Un vieux de la vieille

jeudi, 11.04.2013 / 13 h 57 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Un vieux de la vieille

BUFFALO – Jeff Halpern a toujours eu à se battre pour sa survie dans la LNH depuis qu’il a terminé ses études à l’Université Princeton. C’est pourquoi il savourera pleinement le fait qu’il atteindra le plateau des 900 matchs en carrière, jeudi soir.

Le joueur de centre en a parcouru du chemin depuis qu’il a fait son entrée dans la LNH en 1999. Washington, Dallas, Tampa Bay, Los Angeles, Montréal, New York, en plus d’un court séjour en Suisse durant le lock-out de 2004-2005. Il a côtoyé quelques-uns des plus grands de l’histoire comme Jaromir Jagr, Adam Oates et Mike Modano. Il a même joué contre l’actuel directeur général du Tricolore, Marc Bergevin.

Bien qu’il en a vu des choses durant sa carrière, le désir de vaincre du joueur de centre de 36 ans est toujours le même qu’à ses tout débuts sur une patinoire du Maryland dans sa jeunesse.

Mon premier match: Jeff Halpern

« J’adore jouer et j’adore me préparer et m’entraîner durant la saison estivale. C’est quelque chose que j’ai toujours aimé faire », admet Halpern, qui a inscrit 147 buts et obtenu 361 points durant ses 13 saisons dans la LNH. « J’adore l’esprit de compétition qui existe lors des matchs et qui vient avec ce sport. Je jouerai aussi longtemps que je le pourrai. »

Atteindre un pareil plateau est tout un exploit pour un joueur qui n’a pas été repêché et qui a été soumis au ballotage par une autre formation pas plus tard qu’il y a deux semaines. Alors qu’il aurait pu baisser les bras, Halpern a continué de frayer son chemin et jour après jour, démontre à ses entraîneurs qu’il peut encore tirer son épingle du jeu dans une ligue qui est dominée par les jeunes joueurs.

« Vous tentez toujours d’impressionner vos coéquipiers et vos entraîneurs et en général, toute la fraternité de la Ligue », admet Halpern, qui est revenu dans le giron des Canadiens le 23 mars dernier. « Depuis mon tout premier jour au camp d’entraînement à Washington, ça a été un défi constant et quelque chose que j’ai toujours aimé faire. Vous tentez de savourer encore plus le moment lorsque vous vieillissez. »

Lorsque vous atteignez la mi-trentaine, vous devez encore plus lutter pour votre poste face à des plus jeunes qui tentent de se tailler une place dans la LNH. Alors qu’il aurait pu se renfermer, Halpern apprécie le fait d’être entouré d’autant de jeunes et en plus de les aider à s’acclimater, il adore simplement le fait de les voir réaliser autant de choses sur une patinoire.

« C’est amusant d’être entouré de jeunes joueurs et il y en a de très bons ici. Ils ne sont pas seulement des jeunes qui sont pleins d’entrain, ils sont aussi d’excellents joueurs », poursuit Halpern, qui a également côtoyé certaines des jeunes vedettes de la LNH comme Steven Stamkos et Alex Ovechkin au cours des dernières saisons. « La plus grande différence entre l’époque où j’étais une recrue et maintenant est le niveau de talent. Ils sont tellement talentueux avec un bâton et ils sont encore plus imposants et plus rapides. Imaginez ce que ça sera dans 15 ans. »

Le fait d’être né au milieu des années 1970 peut également amener son lot de moments cocasses lorsque vous jouez aux côtés de jeunes qui ont vu le jour au courant des années 1990. Demandez-le à Halpern.

« À New York, je jouais avec J.T. Miller qui avait 19 ans, j’avais presque le double de son âge », explique-t-il. « Sa mère avait 40 ans, je crois, c’est à ce moment que vous commencez à vous poser des questions! »

Depuis son retour à Montréal, Halpern a également fait la connaissance d’autres jeunes adultes qui en sont à leurs premiers coups de patin dans la LNH. Voulant les aider et partager son savoir pour les aider encore plus à s’acclimater à leur nouvel environnement, le vétéran attaquant a parfois de la difficulté à leur faire comprendre ses exemples.

« Les gars me rendent la vie difficile à cause de ça, il y a beaucoup de choses que je n’ai aucune idée de quoi il parle », admet en riant Brendan Gallagher, qui avait sept ans lorsque Halpern a fait son entrée dans la LNH. « Il est une personne facile d’approche et il veut m’aider et me donner des conseils. C’est très facile de s’entendre avec lui et il est le type de personne que vous voulez dans votre vestiaire. »

Halpern officialisera son 900e match en carrière ce soir, un peu après 19h30.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :

L'avant-match: Canadiens - Sabres
Mon premier but: Jeff Halpern
La stabilité avant tout
Les Canadiens concluent une prolongation de contrat de deux ans avec Peter Budaj