Se connecter avec votre compte LNH.com:
  • Soumettre

Aider son prochain

vendredi, 12.10.2012 / 8 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Après plusieurs années dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Donald Dufresne sentait qu’il avait besoin d’un nouveau défi. Il n’a donc pas hésité très longtemps lorsqu’un de ses anciens coéquipiers lui a demandé de faire le saut dans la Ligue américaine.

Après avoir exercé les fonctions d’entraîneur adjoint, d’entraîneur-chef et d’adjoint au directeur général chez l’Océanic de Rimouski, Dufresne a perçu qu’il avait fait le tour du jardin avec la formation du Bas-Saint-Laurent. Dans les jours qui ont suivis l’embauche de Sylvain Lefebvre à la tête des Bulldogs de Hamilton, les recherches pour trouver un adjoint qui s’occuperait principalement des défenseurs ne se sont pas éternisées.

« Quand j’ai eu l’appel de Sylvain, on a parlé de la philosophie qu’il voulait implanter ici et si j’étais intéressé à quitter Rimouski vu que ça faisait plusieurs années que j’étais là-bas », mentionne Dufresne, qui passé sept des 12 dernières années avec l’Océanic. « Juste la façon qu’il m’a parlé et qu’il m’a vendu ce qu’il voulait faire à Hamilton et où il voulait s’en aller avec l’équipe, j’étais très intéressé. C’était un beau défi. »

Ayant évolué ensemble durant cinq saisons au début de leur carrière dans l’organisation des Canadiens, Dufresne et Lefebvre ont gardé contact au fil des années alors que les deux poursuivaient leur apprentissage à l’extérieur de la patinoire. Bien que Lefebvre ait passé les dernières campagnes dans la LNH, il savait que son ancien coéquipier possédait tous les atouts pour passer à un niveau supérieur et transmettre ses vastes connaissances aux jeunes. Tel est l’un des mandats qui attendra Dufresne avec les nombreux espoirs du Tricolore qui seront avec les Bulldogs en 2012-2013.

« Avec le bagage que j’ai pris au cours des dernières années comme entraîneur et avec celui que j’ai comme joueur, je vais pouvoir aider les joueurs à Hamilton. Comme eux, je suis passé par la Ligue américaine et j’ai travaillé fort pour me rendre à la Ligue nationale », raconte Dufresne qui a remporté la coupe Stanley avec les Canadiens en 1993. « J’ai vécu la navette entre les deux ligues et j’ai vécu les émotions que l’on ressent lorsqu’on est renvoyé en bas. Avec mon bagage, je vais pouvoir le partager avec les joueurs et les aider.

« En plus, ils vont pouvoir profiter du bagage d’expérience de gars comme Vincent Riendeau, Ron Wilson et Sylvain », ajoute-t-il. « Sylvain est un gars qui travaille beaucoup sur les détails et qui veut que la préparation soit bien faite. Quand nos joueurs accèderont au niveau supérieur, ils auront les outils pour avoir une longue carrière. »

L’expérience de Dufresne à tous les niveaux sera donc bénéfique aux jeunes qui amorceront leur carrière professionnelle cet automne, spécialement aux défenseurs qui devront s’adapter à des attaquants plus expérimentés, plus forts et plus rapides. Certains des espoirs les plus prometteurs de l’organisation seront donc sous la tutelle de l’entraîneur de 45 ans qui a hâte de pouvoir leur transmettre son savoir.

Mais les attentes sont élevées à leur endroit et Dufresne croit qu’il faut justement ne pas leur mettre trop de pression trop rapidement puisque chaque joueur est différent et que la capacité de s’adapter varie d’un athlète à l’autre. Le vétéran de neuf saisons dans la LNH est prêt à les aider à mettre toutes les distractions externes de côté pour qu’ils soient investis dans leur nouvelle quête à 100 %.

« Il y a des joueurs qui vont s’adapter vite alors que d’autres auront besoin de plus de temps. Il y a une question de maturité au travers de ça, mais la Ligue américaine est un niveau supérieur et c’est un bon calibre », atteste Dufresne qui travaillera particulièrement avec les recrues Morgan Ellis, Nathan Beaulieu et Jarred Tinordi cette saison. « C’est des joueurs qui aspirent à jouer dans la LNH. Certains des jeunes vont être comme des poissons dans l’eau alors que ce sera plus difficile pour d’autres.

« C’est là que le bagage d’expérience qui sera autour d’eux et qui a été implanté dans l’organisation sera important », conclut-il. « Un environnement avec beaucoup de personnes d’expériences et qui ont du vécu, du vécu qui sera important pour aider à faciliter la transition des jeunes. »

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
Le blogue des Bulldogs
Les durs de durs - Groupe 2
Questionnaire hedbomadaire
Que sont ils-devenus? Ryan Walter