Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Un match pas comme les autres

samedi, 02.03.2013 / 12 h 53 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Un match pas comme les autres

MONTRÉAL – La visite des Penguins de Pittsburgh revêt toujours un caractère particulier. La visite de samedi aura un cachet d’autant plus spécial.

D’un, le meilleur marqueur de la LNH, Sidney Crosby est en ville, lui qui n’a pas foulé la glace du Centre Bell depuis le 26 novembre 2011.

« Il est le meilleur joueur au monde », d’indiquer Josh Gorges, qui devrait voir sa part d’action lorsque le numéro 87 sur la glace samedi soir. « Il vous force à élever votre jeu d’un cran. Si tu ne le fais, il est trop bon, il va te faire mal paraître. Lorsque tu joues contre Pittsburgh, tu sais que ça va être une dure bataille. Tu dois être à ton mieux. Tu dois être dans son visage. »

Ayant évolué dans la même division que Sid the Kid pendant trois saisons alors qu’il évoluait avec les Rangers, Brandon Prust aura quelques conseils à donner à ses coéquipiers.

« Tu dois être au courant où il se trouve », d’expliquer Prust. « Tu dois limiter son temps et son espace. Mais nous devons d’abord et avant tout nous occuper de nous et le rester va tomber en place. »

L’entraîneur-chef Michel Therrien abondait dans le même sens : les Canadiens d’abord, Crosby et les Penguins ensuite.

« On fait toujours nos plans de match globalement », d’admettre Therrien qui dirigera pour la première fois une équipe contre son ancien capitaine. « C’est comme ça qu’on se sent à l’aise de jouer. Honnêtement, il n’y aura pas de plan de match spécial pour Sidney Crosby, mais ça demeure que les Penguins sont une grosse machine. »

Voilà pour la portion Crosby. La deuxième portion sera celle des retrouvailles.

« Ce sera un match spécial. Je ne suis pas différent d’un joueur », de poursuivre Therrien. «

Ce sera un match spécial pour Colby également. C’était la même chose lorsque j’étais à Pittsburgh, c’était toujours spécial d’affronter Montréal. »

Armstrong, qui a passé les trois premières saisons de sa carrière avec les Penguins, a été pris d’assaut par les journalistes de Pittsburgh.

« C’est bien d’avoir été adopté ici », de lancer Armstrong, tout sourire. « Je suis confortable avec Michel. Il a été mon entraîneur pendant longtemps. Je sais ce qu’il attend de moi.

« Lorsqu’il est arrivé à Pittsburgh, il a renversé la vapeur avec de très bons jeunes joueurs », de renchérir Armstrong. « Il leur a demandé de jouer d’une certaine façon et ils ont acheté le concept. Il est très bon pour ça. Il a de bons jeunes ici et il a l’expérience de travailler avec eux. »

Les joueurs des Canadiens comptent également sur leur entraîneur-chef pour leur divulguer quelques secrets sur la formation adverse.

« Nous allons sûrement en parler avant le match lors de notre réunion », de conclure Gorges. « Je suis certain qu’il a de l’information privilégiée sur certaines tendances des joueurs et certaines techniques que nous pouvons utiliser qui pourraient fonctionner contre eux. C’est agréable de savoir qu’il a ce genre d’information. »

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

À VOIR ÉGALEMENT:
Échos de vestiaire
Questionnaire hedbomadaire - 1 mars
En rafale