Bergevin au marché

vendredi, 05.07.2013 / 18 h 40 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – «Je n’ai jamais terminé.» Voilà ce qui résume les deux dernières journées de Marc Bergevin.

Après le jour 1 du marché des joueurs autonomes, Marc Bergevin a rappelé que le 5 juillet n’était qu’une journée parmi tant d’autres.

«Aujourd’hui, c’est le début. Si ça arrive le 15 août ou le 18 juillet, on parle encore d’agents libres. Ce n’est jamais terminé. C’est la même chose pour la date limite des échanges», a soutenu Bergevin qui a tout de même mis la main sur Daniel Brière en plus de transiger pour obtenir les services de George Parros.

Parros, faisant parler ses poings

Il a rappelé que non seulement la compétition entre les équipes de la LNH était forte lorsque le coup de midi sonnait, mais également que le prix à payer pour obtenir de belles proies était parfois beaucoup trop élevé.

«On a vu aujourd’hui que si tu veux embarquer dans le marché des joueurs autonomes, il y a un prix à payer et je ne pense pas qu’on soit en position de faire ça aujourd’hui », a soutenu Bergevin qui s’en est tenu à la même philosophie qu’il professe depuis qu’il est à Montréal. «Tu peux toujours améliorer ton équipe avec des agents libres, mais selon moi, le noyau ne vient pas de là.»

Pour le directeur général des Canadiens, c’est plutôt par le repêchage et par le développement des joueurs qu’une équipe doit se bâtir, comme il l’a prouvé avec les performances des jeunes Brendan Gallagher et Alex Galchenyuk.

«Est-ce que je voudrais un gros défenseur robuste qui peut jouer 25 minutes? Certainement, tout le monde en veut », a-t-il confessé. «Mais il n’y a en a pas et s’il y en a, tu dois les payer. Je fais attention à notre orientation et il faut se laisser du jeu au cas.»

Par contre, même s’il n’a pas été le plus actif sur le marché des transactions, Bergevin n’a pas hésité à déplacer quelques pièces de son échiquier afin d’améliorer son équipe. Il a abordé la première journée du marché des joueurs autonomes avec une vision globale et il a trouvé chaussure à son pied.

Dans un premier temps, il a courtisé avec succès un des joueurs les plus convoités de la cuvée 2013, Daniel Brière.

«Je suis vraiment fier d’amener Daniel ici. C’est un gars qui a beaucoup de caractère. Il a été capitaine à Buffalo, assistant-capitaine à Philadelphie. Il avait plus d’une option sur la table et il voulait venir à Montréal. Il aurait pu aller ailleurs et il a choisi Montréal», a souligné Bergevin qui soutient que le choix de Brière a été le bon.

Ensuite, c’est tout un poids lourd que les Canadiens ont ajouté à leur écurie en faisant l’acquisition du dur à cuire George Parros, des Panthers, dans une transaction envoyant l’espoir Philippe Lefebvre et un choix de septième ronde en 2014 en Floride.

Véritable adepte du pugilat, Parros,qui portera le numéro 15, compte un total de 160 combats à sa fiche, en 452 rencontres. Au cours de la courte saison 2012-2013, il a invité neuf adversaires à danser, à égalité au cinquième rang de la LNH, comptant seulement un combat de moins que Brandon Prust, avec dix.

Tour du chapeau de Brière

«J’ai été vraiment surpris. Je n’ai pas vraiment vu ça venir. Je suis excité de jouer à Montréal. C’est probablement le meilleur marché où jouer», a confié d’entrée de jeu Parros, bien à l’aise dans le rôle de protection qu’il aura à jouer à Montréal. «C’est comme si j’allais dans n’importe quelle équipe. Je protège mes coéquipiers, qu’ils soient petits ou grands. C’est ce qui m’a aidé jusqu’ici dans ma carrière et j’espère continuer de leur apporter un soutien en les protégeant. Je veux qu’ils se sentent confortables quand je suis dans l’alignement.»

Questionné à savoir si l’âge était une corrélation directe avec la baisse de désir de laisser tomber les gants, Parros n’a pas hésité à prendre un de ses bons amis en exemple.

«J’ai joué avec Brad May à Anaheim. Je crois qu’il avait 39 ans et n’hésitait jamais à laisser tomber les gants. Me battre fait partie de mon jeu », a renchéri Parros qui a laissé tomber les gants avec des joueurs dans toutes les équipes de la LNH à l’exception des Canadiens. «Je veux aussi contribuer dans d’autres facettes et être une bonne influence. En ce qui concerne le fait de me battre, je n’ai aucun problème à affronter n’importe qui dans la Ligue. »

Et le directeur général des Canadiens est du même avis que le principal intéressé.

«George apporte avec lui une dimension de respect, pas seulement sur la glace, mais aussi auprès de ses coéquipiers. C’est une bonne personne qui a beaucoup de caractère et qui protège ses coéquipiers », a expliqué Bergevin au sujet de l’attaquant de 6-pieds-5. «En ce moment dans notre alignement, nous avions besoin de ce genre de joueur. Nous savons tous ce que Brandon Prust fait pour ses coéquipiers et maintenant il va avoir de l’aide. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Les Canadiens acquièrent George Parros
Retour au bercail
Les Canadiens concluent une entente de deux ans avec Daniel Brière
Renforcement positif
Camp de perfectionnement - Jour 2
Les Canadiens embauchent Stéphane Waite au poste d'entraîneur des gardiens de but