Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Une présence constante

dimanche, 16.06.2013 / 16 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Une pr\u00E9sence constante

MONTRÉAL – Le Tricolore a connu des hauts et des bas au cours des dernières années, mais malgré tous ces chambardements, un élément est demeuré inchangé.

Il est difficile de contredire que les partisans des Canadiens sont passés par toutes les gammes d’émotions lors des quatre dernières saisons. Partant d’un parcours qui s’est terminé en finale d’association en 2009-2010 jusqu’à la dernière place dans l’Est – leur pire fiche depuis des lunes – deux ans plus tard, en passant par toute une remontée au classement en 2012-2013 où ils ont terminé au quatrième rang dans toute la Ligue, les partisans du bleu-blanc-rouge en ont vécu des choses.

Tomas Plekanec vs. BUF

Malgré tous les nouveaux visages, les nouveaux coéquipiers, les nouveaux entraîneurs et les nouveaux dirigeants, Tomas Plekanec a toujours été au rendez-vous pour le Tricolore, amassant sa part de points tout en jouant d’importantes minutes pour son équipe.

Pas du genre à ne rien faire, Plekanec est demeuré actif durant le lock-out dans la LNH en s’alignant pour la formation de sa ville natale, Kladno, en République tchèque, inscrivant 21 buts et 46 points en 32 parties. Les efforts qu’il a mis outre-mer l’ont aidé à être prêt lorsque les activités ont repris en Amérique du Nord afin d’être dans la meilleure forme physique possible pour contribuer aux succès des Canadiens.

« Je me suis bien senti cette saison », a exprimé le très durable Plekanec, qui n’a raté qu’un match cette saison, augmentant son total à sept au cours des quatre dernières campagnes. « Lorsque vous disputez 30 rencontres avant que le lock-out ne se termine et que vous avez encore 48 matchs à jouer en peu de temps, c’est facile de penser que vous serez fatigué ou que vous commencerez à ralentir. Mais j’ai été surpris de me sentir aussi bien en fin de saison. »

Affichant une moyenne d’un point par match au terme des 10 premières parties de la saison, Plekanec n’a pas seulement amorcé sa campagne du bon pied, mais il s’est rapidement établi comme l’une des principales raisons expliquant pourquoi le Tricolore a continué de connaître d’excellents débuts de matchs, soir après soir. Le joueur de centre tchèque a ouvert la marque à sept reprises en plus d’en préparer neuf autres pour les Canadiens, résultant que 16 de ses 33 points obtenus en 2012-2013 ont aidé le Tricolore à frapper tôt.

Tomas Plekanec

« C’était différent cette saison. Dès le premier jour, tout le monde était sur la même longueur d’onde. Nous étions tous disciplinés et tous suivaient les mêmes règles en place. Nous voulions tous connaître du succès », partage Plekanec au sujet du changement de culture au sein de l’organisation.

« Je dirais que la discipline au sein de l’équipe est l’un des principaux facteurs expliquant le revirement de situation de cette année. Combinez à ça que la majorité de l’équipe soit demeuré en santé durant une bonne partie de la saison régulière. Nous avons bien joué à l’intérieur de nos forces. »

Alors qu’on s’attend à ce que le Tricolore apporte quelques changements cet été pour ajouter un peu de profondeur au niveau de la formation, Plekanec a rapidement indiqué que la recette du succès existe déjà à l’intérieur du vestiaire des Canadiens – et le fait de vouloir se grossir n’est pas nécessairement la solution.

« L’identité de notre équipe est basée sur la rapidité et la vitesse, et lorsque nous exploitons ces deux facettes, nous connaissons du succès. Les gens disent souvent que nous devons nous grossir et ajouter de la robustesse, mais je crois que nous en avons déjà », explique Plekanec, qui a été le meilleur chez le Tricolore avec une efficacité de 50,6 % dans le cercle des mises en jeu cette saison. « Nous l’avons démontré contre Boston. Tout le monde vantait à quel point ils étaient durs, mais nous tirions de l’arrière par deux buts dans en troisième période dans leur amphithéâtre [le 27 mars] et nous sommes revenus de l’arrière. Ça devrait dire que nous sommes durs aussi. Je crois que nous avons démontré beaucoup de caractère. »

Alors que les blessures ont commencé à rattraper les Canadiens au pire moment – en première ronde des éliminatoires face aux Sénateurs – l’attaquant de 30 ans a réitéré que beaucoup d’autres choses que grossir l’équipe expliquent les succès des équipes en séries.

« Nous avons terminé au deuxième rang [dans l’Association de l’Est] cette saison. Nous étions parmi les meilleurs de la Ligue, parmi les meilleurs au classement. Il y a quelques années nous avions terminé huitièmes et nous nous sommes rendus jusqu’en finale d’association et nous sommes passés près d’atteindre notre but », fait-il remarquer. « Je crois que ça a beaucoup à voir avec le fait d’être au diapason et que tout le monde joue son meilleur hockey au même moment. Si vous pouvez avoir un peu de chance en plus, vous pouvez vous rendre loin. Nous avons une bonne équipe et je suis certain que nous nous rendrons là. »

Suite à la décevante élimination face à Ottawa, Plekanec n’a pas perdu de temps et a pris la direction de la Suède, tout comme Alex Galchenyuk et Raphael Diaz pour représenter son pays au Championnat du monde. En obtenant des mentions d’aide sur les trois buts de la République tchèque en première période à son premier match face à la Norvège, le vétéran centre n’a pas perdu de temps pour faire sentir sa présence lors du tournoi.

En ce qui concerne l’avenir chez le Tricolore, Plekanec n’a aucun doute que son équipe se dirige dans la bonne direction.

« Beaucoup de jeunes joueurs ont gradué cette saison et ils sont tous d’excellents jeunes aux futurs prometteurs », conclut-il. « Nous avons de bonnes bases sur lesquelles bâtir. Nous avons accompli des choses positives cette saison et espérons que nous continuerons de bien jouer et que nous ferons encore mieux l’année prochaine. »

Justin Fragapane écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.

VOIR AUSSI:
Chaque pouce compte
Un retour réussi 
Faire bonne impression 
Bâtir sur l'expérience 
Le retour du général 
Le pilier 
Une source d’inspiration