Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

Se serrer les coudes

mardi, 29.01.2013 / 23 h 45 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Se serrer les coudes

MONTRÉAL – Si le concept de famille est le cheval de bataille de Michel Therrien, il peut dire mission accomplie.

Quatre différents marqueurs, huit différents pointeurs, un David Desharnais qui s’en prend au géant Nik Antropov, une équipe qui revient de l’arrière… autant de démonstrations d’une équipe qui se serre les coudes.

«Nous voulons seulement nous tenir les uns les autres. Ça fait vraiment partie de l’identité de l’équipe», a mentionné Rene Bourque qui a trouvé le fond du filet pour la première fois de la campagne. «Ça fait toute la différence. C’est un peu comme le match de ce soir. Nous avons marqué, puis tiré de l’arrière et nous nous sommes battus pour remonter.»

Faits saillants de la rencontre

Amorçant sa neuvième saison avec le Tricolore avec une récolte de quatre points en cinq rencontres, Tomas Plekanec est bien placé pour parler des nouveaux changements apportés par l’entraîneur Michel Therrien.

«Les choses sont très différentes d’avant. Nous demeurons concentrés à travers les mauvais moments d’un match. Il y aura quelques mauvaises présences, mais nous rebondissons et nous enchaînons avec des meilleures présences. C’est une grosse différence et ça nous aide vraiment», a offert Tomas Plekanec au sujet des récentes performances du Tricolore.

Un autre exemple parfait de l’instauration du concept d’équipe a pu être remarqué en troisième période, alors que Nik Antropov a frappé durement Brandon Prust dans la bande devant le banc des Canadiens. Immédiatement, David Desharnais s’est porté à la défense de son coéquipier, même s’il concède presque un pied à son adversaire.

«C’est bon à voir. J’imagine qu’Antropov a vu la fiche de combats de Davey et qu’il a décidé de ne pas l’affronter », a lancé Prust à la blague, lui qui reprenait encore ses esprits au moment où l’altercation a eu lieue. «Je l’ai vu y aller et tout le monde a apprécié son geste. Quand il est revenu au banc, je lui ai donné une petite tape dans le dos pour le remercier. Ça fait du bien de voir ça.»

Ayant vu sa formation marquer au minimum quatre buts au cours des quatre derniers matchs, chose qui n’avait pas été faite par les Canadiens depuis la saison 2007-2008, Michel Therrien avoue qu’il est non seulement heureux de ce qui se passe sur la glace, mais également du climat qui règne autour de l’équipe.

«Je crois que la ligne entre passion et agressivité est mince. Il faut s’ajuster, mais je ne veux jamais enlever la passion à mon équipe. Quand la passion n’est pas là, c’est là que tu te retrouves dans le pétrin. Nous jouons avec beaucoup de passion en ce moment», s’est exclamé Michel Therrien. «Les gars se serrent les coudes et c’est un excellent signe.»

Considérant la victoire de mardi soir, le trajet d’autobus entre Montréal et Ottawa sera un autre excellent moment de continuer à forger le sentiment d’équipe. Prochain défi, les Sénateurs dans moins de 24h.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Faits saillants : Jets-Canadiens
Sommaire: Jets-Canadiens
Le jeu des chiffres - 29 janvier 2013