Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Une rencontre qui a du chien

vendredi, 22.02.2013 / 22 h 43 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Les Bulldogs ont appelé le Centre Bell leur maison le temps d’une soirée, alors qu’ils affrontaient les Americans de Rochester.

Le défenseur Mark Pysyk a été le premier à inscrire les Americans au pointage, profitant d’une passe parfaite de Phil Varone pour battre le gardien Dustin Tokarski, qui en était à son troisième départ depuis qu’il s’est joint aux Bulldogs le 14 février dernier. Les deux formations évoluaient toutes les deux avec un homme en moins. Pysyk a profité d’une incursion du défenseur Jason DeSantis en zone adverse pour provoquer un trois contre un, Jarred Tinordi étant laissé seul contre les trois joueurs des Amerks.

Quelque 68 secondes plus tard, Jarred Tinordi a égalisé la marque d’une façon plutôt bizarre. Le défenseur format géant a décoché un tir de la ligne bleue qui a fait un rebond sur la bande derrière le cerbère des Americans, David Leggio. La rondelle a ensuite rebondi une fois de plus, cette fois derrière la jambe du gardien avant de pénétrer dans le filet.

Au sifflet suivant, les deux pugilistes Zack Stortini et Nick Tarnasky ont laissé tomber les gants dans un furieux combat. Il s’agissait de la quatrième fois cette saison où les deux durs à cuirs s’invitaient à danser.

Quelques minutes plus tard, c’était au tour des Americans de profiter d’un bond chanceux, alors que Maxime Legault, en désavantage numérique, a saisi au vol une rondelle qui venait de frapper le poteau pour la loger tout juste derrière le gardien des Bulldogs.

Irrésistible poussée

On ne sait pas ce que l’entraîneur Sylvain Lefebvre a dit à ses hommes dans le vestiaire entre la première et la deuxième période, mais l’effet a été immédiat.

«On a eu un bon début de match, mais on a été un peu mou lorsqu’on a eu un avantage de quatre minutes. Ça nous a coûté le momentum de la période », a expliqué Gabriel Dumont. «On savait ce qu’on avait à faire et on voulait amorcer la deuxième période comme la première et ça a donné des résultats.»

À leur retour sur la glace, ils avaient des ailes. Coup sur coup, en l’espace d’un peu plus de deux minutes, Mike Blunden et Steve Quailer ont trouvé le fond du filet, donnant une priorité d’un but à Hamilton. Dans le cas de Blunden, celui-ci était posté dans l’enclave lorsqu’il a redirigé une passe de Bournival. Pour Quailer, son tir de la pointe s’est frayé un chemin parmi la circulation dense jusque derrière Leggio.

En troisième période, les deux équipes ont ralenti le tempo, le gardien de Bulldogs devant tout de même se signaler à quelques reprises, notamment sur des tirs de Tarnasky et d’Adam. La défensive des Bulldogs a fait un excellent travail pour bloquer des tirs, les Americans terminant la soirée avec une mince récolte de 19 tirs.

«On a pris de l’expérience et les gars jouent à l’intérieur du système. On a pu voir beaucoup de lancers bloqués de la part de tout le monde. Patrick Holland s’est littéralement jeté devant quelques tirs», a soutenu le meilleur marqueur des Bulldogs, Gabriel Dumont, qui n’a toutefois pas hésité à vanter les mérites de son gardien. «Avec un bon gardien comme Tokarski dans le filet, on n’hésite pas à se sacrifier et on sait qu’il va faire les gros arrêts lorsque nécessaire. »

C’est devant une foule de plus de 10 000 spectateurs que les Bulldogs ont pris la mesure des Americans par la marque de 3 à 2, inscrivant du même coup une sixième victoire à leurs huit derniers affrontements.

«C’était plaisant. C’est toujours excitant de jouer ici. Les partisans sont super. Les Canadiens ont joué hier et joueront samedi et pourtant, il y a tous ces gens qui sont ici pour nous supporter», a lancé le choix de première ronde du Tricolore en 2010, Jarred Tinordi, qui a notamment conquis de nombreux partisans en marquant son deuxième de la campagne.

L’équipe qui s’est présentée au Centre Bell vendredi soir n’avait rien à voir avec celle qui avait fait le même voyage, au mois de novembre dernier.

«Nous sommes une jeune équipe », a lancé le vétéran Mike Blunden, au sujet de tous les joueurs recrues qui composent le vestiaire des Bulldogs. «Comme vous pouvez le voir, les jeunes ont beaucoup grandi. Ils se sont améliorés depuis le début de la saison et nous grandissons en tant qu’équipe. Nous bâtissons quelque chose maintenant.»

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Question de la semaine
Le retour de Gallagher
La surprise
Un match à la fois
Retour aux sources réussi