre succès. »

D’ailleurs, après l’entraînement, l’entraîneur Michel Therrien y est allé de quelques commentaires au sujet du défenseur suisse qui fait partie intégrante de son unité offensive.

« Diaz est un joueur à qui on donne un rôle de plus en plus important sur l’équipe et il le mérite. Avec l’absence de certains joueurs, son rôle est devenu plus important et il performe bien », a mentionné Michel Therrien, faisant notamment référence aux absences de Douglas Murray, Davis Drewiske et Alexei Emelin. « C’est un joueur rapide et il est solide défensivement. C’est seulement sa troisième année dans la ligue et il continue de s’améliorer. »

L’apport défensif du Tricolore passe également par la venue de deux nouveaux joueurs, Jarred Tinordi et Nathan Beaulieu. Bien qu’ils alternent leurs passages à la ligne bleue, les deux recrues partagent tout de même un quotidien plutôt spécial.

« Ça fait deux mois que je suis ici, alors je commence à connaître le personnel de l’hôtel assez bien », a rigolé Jarred Tinordi qui pour l’instant, vit dans un hôtel du centre-ville de Montréal. « Il n’y a pas de réfrigérateur ou de cuisine dans ma chambre alors je mange beaucoup à l’extérieur. J’ai quelques petites choses non périssables dans ma chambre et c’est pas mal tout. Le soir, c’est plus difficile parce qu’il n’y a pas de service aux chambres, donc passé 21h je dois me tourner du côté des restaurants pour un sandwich ou quelque chose du genre. »

Vivant une saine compétition avec ses coéquipiers à la ligne bleue au jour le jour, Tinordi sait très bien qu’il détient la clé du succès et qu’il n’en tient qu’à lui de prouver qu’il a sa place dans l’alignement match après match.

« La chose la plus importante, c’est la constance; c’est probablement ce qui est le plus difficile à propos du fait de jouer dans cette ligue », explique Tinordi. «C’est difficile d’alterner [avec Nathan Beaulieu], mais c’est un bon défi et c’est l’occasion de se prouver. Ton travail est de te présenter et de bien jouer, que tu joues tous les matchs ou aux trois matchs.»

Il y a également les défenseurs étoiles, Andrei Markov et P.K. Subban qui ont été jumelés il y a de cela quelques rencontres et qui, depuis ce moment, ne cessent d’accumuler les points à une incroyable vitesse.

«J’aime vraiment la chimie entre Markov et Subban. Markov joue bien depuis le voyage. C’est un joueur qui a un excellent sens de l’anticipation et ses partenaires paraissent toujours bien », mentionne Michel Therrien. «Il met toujours ses partenaires dans une position où ils peuvent s’exprimer. Ce n’est pas le joueur le plus volubile, mais j’aime beaucoup sa vision du jeu. »

Michel Therrien aura une fois de plus l’occasion de tester sa brigade défensive samedi soir, alors que de la rare visite sera en ville, les Predators de Nashville.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.