Bourque, comme à la maison

mardi, 08.10.2013 / 17 h 23 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Bourque, comme \u00E0 la maison
Rene Bourque atteindra le cap des 500 matchs dans la LNH mercredi soir.

CALGARY – Rene Bourque atteindra le cap des 500 matchs dans la LNH mercredi soir.

Originaire d’Alberta, il n’y avait pas de coïncidence plus opportune que celle-ci, lui qui atteindra cette marque en affrontant l’équipe pour laquelle il a évolué pendant quatre saisons.

Échangé aux Canadiens en provenance des Flames le 12 janvier 2012, l’athlète originaire de Lac La Biche a disputé 249 rencontres avec la formation albertaine au cours de sa carrière. Pour Bourque, la rencontre de mercredi soir marquera la deuxième fois où il affrontera son ancienne formation, la première fois étant le 6 mars 2012, moins de trois mois après avoir été acquis par le Tricolore.

Le premier de la saison de Bourque

«Je crois que j’étais un peu nerveux la première fois, simplement parce que c’était mon premier match contre eux. Le niveau de nervosité est beaucoup moins haut maintenant. Ça n’a rien à voir avec ce que c’était lors du premier match. C’est bizarre de jouer contre d’anciens coéquipiers alors que tu viens de te faire échanger», a lancé l’ailier droit de 31 ans qui aimerait bien atteindre le cap des 1000 rencontres en carrière.

Mais avant de songer au club des 1000 matchs, c’est par celui des 500 que Bourque devra passer et il est plus que prêt à passer à la prochaine moitié de son objectif.

«J’ai l’impression de jouer depuis tellement longtemps que je devrais en avoir disputé plus que ça, mais j’ai tellement été blessé que j’aurais pu être à 600 ou 700», explique Bourque qui n’a jamais pu disputer une saison complète de 82 matchs depuis son entrée dans la LNH en 2005-2006. «C’est excitant. Je ne l’avais pas vraiment réalisé avant le premier match de cette saison. J’ai regardé les statistiques et je me suis rendu compte que j’étais à 497. Ça tombe bien que ça arrive ici j’imagine.»

Même si les années ont passé depuis son passage dans la métropole albertaine, Bourque avoue qu’il est probablement le même joueur que jadis et qu’il compte bien démontrer qu’il sait jouer le hockey de «l’Ouest» au cours de ce voyage de quatre rencontres à l’ouest des Grands Lacs.

«Je suis le même joueur. Je crois seulement qu’en vieillissant, tu acquiers plus d’expérience, tu as tendance à changer quelques éléments et à t’adapter à la vitesse du jeu », soutien Bourque qui n’hésite pas à comparer les deux styles. «Le hockey dans l’est est un peu différent. Le jeu y est un peu plus ouvert. Dans l’ouest, c’est un peu plus serré, mais ça évolue chaque année.»

N’ayant pas l’occasion de voir son ancienne équipe à l’œuvre bien souvent et ayant sauté une année en raison du conflit de travail en 2012-2013, Bourque a bien hâte à cet affrontement, tout comme beaucoup de joueurs des Canadiens provenant de l’Ouest canadien.

«On vient seulement une fois par année et je crois que tout le monde est bien content d’être sur la route. C’est notre plus long voyage et on va dans toutes les villes de l’ouest. Dans chaque ville, il y a toujours quelques gars qui ont de la parenté et qui joueront devant leurs amis», soutient Bourque qui pourra notamment compter sur l’appui de ses parents dans les estrades lors des arrêts à Calgary et à Edmonton. «C’est excitant pour plusieurs de jouer dans leur ville natale.»

Jusqu’à récemment, Bourque avait encore un port d’attache à Calgary, y possédant un pied-à-terre. Maintenant ce n’est plus le cas puisqu’il s’est départi de sa résidence pour se concentrer sur l’endroit qu’il considère comme était sa maison.

«Jusqu’en octobre passé, j’avais encore une maison ici. Je suis revenu l’été dernier pour la préparer à la vente. J’ai eu à m’occuper de bien des choses. C’est plaisant d’être de retour, mais je suis établi à Montréal. C’est ma maison maintenant et j’apprécie vraiment», a soutenu celui qui évolue au sein d’un trio avec Brian Gionta et Tomas Plekanec.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire en vrac
En rafale
La ruée vers l'Ouest
Ovechkin, Eller et Fleury sont les trois étoiles de la semaine
Mon premier but: Rene Bourque
Manger les bandes