Lorsque votre pays appelle

dimanche, 01.09.2013 / 9 h 43 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Lorsque votre pays appelle

MONTRÉAL - P.K. Subban a reçu un appel très attendu de Steve Yzerman cet été. Il va passer les prochains mois à s’assurer qu’il en reçoive un autre.

La saison morte 2013 n’a rien eu de relaxant pour Subban. Après avoir mis la main sur le trophée Norris pour la première fois au mois de juin, l’athlète de 24 ans a passé le reste de son été à préparer sa prochaine conquête avec son préparateur physique Clance Laylor à Toronto. En plus de ses deux sessions par jour sur et en dehors de la glace en vue de remporter un autre Norris, Subban a fait un premier pas en vue de représenter son pays à Sotchi en février prochain.

L’un des 47 joueurs invités au camp d’orientation d’Équipe Canada qui a eu lieu du 25 au 28 août, Subban espère que la prochaine fois qu’il verra le système expliqué au cours de ce camp de quatre jours sera en Russie.

« C’est la première fois que je fais ça alors je n’ai jamais été dans cette situation », a expliqué Subban, qui a remporté l’or avec Équipe Canada Junior en 2008 et 2009. « Je ne suis pas certain du processus à partir d’ici, mais maintenant, c’est davantage le processus d’évaluation de leur côté pour former l’équipe. Les gars retournent avec leur équipe et doivent avoir un bon début de saison.

« C’est certainement quelque chose qu’on a à l’esprit », a-t-il admis à l’idée d’être l’un des défenseurs choisis pour représenter le Canada aux prochains Jeux olympiques. « Tout le monde veut jouer pour son pays. Si tu demandes à chaque joueur de notre équipe, ils vous répondront tous qu’ils veulent représenter leur pays aux Olympiques. »

Ayant porté le chandail unifolié lors du Championnat du monde en 2013 en Suède, Subban a déjà eu un aperçu de ce que les dirigeants d’Équipe Canada rechercheront au cours de la première moitié de saison dans la LNH.

« Je crois que c’est principalement des joueurs qui veulent compétitionner. Les équipes veulent toujours des joueurs qui peuvent exceller dans chaque zone et chaque situation. C’est la différence dans notre jeu. Ce n’est pas tout le monde qui peut le faire », a décrit Subban, qui a mené les arrières de la LNH en 2012-2013 avec 26 points en avantage numérique. Je crois que la chose la plus importante que les joueurs doivent réaliser est que vous jouez d’abord et avant tout à propos de votre pays et de former un tout rapidement et de gagner quelque chose qui n’est pas facile à gagner. »

Les joueurs invités n’ont pas eu la chance de pratiquer ensemble durant leur temps ensemble à Calgary, mais cela n’a pas empêché Mike Babcock et son personnel d’entraîneurs de prendre les devants et d’enseigner le système qui sera pratiqué sur une glace de taille olympique.

« Beaucoup du temps a été passé sur la stratégie et sur le système et de déterminer l’identité de notre équipe quand le tournoi va commencer », a expliqué Subban, qui a participé à un entraînement sur glace sans glace avec ses coéquipiers pour s’habituer aux nuances d’une patinoire olympique. « Peu importe qui va être sélectionné sur l’équipe, lorsqu’ils arriveront en Russie, ils n’auront pas beaucoup de temps de revoir le système et le temps d’entraînement sera limité. Ils tentaient de nous donner un bref aperçu pour que la prochaine fois qu’on le verra le système, il nous soit familier. »

En plus des X et des O, le temps passé ensemble pour les potentiels 47 olympiens avait pour but de former une unité cohérente alors qu’ils sont sur le point de se livrer une féroce bataille à compter du 1er octobre.

« Il y avait beaucoup d’activités pour bâtir l’esprit d’équipe, de dîners et d’événements sociaux. J’ai le sentiment que j’ai appris à connaître certains gars que je ne connaissais pas bien avant. C’était très plaisant », a mentionné Subban. « C’est aussi l’occasion pour le personnel d’Équipe Canada de connaître les joueurs un peu mieux et de les comprendre. L’emphase était sur le système, mais je ne crois pas que c’était l’élément principal. Je crois qu’il voulait créer de la chimie entre les joueurs. »

Un coéquipier potentiel avec Équipe Canada avec qui Subban ne devrait pas avoir de problème à créer des liens en Russie est le gardien qui est assis de l’autre côté du vestiaire des Canadiens depuis son arrivée dans la LNH en 2010. Convoitant l’un des postes de gardien en compagnie de Roberto Luongo, Braden Holtby, Mike Smith et Corey Crawford, Price s’est retrouvé sur le même vol que Subban en direction de Calgary au lendemain de son mariage.

« Pricey et moi avons une bonne relation et nous aimons travailler ensemble et être ensemble. », a-t-il confirmé à propos du gardien étoile. « J’aime être dans son entourage et j’étais extrêmement heureux d’aller à son mariage. C’est personnel; ce n’est ni le hockey, ni une question d’affaires. Tu invites seulement certaines personnes et d’avoir la chance de partager ce moment avec lui et sa femme Angela, c’était pas mal cool! »

« Nous avons été cochambreurs pendant ces quatre joueurs et il a appris que nous pourrions être cochambreurs », a lancé Subban, à la blague. « Ce serait extrêmement cool d’aller aux Olympiques avec lui, de remporter la médaille d’or et de m’aligner à la ligne bleue à ses côtés. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Traduit par Alexandre Harvey.

VOIR AUSSI
40 joueurs seront au camp d'entraînement des recrues
Le dernier mot : Shawn Ashmore
Dans le feu de l'action
Dans la boule de cristal