Une affaire de famille

vendredi, 06.09.2013 / 14 h 28 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Une affaire de famille

BROSSARD – De nos jours, afin d’être en mesure de pratiquer un sport au plus haut niveau, un athlète doit souvent s’y dévouer à un très jeune âge. Pour ce qui est des jeunes espoirs des Canadiens qui participent au camp des recrues, avoir une famille très impliquée dans le hockey ne fait pas de mal non plus.

Ben Duffy, un joueur de 21 ans originaire de la Nouvelle-Écosse ayant récolté 110 points en 68 parties, à sa dernière saison au sein des Rockets de l’Île-du-Prince-Édouard de la LHJMQ, est très reconnaissant envers son grand-père, qui lui a transmis sa passion pour le hockey au fil des années.

« Il a toujours été un modèle pour moi. Nous allions parfois voir des matchs de la LNH ensemble et il a payé pour beaucoup de mes dépenses reliées au hockey lorsque j’étais plus jeune », explique Duffy. Ce dernier, qui a signé un contrat d’un an avec les Bulldogs de Hamilton cet été, compare son style à celui de Claude Giroux, est bien conscient qu’il a du chemin à faire afin d’être reconnu comme un joueur de taille à l’offensive au niveau professionnel.

« Je devrai améliorer ma force pour continuer », poursuit-il. « Ce sera la chose principale [sur laquelle je vais me concentrer].»

Joueur professionnel de troisième génération, Tim Bozon, 19 ans, est emballé à l’idée de prolonger la tradition familiale. « Nous avons toujours été une famille de hockey. Mon grand-père [Alain Bozon, membre du Temple de la renommée en France] est celui qui a débuté cette tradition en devenant capitaine puis entraîneur de l’équipe nationale française, » raconte Bozon.

Philippe, le père de Tim, est connu pour être le premier joueur français à avoir évolué dans la LNH, dans laquelle il a eu la chance d’être sur la même ligne que des vedettes du hockey comme Brett Hull à St. Louis. C’est d’ailleurs à dans cette ville du Missouri que Tim est né.

« Mon frère et moi sommes nés avec des patins aux pieds », renchérit-il. « En tant que joueur de troisième génération, je veux faire encore mieux [que les deux générations précédentes]. »

Maintenant dans l’organisation montréalaise suite à un échange avec les Rangers de New York plus tôt cet été, Christian Thomas s’est entraîné avec des joueurs comme Steven Stamkos, James Neal, Steve Downie et B.J. Crombeen pendant la saison morte afin d’impressionner au camp des recrues.

« Il s’agit du deuxième été que je m’entraîne avec eux », raconte Thomas. « C’est génial d’être avec des joueurs comme Stamkos et de voir à quel point ils travaillent fort pour obtenir du succès dans cette ligue. »

Cela étant dit, voir de près l’éthique de travail de la LNH n’est rien de nouveau pour lui. Son père Steve, un allier droit agressif, a marqué 421 buts pendant sa carrière de 1 235 matchs, même s’il n’a jamais été repêché par une équipe de la LNH.

Les racines familiales sont bien ancrées pour le camp des recrues de cette année. D’autres joueurs portant des noms de famille bien connus étaient présents aujourd’hui, tels que Justin Courtnall (fils de Geoff et neveu de Russ, un ancien joueurs des Canadiens), Connor Crisp (neveu de Terry, ancien entraîneur de la LNH) et Jarred Tinordi (fils de l’ancien capitaine des Stars, Mark).

Jack Han écrit pour canadiens.com. Traduit par Élise Robillard.

VOIR AUSSI

Sous le signe de la continuité
De retour sur les verts
Lorsque votre pays appelle
40 joueurs seront au camp d'entraînement des recrues