Le bon coéquipier

lundi, 18.02.2013 / 23 h 30 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Le bon co\u00E9quipier

MONTRÉAL – Ses coéquipiers lui en devaient une. Peut-être même deux. Ils sont maintenant quittes.

Après avoir été bombardé de 40 lancers le 7 février à Buffalo où il avait été laissé à lui-même lors d’une défaite crève-coeur, Peter Budaj a vu la défensive montréalaise se resserrer devant lui lors des deux derniers matchs.

Après les Flyers samedi, ce fut au tour des Hurricanes de se buter à la défensive hermétique du Tricolore. Les Hurricanes débarquaient au Centre Bell avec une série de trois victoires et leur capitaine, Eric Staal, avait une séquence de 11 matchs consécutifs avec au moins un point. Les compteurs ont été remis à zéro tant pour les Canes que pour Staal alors que Budaj a signé son 10e jeu blanc en carrière.

« Nous tentons de jouer pour le logo que nous avons sur notre chandail. Lorsque tu gagnes, tout va bien. Je ne mentirai pas, ce jeu blanc me fait sentir très bien », a expliqué Budaj qui n’a fait face qu’à 19 lancers pour un deuxième match de suite. « Je suis excité. Nous avons un calendrier difficile devant nous. Nous allons profiter du moment ce soir et retourner au travail demain. »

Faits saillants de la rencontre

Pendant que Carey Price se remettait d’un virus, Budaj faisait face à un autre défi : une pénurie de tirs à bloquer.

« Tu dois rester alerte. Tu dois gérer ton match », a expliqué Budaj, qui a fort probablement réalisé son plus facile jeu blanc en carrière. « Quand la rondelle est dans ta zone, tu dois la jouer pour rester dans le match. Les gars ont fait du bon travail pour garder les tirs de l’extérieur et me laisser voir les tirs. J’ai fait les premiers arrêts et les quelques fois que j’ai donné de longs retours, ils ont dégagé la zone en avant de moi. C’est ce que les bonnes équipes font. »

Les deux équipes pratiquant un jeu aussi hermétique qu’un pot Masson lors des deux premiers engagements, la première équipe qui allait effectuer une erreur risquait de voir ses espoirs de remporter un quatrième match de suite s’envoler.

« Tu dois être prêt. Ils ont une très bonne équipe, une équipe très travaillante. Ils ont beaucoup de talent à l’attaque, même s’ils ont quelques blessés. Ils ont une très bonne attaque et ils n’abandonnent jamais et pour la majeure partie du match ce fut ‘le premier qui marque gagne’. C’est une très grosse victoire », a renchéri Budaj, à propos de la quatrième victoire de suite du Tricolore qui permet à la formation montréalaise de grimper au deuxième rang dans l’Est.

L’honneur de ce premier but est revenu à Brandon Prust qui a complété la manœuvre de son talentueux coéquipier de 19 ans Alex Galchenyuk lors de la troisième minute de jeu en troisième période.

« Ils fonçaient également. Quand tu as une avance de 1 à 0, tu ne veux pas trop changer ton style de jeu », d’indiquer Prust. « Ils nous ont fait reculer un peu, mais nous avons gardé notre calme et nous avons été en mesure de l’emporter. »

Une victoire bien méritée pour les Canadiens et Budaj, dont le rôle de substitut peut parfois être ingrat.

« La chimie au sein de cette équipe a été excellente. Les gars savaient qu’ils devaient mieux performer devant Peter », a indiqué l’entraîneur-chef Michel Therrien. « Il est toujours là pour eux lors des pratiques. Peter a toujours une bonne attitude. Il ne se plaint jamais de rien. Nous avons vraiment aimé la façon dont l’équipe s’est comportée devant lui au cours des deux dernières parties. »

Autant Budaj est un bon coéquipier, autant il est un bon adversaire. Le gardien slovaque n’a pu s’empêcher d’avoir une pensée pour son rival à 200 pieds de lui lorsque Cam Ward a fait cadeau du premier but de la campagne à Max Pacioretty.

« Je peux imaginer comment il se sent », d’admettre Budaj. « Dans le feu de l’action, tu n’y penses pas. Tu prends ce but. Je suis certain qu’il ferait la même chose. Après le match, tu as de la compassion pour ton adversaire. Tu ne souhaites jamais cela à un gardien adverse. »

Peut-être. Mais les amateurs de jeux cocasses vont vouloir le revoir pendant des années.

Alexandre Harvey écrit pour canadiens.com

VOIR AUSSI:
Faits saillants : Hurricanes-Canadiens
Sommaire: Hurricanes-Canadiens
Le jeu des chiffres - 18 février 2013