La force tranquille

jeudi, 14.03.2013 / 14 h 46 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Connu à ses débuts pour être un boulet de démolition, Alexei Emelin montre avec le temps qu’il peut aussi faire dans la finesse.

Approchant rapidement des 100 matchs dans la LNH, le défenseur russe est passé de joueur visitant parfois la galerie de presse l’an dernier, à compagnon du défenseur étoile Andrei Markov à la ligne bleue. Toute une transition pour Emelin, qui fait maintenant partie des piliers du Tricolore avec un temps de jeu oscillant autour de 20 minutes par rencontre.

Mon nom est Emelin

«Il a pris beaucoup de maturité depuis l’an dernier. Il sait à quel moment aller chercher cette grosse mise en échec», mentionne Josh Gorges au sujet du défenseur russe de 26 ans. «Il sait aussi quand c’est le temps de limiter et de contenir l’adversaire. Il démontre sa capacité de jouer contre les meilleurs trios de l’adversaire soir après soir et il fait de l’excellent travail pour les empêcher de marquer. »

Non seulement Emelin a-t-il amélioré son efficacité en zone défensive, affichant un différentiel de plus-4 au lieu des moins-18 de l’an dernier, mais il semble plus prompt à la relance de l’attaque, comme en font foi ses récentes statistiques. En seulement 22 matchs, il a égalé son nombre de points de la saison 2011-2012, alors qu’il avait amassé sept points en 67 matchs.

«C’est un joueur très intelligent. Il fait bien circuler la rondelle, il a un bon tir. C’est dur pour un défenseur d’accumuler les points à cinq contre cinq. Il a une bonne capacité à envoyer des rondelles jusqu’au filet », explique Gorges, considéré lui aussi pour ses talents en zone défensive. «Beaucoup de ses mentions d’aide accumulées dernièrement proviennent de jeux solides en zone centrale, permettant aux attaquants de foncer en zone adverse et de marquer.»

Avec seulement huit défenseurs russes dans la LNH, le fait d’avoir Andrei Markov et Alexei Emelin qui pilote ensemble la ligne bleue du Tricolore n’est pas le fruit du hasard, loin de là. Dans une position où la communication représente souvent la clé du succès, il est certain que ces deux-là ont un certain avantage par rapport à d’autres combinaisons.

Emelin bat Desjardins

«Ça aide. Ça les aide à communiquer facilement ensemble », avoue Gorges, qui ajoute toutefois que la langue n’est pas le seul élément que ces deux joueurs ont en commun. «Je crois qu’un aspect de son jeu qu’on oublie souvent, c’est que bien qu’il soit physique, qu’il soit fort, il a aussi d’excellentes mains. Il déplace la rondelle aisément et ça complémente parfaitement Marky qui est un des meilleurs défenseurs du circuit pour bouger la rondelle. Ça l’aide beaucoup.»

Ayant seulement vu les capacités d’Alexei Emelin à la télévision au cours de la saison dernière, l’entraîneur du Tricolore Michel Therrien est très satisfait du rendement du défenseur russe, qu’il apprend à connaître un peu plus chaque jour.

«C’est sa deuxième saison dans la LNH. Il joue avec plus de maturité. C’est un peu la même chose avec Diaz. Ces gars-là s’améliorent année après année», a expliqué Therrien, ajoutant qu’il apprécie bien voir une bonne mise en échec de temps à autre. «On l’encourage à jouer de façon robuste. Ce n’est pas un joueur salaud, ses mises en échec sont légales, mais solides.»

D’ailleurs, Alexei Emelin est toujours au deuxième rang de la LNH chez les défenseurs pour le nombre de mises en échec, devancé seulement par Luke Schenn des Flyers. Par contre, il fait partie des joueurs les moins punis du Tricolore avec seulement six pénalités mineures à son actif jusqu’ici cette saison.

C’est petit à petit, une mise en échec, un tir bloqué, une mention d’aide, un but à la fois, que les partisans du Tricolore apprennent à connaître Alexei Emelin, qui prouve chaque jour qu’il a de nombreuses cordes insoupçonnées à son arc.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

À VOIR ÉGALEMENT
Top mises en échec des Canadiens
Le plan de réaménagement approuvé par le Bureau des gouverneurs
Les anciens Canadiens et les grandes étoiles de la LNH au Centre Bell pour la Classique des étoiles l'Équipeur
Pleins feux sur Larry
Mise à jour sur Blake Geoffrion