Bulldogs sur la bonne voie

lundi, 05.11.2012 / 10 h 52 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com
X
Partagez avec vos amis


Bulldogs sur la bonne voie

MONTRÉAL – Avec plusieurs nouveaux visages au sein de l’équipe, personne ne savait vraiment à quoi s’attendre des Bulldogs de Hamilton. Malgré sa fiche, le club-école du Tricolore se dirige dans la bonne direction.

Bien que les Bulldogs occupent actuellement l’avant-dernier rang de leur division avec une récolte de dix points en huit rencontres, la formation ontarienne aurait facilement pu se retrouver aujourd’hui avec une plus grosse récolte. Ayant pris part à des matchs qui auraient pu se conclure en leur faveur, le nouveau shérif de Hamilton est heureux de ces premiers résultats.

Michaël Bournival, Patrick Holland et Brendan Gallagher.

« Je suis quand même assez satisfait. On voit la progression des jeunes », explique l’entraîneur-chef Sylvain Lefebvre au sujet des premiers matchs de son équipe. « Nous avons joué contre de très bonnes équipes de notre division jusqu’à présent, comme Toronto et Abbotsford. Ce n’est donc pas facile tous les soirs. »

Bien que la saison 2012-2013 ne soit à peine amorcée, l’entraîneur-chef recrue a déjà dû composer avec sa première embûche depuis son arrivée derrière le banc. L’un des jeunes vétérans sur qui Lefebvre comptait pour être l’une des figures de proue à l’offensive, Louis Leblanc, est tombé au combat lors du deuxième match du calendrier. La blessure subie par le joueur de centre le gardera à l’écart pour une période d’environ un mois.

L’absence du choix de première ronde du Tricolore en 2009 aura permis à Lefebvre d’accélérer la mise en place d’une idée qu’il avait eue en réunissant les recrues Michaël Bournival, Brendan Gallagher et Patrick Holland au sein du même trio. Les trois jeunes attaquants n’ont pas fait regretter cette décision à leur entraîneur, comme le témoignent leurs places parmi les meilleurs marqueurs du club.

« C’était déjà dans mes plans de les réunir bien avant la blessure de Louis Leblanc », admet Lefebvre. « Des blessures comme la sienne ne sont jamais plaisantes. Que ce soit un Leblanc ou tout autre joueur, il apporte quelque chose à l’équipe que moi comme entraîneur ne peut bénéficier et ça nous force en tant qu’équipe à mettre chacun la main à la pâte pour combler son absence.

« Les performances de ce trio m’ont un peu surpris, mais pas tant que ça », poursuit-il au sujet de leur récolte combinée de 15 points à leurs huit premières parties. « Leur intégration au groupe s’est très bien faite. Lorsque nous sommes revenus du camp d’entraînement à Sherbrooke, nous avons passé quelques jours à la base militaire de Trenton. Nous avons fait plusieurs activités d’équipe là-bas dans le but de les rendre à l’aise plus rapidement. Ça l’a beaucoup aidé à bâtir l’esprit d’équipe et ça l’a resserré les liens dès le début.

Un peu comme pour ses joueurs, Lefebvre a lui aussi dû passer par une certaine période d’adaptation alors qu’il n’en est qu’à ses premières armes à titre d’homme en charge derrière le banc. Après avoir passé les cinq dernières saisons à titre d’entraîneur-adjoint dans la AHL et dans la LNH, le pilote de 45 ans était prêt pour sa nouvelle aventure et sa transition s’est effectuée en douceur jusqu’à présent.

« Je m’attendais pas mal à tout ce qui se passe présentement. La grosse différence est que j’ai un peu moins de temps pour regarder mes matchs au complet », affirme Lefebvre. « En début de saison, il y a beaucoup d’ajustements à faire à plusieurs aspects. Dès que la machine sera bien rodée, je vais pouvoir passer plus de temps à voir ce que je veux voir. »

« Je suis très bien entouré et les gars avec qui je travaille m’aident beaucoup », ajoute-t-il. « Aussi, quand Martin Lapointe et Patrice Brisebois viennent faire un tour à Hamilton, leur présence emmène une autre dynamique. »

Après avoir récolté trois points sur une possibilité de quatre contre Rochester en fin de semaine, les Bulldogs pourront montrer leur savoir-faire au public montréalais alors qu’ils croiseront le fer avec le Crunch de Syracuse, le club-école du Lightning de Tampa Bay, ce vendredi au Centre Bell. La tâche ne sera pas facile puisque le Crunch se retrouve parmi les meilleures formations de la Ligue. Selon Lefebvre, des affrontements de la sorte seront un excellent test pour sa troupe qui complétera à Montréal une séquence de quatre matchs en huit jours.

« Nous avons un difficile mois de novembre qui nous attend. Nous allons jouer contre des équipes comme Abbotsford, Rochester, Toronto et Syracuse », précise Lefebvre. « Ce sont toutes de très bonnes équipes qui vont nous attendre de pied ferme. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

VOIR AUSSI
Nonathlon académique: Mathématiques
Chez les Bulldogs
Que sont ils-devenus? Bill Lindsay
#Étoiledetwitter : @AaronPalushaj
Le défi de Movember entre @CanadiensMTL et @VanCanucks