Le premier test

mardi, 30.04.2013 / 9 h 20 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le premier test

MONTRÉAL – Après avoir passé tous leurs tests avec succès depuis le début de la saison, trois recrues des Canadiens sont fins prêts pour leur examen final.

Après avoir passé les derniers mois à apprendre les rudiments du hockey professionnel, Brendan Gallagher, Alex Galchenyuk et Jarred Tinordi sont impatients de mettre leurs connaissances à l’épreuve dès jeudi soir. Avec leur premier match en carrière en séries qui se pointe à l’horizon, le trio de recrues du Tricolore commence déjà à s’impatienter à l'idée de briser la glace.

Premier but d'Alex Galchenyuk

« Le niveau d’excitation est probablement un cran plus élevé, si cela est même possible. J’étais pas mal excité de disputer mon premier match. Je n’avais pas dormi beaucoup », d’admettre Tinordi, qui compte désormais huit matchs sous la cravate depuis qu’il a fait ses grands débuts dans la LNH le 16 mars contre les Devils. « J’essaie de demeurer calme et concentré. Tu dois avoir confiance en ton équipe, ton jeu et en toi en tant que joueur et ne pas trop en faire. »

Même s’il entreprend les séries 2013 avec peu d’expérience dans le circuit Bettman, Tinordi possède néanmoins un curriculum plus qu’impressionnant lorsqu'il est question de danse du printemps. À la même époque l’an dernier, le défenseur de 6-pieds-6 menait les Knights de London jusqu’en finale de la coupe Memorial. Démontrant la même fougue qu’il apportait à la formation des Knights au cours des deux dernières années que lors des deux derniers matchs avec les Canadiens depuis son rappel le 22 avril dernier, l’arrière de 21 ans a une bonne idée de ce qui l’attend lors du match numéro un de la série contre les Sénateurs.

« Tu sais que le jeu va être rapide, tu sais que le jeu va être physique et tu sais que ça va être intense », a expliqué le robuste défenseur qui a distribué sept des 16 mises en échec de sa formation jeudi à Winnipeg et quatre autres samedi à Toronto. « En ce qui a trait au fait de jouer à Montréal, on sait que ça va être dément partout dans la ville.

« Tu ne peux pas jouer en pensant à ne pas faire d’erreurs », a ajouté Tinordi, à propos de la philosophie que lui Gallagher et Galchenyuk comptent appliquer lors du grand bal du printemps. « Le hockey est un sport d’erreurs; tant que vous jouez à votre façon et avec ardeur, vous pouvez compenser ces erreurs avec du travail acharné. C’est toujours le même sport auquel nous avons joué toute notre vie, alors tant que nous sommes préparés et demeurons concentrés, nous serons corrects. »

Tinordi, une présence physique

Tentant de poursuivre sur une saison recrue digne du trophée Calder où il a terminé au second rang pour les buts (15) et quatrième pour les points (28) parmi les recrues de la LNH, Gallagher a passé les 44 premiers matchs de sa carrière à avoir un avant-goût du style de hockey pratiqué en séries. Une bougie d’allumage pour les Canadiens durant la saison écourtée par le lock-out, l’attaquant de 20 ans a prouvé qu’il était un étudiant attentif tout au long de la campagne. Malgré ses succès, Gallagher ne refusera pas la chance de recevoir quelques conseils avant que la première ronde ne se mette en branle au Centre Bell.

« Nous avons encore du temps avant que ça commence, mais je suis certain que Gorgey [Josh Gorges] et Gio [Brian Gionta] et tous les autres gars vont me parler à propos de ceci et à quoi m’attendre. Nous avons beaucoup de vétérans qui ont été bons avec nous toute l’année. Je m’attends à ce que le niveau d’intensité et les émotions montent d’un cran. Tout importe davantage et chaque présence compte. C’est un moment excitant et j’ai vraiment hâte. J’ai grandi en regardant les séries et je suis maintenant impatient d’en faire partie », a soutenu Gallagher.

N’ayant pris part qu’à six rencontres éliminatoires dans les rangs juniors au cours des deux dernières saisons, Galchenyuk possède le moins d’expérience du trio de recrues, mais la peur de l’inconnu n’a jamais été un problème pour la vedette montante. Moins d’un an après avoir été sélectionné au troisième rang au total lors de l’encan amateur, le patineur de 19 ans est prêt à franchir une autre étape.

Gallagher a un peu d'expérience avec la pilosité faciale...

« Je ne sais pas trop à quoi m’attendre. C’est la même chose que lorsque les gens m’ont demandé ‘À quoi t’attends-tu pour ton premier match dans la LNH?’. Tu penses peut-être le savoir, mais avant d’être sur la glace, tu n’en as aucune idée », a-t-il admis. « Ce sera plus intense, plus excitant et les partisans seront vraiment de la partie. Ça devrait plaisant. »

Confiants dans presque tous les aspects qu’ils devront accomplir pour obtenir du succès ce printemps, deux des trois recrues n’ont pas la même confiance lorsqu’il est question d’honorer une tradition du printemps : faire pousser une barbe des séries digne de ce nom.

« Nous avons parlé de ce que nous allons faire. Nous allons peut-être nous faire pousser la moustache. Comme vous le savez, je peux me faire pousser toute une moustache », a lancé Gallagher, à la blague, lui qui a participé à Movember en novembre dernier. « Chucky se fait pousser la barbe depuis un mois alors je ne sais pas s’il va la raser et recommencer à zéro. Je ne suis pas bon, mais au moins, je ne veux pas être pire que lui. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Alexandre Harvey.

À VOIR ÉGALEMENT
Le début d’un temps nouveau
Carey Price est le récipiendaire de la coupe Molson pour la saison 2012-2013
Horaire de la première ronde
Top 25 - Meilleures photos en 2012-2013