Redresser le bateau

jeudi, 04.10.2012 / 12 h 00 / Canadiens de Montréal - Nouvelles
canadiens.com

MONTRÉAL – Depuis plus d’une semaine, les joueurs des Bulldogs de Hamilton sont à l’entraînement dans l’espoir d’être fin prêts à relever le défi de faire oublier leur difficile saison 2011-2012. Ce n’est là qu’un des nouveaux défis que tentera de surmonter leur nouvel entraîneur-chef.

Après avoir passé cinq saisons dans l’organisation de l’Avalanche du Colorado, dont les trois dernières à titre d’entraîneur adjoint avec le grand club, Sylvain Lefebvre a entamé un nouveau chapitre de sa carrière en obtenant la chance de diriger sa propre équipe. Héritant d’un club qui a terminé à l’avant-dernier rang dans son association la saison dernière, il voit malgré tout cette situation d’un bon œil.

« J’ai hâte que ça commence. Depuis le moment où j’ai été nommé entraîneur-chef des Bulldogs, j’ai eu le temps de penser à beaucoup de choses et de faire beaucoup de préparation », admet en riant Lefebvre, qui a été nommé entraîneur-chef des Bulldogs le 13 juin dernier. « Les Canadiens ont eu beaucoup de blessés l’année dernière et les Bulldogs ont eu beaucoup de blessés eux aussi.

« Pour redresser le bateau, il faut repartir à zéro », précise-t-il. « Il faudra être positif, oublier complètement tout ce qui s’est passé la saison dernière et aller de l’avant. Le fait que plusieurs nouveaux prospects de grande qualité qui arrivent des juniors ou des rangs universitaires soient là cette année va grandement aider. »

En plus de compter sur le retour de la majorité des joueurs qui étaient à Hamilton la saison dernière, Lefebvre pourra miser sur certains de ces jeunes espoirs du Tricolore qui ont fait la pluie et le beau temps au cours des dernières saisons au niveau junior. Mais alors que beaucoup est dit sur la transition entre la Ligue américaine et la LNH, le pilote de 44 ans croit que ces jeunes adultes bénéficieront énormément de commencer leur carrière professionnelle à Hamilton où ils pourront poursuivre leur développement à leur rythme.

« Passer du junior à la Ligue américaine est une bien plus grosse marche que de passer de l’AHL à la LNH », reconnaît Lefebvre au sujet des neuf joueurs provenant des juniors qui ont été invités au camp des Bulldogs. « L’ajustement est plus difficile parce que tu affrontes habituellement des joueurs de 19-20 ans et là tu dois faire face à des gars de 29-30 ans qui en plus possèdent de l’expérience.

« Quand tu es capable de jouer dans la Ligue américaine, tu as l’impression que la marche vers la LNH est moins haute », renchérit-il. « Pour certains, jouer dans la LNH est plus facile parce que la force des joueurs, leurs habiletés et le jeu de position est meilleur. Alors c’est parfois plus facile se retrouver sur la patinoire. »

Campé de ses adjoints Donald Dufresne, Ron Wilson et Vincent Riendeau, Lefebvre embarquera dans cette nouvelle aventure dans un contexte inhabituel. Alors que les dirigeants du Tricolore ont les mains liées actuellement en raison du conflit de travail dans la Ligue nationale, c’est tout le contraire pour ceux des différentes formations de la Ligue américaine.

Les Bulldogs pourront donc compter sur la présence de nombreux joueurs qu’ils n’auraient pu nécessairement compter si les activités dans la LNH avaient suivi leur cours normal. N’étant pas étranger à ce genre de situation, le nouveau pilote de la formation ontarienne sait qu’il devra composer avec tous les événements qui toucheront le grand club.

« Ce qui résume bien notre situation est qu’il faut s’ajuster constamment. Le fait que j’ai déjà travaillé dans la AHL à Lake Erie va m’aider énormément. Au cours d’une de ces saisons, 55 joueurs différents ont joué pour nous », explique Lefebvre qui a fait partie du personnel d’entraîneurs du club-école de l’Avalanche entre 2007 et 2009. « Quand tu t’ajustes rapidement, c’est mieux. Ce qui est intéressant pour nous autres, mais qui l’est moins pour le grand club, c’est le lock-out cette année.

« On a plus de joueurs à notre disposition pour le camp d’entraînement et lorsqu’on voudra faire notre équipe, il y en aura qui n’aurait pas été là normalement », ajoute-t-il. « Quand tu sais comment ça se passe au niveau de la Ligue américaine, avoir plus de joueurs à sa disposition facilite les choses. »

L’effectif de Lefebvre a déjà commencé à diminuer alors que 14 joueurs ont été retranchés au cours des dernières heures au même moment où son équipe reprenait le chemin de l’Ontario. Les Bulldogs disputeront deux matchs préparatoires au cours de la fin de semaine avant d’amorcer leur calendrier régulier le 13 octobre. D’autres décisions difficiles sont à prévoir.

Hugo Fontaine écrit pour canadiens.com.

À VOIR AUSSI :
Ce n'est que le début
À la bonne adresse
Que sont ils-devenus? Petr Svoboda
Les Bulldogs de Hamilton au Centre Bell