Transition sans heurts

lundi, 18.03.2013 / 14 h 01 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – Plusieurs joueurs ont fait le voyage de Hamilton à Montréal cette saison, mais dans les résultats, aucune différence. Même qu'ils participent au pointage.

Avec les récentes blessures qui affligent les Canadiens, de nombreux rappels ont été faits et plusieurs joueurs ont pris la route de Montréal, en provenance de Hamilton. Et pourtant, la troupe de Michel Therrien continue d’avoir du succès, signe que Sylvain Lefebvre et ses adjoints font un excellent travail pour répliquer le système qui existe dans la métropole, la transition entre l’AHL et la LNH se faisant sans heurts.

Gabriel Dumont et Jarred Tinordi lors du match de samedi contre les Devils.

«C’est à peu près 90 % la même chose. C’est certain qu’il y a des petites différences, mais les entraîneurs en sont conscients et nous corrigent pendant le match. Mais c’est vraiment bien que ce soit comme ça. Ça nous enlève tout un stress», a expliqué Gabriel Dumont, rappelé des Bulldogs le 1er mars et qui en est à son deuxième séjour avec le Tricolore. «Je pense que tout le monde a embarqué dans le moule ici. Tout le monde a la même philosophie, la même idée. Je pense que ça va bien et ça a été facile d’embarquer pour nous autres.»

Pour Josh Gorges, qui a fait ses armes dans l’AHL avec les Barons de Cleveland, le fait d’avoir la même approche d’un palier à l’autre n’est pas seulement souhaitable, c’est impératif.

«Je crois que c’est important que dans la Ligue américaine, ils prêchent la même philosophie qu’ici et le même genre de système que ce que nous voulons avoir ici », a laissé savoir le vétéran défenseur, voisin de casier de Jarred Tinordi, rappelé il y a de cela quelques jours et qui a disputé son premier match dans la LNH, samedi dernier. «Quand ils obtiennent une chance à Montréal, il n’y a pas de courbe d’apprentissage. Ils peuvent se sentir à l’aise dès le départ.»

Malgré le fait que le système des Bulldogs et celui des Canadiens soient très semblables, il y a toujours le facteur humain qui doit être pris en considération et pour se faire, c’est Michel Therrien qui fait le pont lors de l’arrivée dans la LNH.

«On n’est pas plus fin que les autres. La plupart des équipes, j’ose espérer, travaillent dans ce sens-là. Quand un joueur est rappelé, tu veux t’assurer qu’il soit à l’aise », rappelle Therrien. «Tu ne veux pas passer une demi-heure à lui expliquer le fonctionnement de l’équipe. Le jeune est déjà un peu nerveux, alors le fait qu’il connaisse déjà comment on marche, ça le met en confiance. »

Non seulement l’entraîneur-chef est-il heureux du travail exécuté par ses homologues de l’AHL, mais en plus il sait qu’un joueur qui s’emmène à Montréal n’est pas seulement en visite de courtoisie. Il peut contribuer.

«Quand tu rentres les gars dans l’alignement, tu vois qu’ils ne s’en vont pas là pour perdre leur temps. C’est une belle démonstration du travail effectué par Sylvain Lefebvre et le personnel d’entraîneurs là-bas», a ajouté celui qui a notamment vu Tinordi et Dumont obtenir leurs premiers points dans la LNH assez rapidement à leurs débuts. «Quand on les utilise, ils sont prêts et ils sont capables de livrer la marchandise. On a des rapports très étroits avec notre club-école et on veut leur donner du temps de glace de qualité quand ils viennent avec nous. »

Même s’il compte dans ses rangs Jarred Tinordi, Gabriel Dumont, Michael Blunden et Brendan Gallagher, quatre joueurs qui ont amorcé la saison avec les Bulldogs, le Tricolore a une identité bien à lui, une identité d’équipe. Les joueurs arrivant à Montréal embarquent sans question dans ce concept, recherchant dès leurs premiers coups de patin à améliorer la fiche de l’équipe avant d’améliorer leur fiche personnelle.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À VOIR ÉGALEMENT
Rêve d'enfant
Le « p’tit » nouveau
La quatrième édition du Radio-Téléthon couronnée de succès
Entente de trois ans avec le défenseur Darren Dietz