Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Plus de peur

dimanche, 17.02.2013 / 14 h 39 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

BROSSARD – En voyant autant de joueurs tomber au combat lors de la rencontre de samedi soir, plusieurs ont eu de mauvais souvenirs des saisons précédentes.

Au total, quatre joueurs ont retraité au vestiaire en troisième période de la rencontre avec les Flyers, soit Max Pacioretty, Colby Armstrong, Alexei Emelin et Brendan Gallagher. C’était également sans compter l’absence de Carey Price qui était aux prises avec des symptômes de grippe.

À l’entraînement de dimanche matin, l’entraîneur Michel Therrien s’est déguisé en médecin, expliquant rapidement le diagnostic pour chacun de ses patients. Dans le cas d’Emelin et d’Armstrong, les deux étaient présents sur la glace du Complexe sportif Bell pour participer à l’entraînement. Armstrong s’est dit chanceux dans sa malchance, puisqu’il n’y a eu qu’un peu d’inflammation autour de l’œil.

Max Pacioretty, après avoir été coupé près des côtes par le patin de Kimmo Timmonen.

P.K. Subban était également absent de l’entraînement, lui qui est aux prises avec des symptômes de grippe, ce qui ne devrait pas l’empêcher de patrouiller la ligne bleue lundi soir contre les Hurricanes. De son côté, Carey Price, qui a raté le match de samedi et l’entraînement de dimanche, sera en uniforme, mais assis sur un petit tabouret.

«Price se sentait mieux ce matin », a avoué Michel Therrien. «Il sera toutefois l’adjoint de Budaj demain. Ce serait injuste de le mettre dans le filet sans qu’il ait eu au moins un entraînement.»

De son côté, Max Pacioretty a également enfilé les patins, quelques heures après avoir été coupé près de la cage thoracique par le patin de Kimmo Timonen.

«Quand je suis tombé, Timonen était également par terre. J’ai atterri sur le bout de son patin. J’ai subi quelques "réparations" et je me sens bien aujourd’hui. J’espère me sentir encore mieux demain», a expliqué Pacioretty, l’homme qui guérit visiblement plus vite que son ombre. «Je ne sais pas si je suis chanceux, mais nous gagnons des matchs. En ce sens, oui, je suis chanceux.»

Beaucoup de bruit a été fait dernièrement autour des fameux bas en Kevlar, en raison de la blessure subie par Erik Karlsson des Sénateurs d’Ottawa. Mais Pacioretty a réfléchi à une idée qu’il pourrait bien faire breveter lui-même s’il en a l’occasion.

«J’ai demandé aux gars de l’équipement si ça existait, des chandails pour protéger des coupures. Je porte des bas contre les coupures, mais ce genre de blessure arrive de plus en plus, alors que le jeu devient plus rapide et plus physique», a mentionné Pacioretty. «J’espère qu’ils inventeront quelque chose comme ça pour protéger toutes les parties du corps. Je crois qu’on n’en est pas encore là. »

Revoyez le but marqué par Brendan Gallagher

De tous ceux qui sont tombés au combat samedi, le plus sérieusement atteint a été Brendan Gallagher, qui a reçu une violente mise en échec de Luke Schenn avec un peu plus de 15 minutes à faire à la rencontre.

«Dans le cas de Gallagher, on parle d’une commotion cérébrale », a lancé Michel Therrien. «Nous allons suivre le protocole. Il se sentait beaucoup mieux ce matin qu’hier soir. C’est certain qu’il ne jouera pas demain et nous verrons par la suite. »

Même si le jeune attaquant se sentait mieux dimanche matin, le pilote du Tricolore a assuré que Gallagher serait de retour seulement lorsqu’il recevra le feu vert de tout le monde.

«Dîtes-vous une chose, on ne mettra jamais un joueur de 20 ans à risque. Quand il va revenir au jeu, on va s’assurer qu’il est à 100% et que tout est correct », a insisté Therrien. «On ne prendra jamais le risque de mettre un joueur en danger. Jamais. Au moment où il reviendra dans l’alignement, fiez-vous sur moi, il va être correct.»

Pour le capitaine du Tricolore, Brian Gionta, lui-même victime de blessures l’an dernier, les visites à l’infirmerie font partie intégrante du sport. L’idée est de ne pas y aller trio souvent.

«Au cours d’une saison, il va toujours y avoir des blessures. La clé, c’est de les minimiser. On espère que les blessures que nous avons maintenant ne seront pas très longues, mais il faut y aller au jour le jour», a laissé savoir Gionta, qui a vu les Canadiens rater un total de 439 matchs l’an dernier, du jamais vu depuis 2000-2001. «L’intensité du calendrier touche tout le monde. C’est beaucoup de matchs en peu de jours. Il faut gérer notre temps au maximum. Il faut trouver un équilibre entre l’entraînement et le repos. Jusqu’ici, je trouve que les entraîneurs font un excellent travail à ce chapitre. »

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Regarder de l'avant
Faits saillants du match Canadiens - Flyers
24CH Flash #14
Prêt à tout
Jusqu'au bout