Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

La dernière chance

mercredi, 25.09.2013 / 12 h 56 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


La derni\u00E8re chance
Avec le nombre de recrues qui font partie de l\u2019alignement contre les S\u00E9nateurs mercredi soir, on peut parler de match de la derni\u00E8re chance.

BROSSARD – Avec le nombre de recrues qui font partie de l’alignement contre les Sénateurs mercredi soir, on peut parler de match de la dernière chance.

Ayant déjà mentionné plus tôt cette semaine que la formation qu’il présentera sur la glace jeudi soir allait être sensiblement la même que celle qui amorcera la saison 2013-2014, Michel Therrien laisse une dernière chance aux espoirs du Tricolore de se faire valoir.

C’est ainsi que les Martin St-Pierre, Magnus Nygren, Darren Dietz, Patrick Holland, Greg Pateryn, Nick Tarnasky et Nathan Beaulieu sauteront tous dans l’autobus en direction d’Ottawa pour y affronter les Sénateurs.

En vrac: Magnus Nygren

Alors que certains ont déjà quelques matchs préparatoires derrière la cravate, pour le premier choix des Canadiens en 2011, Nathan Beaulieu, il est vraiment minuit moins une. L’espoir de 20 ans a dû prendre son mal en patience au cours du camp d’entraînement, après avoir subi une blessure en donnant violemment contre la bande lors du tout premier match intra-équipe.

«J’ai appris que je pouvais finalement jouer. Je suis vraiment content de pouvoir finalement disputer un match. J’ai eu de la difficulté à dormir la nuit dernière », a confessé Beaulieu. «C’est important de jouer; je n’ai plus beaucoup de temps pour laisser une bonne impression.»

Beaulieu n’est pas le seul à auditionner pour un poste à la ligne bleue. Le vétéran de quatre saisons dans la Ligue Élite de Suède, mais qui n’a toujours pas disputé un match dans la LNH, Magnus Nygren,aura encore une fois la chance de prouver ce qu’il sait faire, lui qui sera jumelé à un autre espoir, Darren Dietz.

«Le camp d’entraînement se termine demain et personne ne sait rien. Tu sais quand même un peu à quoi t’attendre et c’est certain que j’ai le sentiment que je dois jouer tout un match contre les Sénateurs ce soir », a lancé Nygren, qui disputera son quatrième match préparatoire dans l’uniforme des Canadiens. «Je me sens plus à l’aise maintenant que lorsque je suis arrivé au début du camp et que j’avais joué sur de plus petites patinoires seulement une ou deux fois. Le jeu est plus rapide et on dirait que les joueurs sont plus rapides et plus gros parce qu’il n’y a pas beaucoup de temps pour réagir.»

Ayant littéralement déjà une deuxième chance au cours de ce camp, Darren Dietz compte bien prouver que lorsque les dirigeants l’ont téléphoné pour qu’il revienne alors qu’il était en direction de Hamilton, ils ont fait le bon choix.

« Ça pourrait être ma dernière chance de faire bonne impression aux dirigeants et aux entraîneurs de l’organisation ici. J’ai vraiment hâte de jouer ce match», a lancé le défenseur de 20 ans qui soutient que même s’il pourrait s’agir du dernier match pour plusieurs, le niveau de stress n’est pas plus élevé que pour tous les autres matchs, à l’exception d’un seul. «Le premier match est certainement stressant parce que tu ne sais pas à quoi t’attendre. Après quelques rencontres, tu t’ajustes à la vitesse et tu deviens plus confortable. Il y a toujours une pression de d'exceller, ça fait partie du sport. Je ne vois pas ça comme quelque chose de négatif. »

En vrac: Nathan Beaulieu

Même s’il ne sera pas du voyage, le vétéran de 724 rencontres dans la LNH, Francis Bouillon, avait de bons mots pour les espoirs qui devront quitter Montréal dans les prochains jours, rappelant que de se rendre jusqu’à ce moment relève de l’exploit.

«Il n’y a pas beaucoup de place dans ce vestiaire-ci. Il y a beaucoup de vétérans et les jeunes qui étaient là l’an dernier ont rapidement fait leur place », rappelle Bouillon, faisant notamment référence aux performances impressionnantes de Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk lors de la saison écourtée.

«C’est sûr que tu veux toujours laisser une bonne impression, que ce soit le premier ou le dernier match. Tu te fais donner une note chaque match. Si tu connais deux bons matchs et un mauvais, ça peut quand même te placer en mauvaise position. Mais ce qui est surtout important, c’est le temps que tu passes au camp d’entraînement. Si un jeune se fait couper demain, il peut être fier parce qu’il faisait encore partie du camp aussi tard. D’être encore là aujourd’hui, c’est du positif», a soutenu Bouillon, qui a notamment fait la remarque à un des espoirs les plus prometteurs du camp 2013-2014, Michaël Bournival mercredi matin.

On a toujours une seule chance de laisser une bonne impression et pour beaucoup d’espoirs des Canadiens, c’est à 19h30 au Centre Canadian Tire que ça se passe.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire
Face à face: MTL @ OTT
En rafale
Dans le calepin - 24 sept.
Deuxième saison de 24CH
À son meilleur