Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Camp de perfectionnement - Jour 2

jeudi, 04.07.2013 / 13 h 20 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Camp de perfectionnement - Jour 2
BROSSARD – Dans le calepin aujourd’hui : Connor Crisp parle de son idole, Magnus Nygren déménage et Brady Vail attend le bon moment.

Une taille de plus : Avec leur choix de troisième ronde, le 71e au total, les Canadiens n’ont pas seulement ajouté un colosse de 6-pieds-3 et de 225 livres à leur arsenal. En faisant l’acquisition de Connor Crisp des Otters d'Erie dans la OHL, ils ont ajouté beaucoup de caractère. Après avoir disputé seulement six matchs à sa première année d’éligibilité au repêchage en 2011-2012 en raison d’une dislocation sévère de l’épaule gauche, Crisp a rebondi lors de sa plus récente campagne avec les Otters, obtenant 36 points, dont 22 buts, en 63 matchs, en plus de cumuler 139 minutes de pénalité et de laisser tomber les gants neuf fois. Pour les partisans des Canadiens qui aimeraient savoir un peu plus à quoi s’attendre du jeune homme de 19 ans d'Alliston, en Ontario, il suffit de l’écouter pour en avoir une bonne idée.
En vrac: Sebastian Collberg
«J’ai toujours regardé un gars comme Tomas Holmstrom avec Detroit. J’ai toujours cru que le genre de travail qu’il faisait en avant du filet relevait du génie », a mentionné Crisp, au cours de sa deuxième journée au camp de perfectionnement des Canadiens, à Brossard. «Il a marqué tellement de buts en avant du filet en faisant de petites choses qui n’étaient pas décelées par les autres joueurs. Il était capable de faire dévier des rondelles volant à 100 m/h. Je ne crois pas l’avoir déjà vu rater une déviation. Il se crée de l’espace et il est très difficile à bouger en avant du filet. Je crois que ça fait vraiment partie du sport maintenant.»

Faire le saut : Lorsqu’il a pris l’avion pour traverser l’Atlantique, Magnus Nygren a acheté un  billet aller simple. En effet, le défenseur suédois a décidé de mettre un terme à sa carrière dans la ligue de hockey de Suède (SHL) pour faire le saut dans le hockey nord-américain, lui qui a remporté le trophée Salming remis au meilleur défenseur de la saison 2012-2013. Au cours de la plus récente campagne, il a enregistré 13 buts et 19 passes en 51 matchs.

«Je commence à devenir vieux, il fallait que je tente ma chance », a blagué Magnus Nygren à propos de sa décision de venir jouer en Amérique du Nord en 2013-2014. «Sérieusement, je voulais essayer quelque chose de nouveau. Au cours des trois dernières saisons, j’ai joué à Farjestad en Suède. J’ai connu ma meilleure saison l’an dernier et je sens que si je dois faire le saut, c’est le meilleur moment pour le faire.»

Sa décision de faire le saut veut également dire qu’il n’aura plus l’occasion d’affronter un autre espoir des Canadiens d’origine suédoise, Sebastian Collberg, à qui il voue beaucoup de respect.

«Je ne le connaissais pas très bien, mais maintenant, il est comme mon petit frère. Je m’occupe de lui. C’est un bon gars », a souligné Nygren qui a été repêché au quatrième tour en 2011 et qui s’est entendu sur les bases d’un contrat de deux saisons avec le Tricolore, le 21 mai dernier. «C’est dur de jouer contre lui. Il a de très bonnes mains et son coup de patin est excellent. Il n’a pas peur de se battre en avant du filet. C’est un excellent joueur.»

Le bon moment : Pour les jeunes espoirs des Canadiens, un camp de perfectionnement peut servir à plus choses. Pendant cinq jours, ils seront soumis à une quantité incroyable d’informations, que ce soit des conseils sur la glace, sur la gestion des médias ou encore sur la nutrition. Mais pour tous les jeunes présents, le désir de démontrer ses capacités est assez fort également.

«Dans une semaine comme ça, tu fais un peu de tout. Tu dois être en mode apprentissage», affirme Brady Vail, qui a conclu sa saison 2012-2013 avec un court séjour du côté des Bulldogs de Hamilton. «En même temps tu prends ce que tu as appris et tu essaies de montrer aux entraîneurs que tu essaies de nouvelles choses et que tu veux devenir un joueur plus complet. J’ai certains atouts que je veux mettre en valeur, mais il y a un bon temps pour ça et il y a un bon temps pour apprendre. Il faut seulement choisir le bon moment pour faire cette démonstration.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire
Les Canadiens embauchent Stéphane Waite au poste d'entraîneur des gardiens de but
Un vent de fraîcheur
Le dernier mot : Boomer Esiason
56 joueurs participeront au camp de perfectionnement des Canadiens
Les Canadiens obtiennent Christian Thomas des Rangers de New York
Top 25 - Joueurs autonomes