Regard sur Patrick Holland

jeudi, 25.10.2012 / 11 h 43 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
Bulldogs de Hamilton
X
Partagez avec vos amis


Regard sur Patrick Holland

HAMILTON – Patrick Holland s’est toujours considéré comme un bon vin qu’il fallait laisser murir.

Choisi par les Americans de Tri-City en sixième ronde du repêchage 2007 de la WHL alors qu’il ne mesurait que 5-pied-6 et ne pesait que 112 livres, le jeune homme de 20 ans originaire de Lethbridge s’est transformé avec le temps, disputant 205 matchs en cinq saisons dans la WHL.

«Je sais que j’ai encore beaucoup de choses à accomplir et qu’il y place à l’amélioration », a mentionné Holland après un entraînement des Bulldogs au Copps Coliseum. «Je vois tout ça comme une bonne chose et je crois que je suis encore à des lieues de mon plein potentiel. J’espère que je pourrais continuer de me développer et atteindre la LNH.»

Premiers points de Patrick Holland dans l'AHL

Repêché par les Flames de Calgary en septième ronde lors de l’encan de 2010, Holland a vu ses droits être transférés aux Canadiens le 12 janvier dernier dans la transaction impliquant Michael Cammalleri et Rene Bourque. Holland a finalement paraphé une entente initiale de trois ans avec les Canadiens le 7 mars 2012.

«Je ne me doutais de rien », a lancé Holland faisant référence à la transaction. «J’étais surpris, c’était assez surréel. J’ai signé un contrat quelques mois après, puis je suis allé à mon premier camp avec les Canadiens et je me suis retrouvé en position beaucoup plus confortable à Montréal.»

«Je crois que la ronde dans laquelle tu es repêché joue dans la balance. Ça fait partie du processus. Je crois que le fait d’être échangé m’a enlevé cette étiquette de joueur repêché en septième ronde et je suis devenu un gars avec autant de chances de succès que n’importe qui d’autre. »

Bien que l’échange l’ait surpris, Holland met l’emphase sur les côtés positifs qui ressortent d’une telle transaction.

«Il y a deux façons de voir un échange : tu peux te dire que ton ancienne équipe ne voulait pas de toi ou tu peux te dire qu’il y a une nouvelle équipe qui veut de toi. J’ai choisi la deuxième option et je me considère chanceux d’avoir l’appui des Canadiens. Ils ont décidé de me faire confiance et c’est à moi de prouver à tout le monde qu’ils avaient raison d’agir ainsi. »

Holland n’a pas mis trop de temps avant de mettre la machine en route, enregistrant ses premiers points dès son deuxième match dans l’uniforme des Bulldogs. Il a joué deux matchs avec les Americans avant de participer au camp d’entraînement des Bulldogs. Au cours de sa carrière dans les rangs Juniors, il a obtenu 63 buts et 145 mentions d’aide. Il a mené la WHL avec 84 mentions d’aide en 2011-2012 et a terminé au sixième rang de la ligue avec ses 109 points. Il a également cumulé 13 buts et 24 passes en 46 matchs des séries éliminatoires.

«Le hockey junior te prépare plus aux rangs professionnels que le hockey mineur te prépare pour le hockey junior. Tu as passé tellement d’étapes avant d’en arriver là. Une partie de moi croyait que de faire le saut chez les professionnels allait être comme d’arriver chez les juniors, mais ce n’est pas le cas. Je suis beaucoup plus mature et la transition s’en trouve facilitée.»

Holland explique qu’il est confortable dans son nouveau chez-soi.

«Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, mais les gars et le personnel ont été vraiment gentils avec moi. Je m’amuse et j’ai hâte à la saison. Nous sommes ici pour jouer au hockey et avoir du plaisir. Ça fait partie du travail. Tu veux te créer une famille et avoir des amis ici. »

Holland a avoué qu’il doit encore travailler sur certains aspects de son jeu.

«Je dois travailler certaines choses. Ça peut paraître cliché, mais le jeu est plus rapide et tu dois prendre tes décisions plus rapidement. Les défenseurs sont plus rapides, ils sont bien placés et font moins d’erreurs. Ce sont les équipes qui tirent avantage de ces quelques erreurs qui sont les meilleures. »

«Le lock-out n’est pas idéal pour personne, mais ça augmente le talent dans la AHL et c’est excellent pour un gars comme moi. Je vais pouvoir apprendre beaucoup de ces gars qui ont joué dans la LNH, que ce soit pendant un match, un entraînement ou même dans le gymnase.»

Texte écrit par Stuart McComish, traduit par Vincent Cauchy

Retrouvez le texte original ici.

VOIR AUSSI
D3chiffr3 - Tours du chapeau
Que sont ils-devenus? Brian Savage