Vivement le repêchage

samedi, 29.06.2013 / 18 h 19 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

SHORT HILLS, NJ – Alors que mille et une manchettes retirent l’attention dans la LNH, l’état-major des Canadiens est dédié à 100 % au repêchage.

Il n’y a pas une journée qui se passe ces temps-ci sans que la machine à rumeurs ne prenne d’assaut le monde du hockey. La séance de repêchage étant là où débutent les hostilités estivales dans le circuit Bettman, Marc Bergevin admet qu’il est passé au travers de trois batteries de cellulaires au cours des derniers jours tellement qu’il a échangé avec ses confrères.

« En ce moment, il y a beaucoup d’appels qui se font parmi tous les directeurs généraux », explique le directeur général des Canadiens, qui participera dimanche à son deuxième repêchage à la tête du Tricolore. « Il y a beaucoup de choses en place et je crois que d’ici 3 h demain après-midi il y a beaucoup de choses qui peuvent se passer. Ça peut être aussi le contraire et rien ne va se passer. Il y a beaucoup de discussions. »

N’ayant qu’à se soucier des choix de seulement deux équipes l’année dernière, le scénario sera complètement différent pour Bergevin cette fois-ci alors que 24 autres formations prendront la parole au podium avant lui. Avec neuf choix en poche, dont trois parmi les 36 premières sélections, l’occasion pourrait être belle pour le D.G. du Tricolore d’améliorer son rang. Par contre, il ne le fera pas sur un coup de tête.

« Au numéro 25, il y a beaucoup de choses qui peuvent arriver. Il faut être patient et attendre ce qui va se développer en avant de nous autres », mentionne Bergevin. « C’est possible qu’on améliore notre rang de sélection mais beaucoup de choses vont dépendre si on va avancer ou pas. Ça va dépendre si on a des joueurs en tête qui sont disponibles et si le prix à payer nous convient.

« Il va falloir qu’on soit à l’aise avec le choix et il va falloir qu’on aime le joueur », poursuit-il. « Quand on va le sélectionner, on va avoir vu son profil au complet. À tous les niveaux, il y a toujours une petite chance à prendre, on ne le sait jamais. Je ne suis pas le genre de gars qui est confortable à prendre des gros paris.

À quelques heures de sa 11e séance de repêchage avec les Canadiens, Trevor Timmins est tout aussi emballé que son patron de pouvoir ajouter d’autres jeunes espoirs prometteurs à sa banque déjà bien garnie. À l’image de tous les partisans du Tricolore qui ont hâte de savoir qui leur club favori sélectionnera, le directeur du recrutement amateur est lui aussi fébrile de voir de quoi il pourra bénéficier lorsque viendra son tour de faire sa sélection en première ronde.

« Combien de scénarios avons-nous? À l’infini comme dirait mon garçon », explique à la blague Timmins, qui n’a pas eu neuf choix sous la main au repêchage depuis 2007. « Je ne peux pas vous dire ce qui arrivera demain. C’est excitant pour nous, espérons seulement que le Père Noël sera bon pour nous au 25e rang. »

Pouvant compter sur une plus grande équipe de dépisteurs en plus de pouvoir se concentrer davantage sur le repêchage, Timmins sera prêt comme jamais cette année. Le dernier lock-out dans la LNH lui aura donné l’opportunité d’apprendre à mieux connaître certains des espoirs qui seront disponibles dimanche en plus d’avoir une meilleure idée du genre d’individus sur lesquels il souhaiterait mettre la main.

« Nous avons pu bénéficier de beaucoup d’expérience durant la première moitié de saison durant le lock-out. Nous avions beaucoup de gars qui n’avaient jamais été dépisteurs amateurs auparavant », raconte Timmins. « C’était bien de pouvoir bénéficier de ce genre de couverture, surtout au Québec et dans l’OHL. »

Un autre des avantages de cette situation a été qu’il a pu décortiquer encore mieux certains les meilleurs espoirs chez les gardiens buts. Admettant qu’il voudrait ajouter un cerbère à sa banque si c’est possible, Timmins, tout comme Bergevin, admet que c’est quelque chose auquel il voudra remédier si c’est possible.

« Nous n’avons pas beaucoup de profondeur dans nos espoirs amateurs chez les gardiens de but, c’est donc un département que nous voudrions améliorer », poursuit Timmins, qui n’a sélectionné que deux autre gardiens de but depuis la sélection de Carey Price en 2005. « S’il y a des gardiens de but disponibles au bon moment, nous y penserons longuement. »

Les jeux sont faits, les rapports ont été remis et les évaluations ont été complétées. L’état-major des Canadiens n’a plus qu’à attendre que le Jour J arrive. Comme les enfants qui attendent le matin de Noël avec impatience, la nuit sera longue pour Timmins.

« Nous avons fini notre travail. Nos devoirs sont complétés, ne reste plus qu’à compter les heures avant demain. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI:
En vrac : Bergevin et Timmins
Les Canadiens tiendront leur camp de perfectionnement du 3 au 7 juillet
Gallagher sur l'équipe d'étoiles des recrues 
Questionnaire hedbomadaire - 29 juin