Une chance en or

samedi, 07.09.2013 / 13 h 15 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD - Pour les jeunes espoirs des Canadiens, le camp des recrues de l’organisation représente une chance inestimée de prouver de quoi ils sont capables. Pour les habitués, il s’agit d’une opportunité de montrer aux membres de l’organisation leur progression depuis la dernière année, comme c’est le cas pour Morgan Ellis et Greg Pateryn, qui en sont à leur deuxième camp des recrues.

Cette année, les deux jeunes joueurs étaient plus confiants à leur arrivée au Complexe sportif Bell de Brossard.

« Je suis confiant, surtout en me rappelant de comment c’était l’année dernière », explique Pateryn. « Lors des premiers matchs, tu es toujours stressé. Revenir en se sentant plus confortable autour des autres joueurs, apprendre à les connaître et à patiner avec eux, je pense que tout cela se traduit en plus de confiance sur la patinoire. »

Selon Morgan Ellis, même s’il est plus confiant cette année, le camp des recrues n’est pas une expérience à prendre à la légère.

« C’est certain que ça ne fait pas de mal d’avoir déjà été au camp par rapport à ta première fois, mais l’objectif reste le même : tu dois te prouver, bien jouer et te faire remarquer pour les bonnes raisons », affirme le joueur de 21 ans.

Les deux joueurs, qui ont évolué avec les Bulldogs de Hamilton en 2012-2013, ont travaillé sur plusieurs points cruciaux pendant la saison morte. Pour Ellis, l’objectif était de travailler sur tous les aspects de son jeu.

« Je suis à Montréal depuis environ deux mois et demi pour m’entraîner », raconte ce dernier. « J’ai travaillé avec Pierre Allard ici, au complexe. Nous étions plusieurs à nous entraîner ensemble. J’ai travaillé sur un peu de tout afin de devenir plus gros, plus rapide et plus fort. »

Pateryn, quant à lui, est retourné au Michigan pour s’entraîner et se préparer pour le camp des recrues. Il a d’ailleurs eu la chance d’y côtoyer des joueurs de la LNH de haut calibre comme Jack Johnson, Matt Hunwick, Kevin Porter et Jeff Petry. « En étant entourés de joueurs comme eux, tu vois ce qu’il faut faire. Tu vois comment ils s’entraînent, ce qu’ils font à tous les jours : ce sont des joueurs de la LNH à temps plein. Tu te rends compte qu’ils ne s’arrêtent pas une fois qu’ils sont pris. Ils continuent à travailler car ils savent que quelqu’un d’autre essaie toujours de prendre leur place. Ça fait du bien d’être dans ce genre d’environnement et d’être entouré d’un groupe de joueurs aussi disciplinés. »

Une année charnière

Il n’y a pas à dire, la dernière saison n’aura pas été de tout repos pour les deux jeunes joueurs, spécialement pour Greg Pateryn qui a dû se remettre d’une importante fracture au coude.

« Passer par-dessus cette épreuve a définitivement été difficile. C’est ta première saison professionnelle et tu te blesses assez sérieusement à ton septième match », a souligné Pateryn. « Tu dois ensuite te faire opérer et attendre sans trop savoir quand tu pourras rejouer. Vers la fin de la saison, j’ai pu recommencer à jouer… Mais d’avoir eu à vivre cette expérience m’a encore plus motivé pour la saison. Ce sont des choses qui arrivent. Il faut simplement être capable de passer par-dessus. »

De son côté, Morgan Ellis a un objectif bien défini pour 2013-2014 : la constance.

« Parfois, il arrive que tu joues un très bon match, mais celui d’après n’est pas aussi bon. Si j’arrive à devenir plus constant et à miser sur mes bons jeux, je serai satisfait,» d'expliquer Ellis.

Son but premier? Faire partie de l’équipe des Canadiens de Montréal.

« Je veux leur montrer ce sur quoi je me suis amélioré de sorte à ce qu’ils soient forcés à prendre une décision difficile. Je suis prêt à rester ici pour toute la saison », de conclure le jeune défenseur.

Élise Robillard écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Une affaire de famille
Sous le signe de la continuité
De retour sur les verts
40 joueurs seront au camp d'entraînement des recrues