Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre
  • Ou
  • Se connecter avec Google

L’atterrissage

lundi, 21.01.2013 / 16 h 23 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


L\u2019atterrissage

MONTRÉAL – Parachuté à Montréal l’an dernier, Rene Bourque compte bien prouver à tous qu’il a sa place avec les Canadiens.

Lorsqu’il a pris le chemin de la métropole québécoise dans des circonstances exceptionnelles en janvier 2012, Rene Bourque a connu certaines difficultés, comme toute l’équipe d’ailleurs. En 38 rencontres, il a cumulé huit points, dont cinq buts, et a affiché un différentiel de moins-16.

Échos de vestiaire

«C’est certain que je ne veux pas répéter les mêmes performances que la saison dernière. Ma motivation est au maximum. Je veux être un bon joueur et je veux aider cette équipe à gagner. Mon but est de sauter sur la glace tous les soirs et de donner tout ce que j’ai», a lancé Bourque qui démontre beaucoup de cœur à l’ouvrage à l’entraînement.

Pour l’attaquant de 31 ans, qui compte trois saisons de plus de 20 buts à son actif, le lock-out a été en quelque sorte une bénédiction, lui donnant le temps de complètement se remettre d’une chirurgie à la paroi abdominale subie le 29 août 2012.

«Je me sens beaucoup mieux sur la glace que l’an dernier. Mon coup de patin est meilleur. J’ai eu une chirurgie pendant le lock-out et c’est certain que ça a aidé », a confessé Bourque qui était sur la glace lors du seul but des Canadiens lors du premier match de la saison. «Mais vous savez, nous n’avons quand même disputé qu’un seul match et les choses se passent vite ici. Sans match de préparation, c’est difficile de retrouver son synchronisme, mais je crois qu’à chaque match nous allons être meilleurs.»

Même si physiquement il y a eu beaucoup d’améliorations, l’athlète originaire du hameau de Lac La Biche en Alberta demeure convaincu que le physique n’est rien s’il n’est pas accompagné d’une bonne dose de volonté.

«Je crois que tout le monde est dans un état d’esprit différent cette année. Ça a été dur pour tout le monde l’an passé », rappelle Bourque. «Nous voulons changer l’image de cette équipe et nous ne pouvons nous permettre de finir dans le fond du baril une fois de plus.

«Je fais mes devoirs et j’ai essayé de me préparer le plus possible, puisque je ne savais pas vraiment ce qui allait arriver lors du camp d’entraînement, ni avec qui j’allais jouer » a poursuivi l’attaquant qui n’a jamais été repêché par une équipe de la LNH. «Je voulais me donner une chance de faire mes preuves et de jouer comme je sais que je peux le faire.»

À en voir son utilisation lors de la première rencontre de la saison, il faut croire que Bourque a déjà commencé à faire ses preuves auprès de l’entraîneur Michel Therrien. Utilisé pendant un peu plus de 15 minutes samedi, Bourque a fait partie de la deuxième vague du jeu de puissance, avec ses compagnons de trio Tomas Plekanec et Brian Gionta.

«J’ai appris à connaître mes joueurs durant les entraînements la semaine dernière. Nous n’avons pas eu de match préparatoire, alors samedi était la première fois que je pouvais les évaluer pour vrai », a rappelé Michel Therrien. «J’ai aimé Rene Bourque, il a joué un très bon match. Il était intense, il patinait fort et il a fait ce qu’on s’attendait de lui. Je crois qu’il a apporté une belle énergie à Plekanec et Gionta en troisième période également.»

Bourque étant toujours flanqué de Plekanec et Gionta à l’entraînement lundi matin, il ne reste qu’à espérer que cette énergie soit contagieuse.

Vincent Cauchy écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Échos de vestiaire
Le Club de hockey Canadien attristé par le décès de Richard Garneau
Période de rodage
Un premier défi