Quelle semaine de relâche?

mercredi, 06.03.2013 / 13 h 14 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Les écoles d’un peu partout en ville sont en relâches cette semaine, mais les classes sont toujours ouvertes à l’occasion de la première édition du Camp de la relâche scolaire des Canadiens.

Le Tricolore a ajouté une toute nouvelle initiative à son impressionnant porte-folio visant à aider le développement des jeunes hockeyeurs, porte-folio qui compte déjà Le Festival du hockey mineur Esso, La journée des entraîneurs Tim Horton’s et le programme RAP, qui met l’emphase sur les concepts de respect, d’apprentissage et du plaisir dans toutes les équipes de hockey mineur de la province. En collaboration avec Hockey Canada et l’Université McGill, les Canadiens présentent actuellement leur tout premier camp de la semaine de relâche à l’aréna McConnell.

« Nous mettons l’emphase sur le développement des habiletés, mais le hockey doit demeurer amusant. Les jeunes n’apprendront pas s‘ils n’ont pas de plaisir », explique le responsable du développement du hockey mineur pour les Canadiens de Montréal, Stéphane Verret. « Les jeunes sont sur la glace deux fois par jour en compagnie de l’entraîneur en chef des exercices sur glace de Hockey Canada, Joey DeLiva, et de toute son équipe. Les installations sont incroyables, nous avons également accès au gymnase de McGill pour les activités hors glace. »

Puisque l’École de hockey des Canadiens est organisée au Complexe sportif Bell de Brossard durant l’été, Verret et son équipe ont tenté de dénicher un endroit plus accessible aux parents qui habitent ou qui travaillent au centre-ville. L’emplacement du camp de la relâche était donc idéal pour eux, et à quelques pas du Centre Bell.

« C’est amusant pour les enfants de pouvoir venir au Centre Bell et de visiter la galerie de presse et le vestiaire », indique Verret, alors qu’il effectuait une visite du domicile des Canadiens pour les jeunes campeurs, entre deux séances d’entraînement sur glace. « De pouvoir venir ici et de voir l’endroit où les joueurs se préparent avant les matchs est spécial pour eux. »

Cela a également permis à quelques-uns d’entre eux de visualiser où seront affichés leurs noms dans le vestiaire du Tricolore dans quelques années.

« C’est la première fois que je viens dans le vestiaire, mais je serai de retour bientôt. Je vais un jour jouer pour les Canadiens de Montréal », a confirmé le futur membre du Tricolore, Luca, âgé de sept ans. « C’était cool de venir au camp des Canadiens. Nous avons appris comment manier la rondelle en plus de faire plusieurs exercices en patins. La meilleure partie est à la fin lorsque nous pouvons jouer des matchs. »

Près d’une centaine de joueurs provenant des rangs Novice à Pee-Wee sont sur place cette semaine, dont six filles – trois d’entre elles sont arrivées de France pour ce camp de cinq jours. Les Canadiens s’étaient également associés à Hockey Canada plus tôt cette année lorsqu’ils ont organisé des camps de perfectionnement au Nunavik.

« C’est important pour nous d’appuyer le hockey mineur partout dans la province de Québec, de Montréal à Brossard, en passant par Kuujjuaq », poursuit Verret. « Qui sait? Peut-être qu’un de ces joueurs évoluera avec les Canadiens un jour. Lorsqu’on parle du hockey mineur, on parle du futur. »

Shauna Denis écrit pour canadiens.com. Texte traduit par Hugo Fontaine.


À VOIR ÉGALEMENT:
Inscription - École de hockey
Inscription - Ligue 3 contre 3
Repartir à zéro?