Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

L'homme à tout faire

samedi, 05.10.2013 / 13 h 06 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


L\'homme \u00E0 tout faire
Disputer 600 matchs dans la LNH avec la m\u00EAme \u00E9quipe de nos jours est tr\u00E8s rare. C\u2019est ce que Tomas Plekanec r\u00E9alisera samedi soir lorsqu\u2019il sautera sur la glace du Centre Bell.
BROSSARD – Disputer 600 matchs dans la LNH avec la même équipe de nos jours est très rare. C’est ce que Tomas Plekanec réalisera samedi soir lorsqu’il sautera sur la glace du Centre Bell.
 
Lorsque les Canadiens ont sélectionné l’attaquant originaire de Kladno, en République tchèque, en troisième ronde du repêchage de 2001 de la LNH, peu auraient pensé que Tomas Plekanec deviendrait l’un des joueurs les plus importants de l’offensive montréalaise au cours de la décennie qui a suivi. Utilisé dans toutes les situations possibles depuis son arrivée à temps plein dans le circuit Bettman en 2005-2006, le joueur de centre aujourd’hui âgé de 30 ans est fier d'avoir pu atteindre ce plateau avec la seule équipe pour qui il a évolué dans la LNH.
 
En vrac : Tomas Plekanec
« C’est définitivement un beau chiffre. Ce n’est pas 1 000 ou quelque chose du genre, mais 600 avec une seule équipe de nos jours est quelque chose dont je suis très heureux. Je suis fier de m’être rendu à la LNH et d’atteindre ce plateau », admet Plekanec, qui a amorcé sa neuvième campagne avec le Tricolore. « Peu de joueurs [le font avec une seule équipe] de nos jours, surtout qu’il y avait beaucoup de transactions il y a quelques années. Le fait d’être demeuré avec les Canadiens, surtout avec les Canadiens, est quelque chose d’important. »
 
Longtemps considéré comme un des joueurs les plus sous-estimés de la LNH en raison de son efficacité dans toutes les zones sur la glace, Plekanec  a dû s’adapter au fil du temps à de nombreux changements au sein de l’organisation. Ayant vu passer de nombreux coéquipiers, dirigeants et entraîneurs au fil des années, il s’estime chanceux d’avoir été si bien entouré et affirme que c’est pour cette raison qu’il est là où il est aujourd’hui.
 
« J’ai été chanceux d’avoir eu les compagnons de trio et les coéquipiers que j’ai eu. Là est probablement la chose dont je suis le plus fier, peut-être à l’exception des dernières années parce que j’en ai eu trop de différents », confesse Plekanec à la blague. « Mes parents m’ont aussi beaucoup appuyé pour me rendre à ce niveau. Toutes ces choses, et le fait d’avoir évité les blessures, et simplement de me concentrer sur mon jeu et de travailler fort m’ont aidé. »
 
Si certains dans la planète hockey sous-estiment encore l’impact qu’a eu Plekanec sur le Tricolore depuis plusieurs années, ses coéquipiers dans le vestiaire, eux, n’ont pas besoin de se faire rappeler à quel point le numéro 14 est un élément important à leurs succès.
 
« Je crois qu’il est l’un des attaquants les plus complets de la Ligue. Il joue beaucoup de minutes, il joue contre les meilleurs trios adverses, il peut diriger autant l’avantage numérique que l’infériorité numérique. Il est très versatile », explique son compagnon de trio, Rene Bourque. « J’adore jouer avec lui. Il est un joueur tellement intelligent. Il trouve toujours un moyen de vous remettre la rondelle. Il est fiable dans notre zone et depuis que je suis à Montréal nous avons évolué ensemble pas mal tout le temps. Nous tentons de créer encore plus de choses en offensive cette saison. »
 
Bien qu’il n’ait pas eu l’occasion de le diriger lors de son premier passage derrière le banc des Canadiens au début des années 2000, Michel Therrien savait ce qu’il avait en Tomas Plekanec  lorsqu’il est revenu dans l’organisation l’année dernière. N’ayant jamais eu peur de l’employer dans toutes les situations, aussi délicates soient-elles, l’entraîneur-chef tenait à rendre hommage à son joueur de centre, sur qui il comptera beaucoup samedi lorsqu’ils affronteront les dangereux Flyers de Philadelphie.
 
« C’est la constance de Plekanec qui se démarque le plus d’après moi. C’est avant tout une réalisation importante pour lui, le fait de disputer 600 matchs avec la même équipe de nos jours », partage Therrien, qui verra aussi le défenseur Josh Gorges atteindre le plateau des 400 parties avec le Tricolore samedi soir. « Ce que j’aime le plus de Pleky est que je sais toujours à quoi m’attendre de lui. Il est tellement intelligent et sa constance lui permettra d’atteindre le cap des 600 matchs ce soir. Nous sommes  très heureux et aussi très fiers de lui. »
 
Le match débute à 19 h, au Centre Bell.
 
Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
Échos de vestiaire - 5 octobre
24 Flash #2
Face à face: Flyers @ Canadiens
Un accès aux coulisses
Le passé c’est le passé